Route - Alaphilippe cible 3 courses : «Je sais que je peux les gagner...»
Route
Photo : @deceuninck_qst

Route - Alaphilippe cible 3 courses : «Je sais que je peux les gagner...»

À l'occasion de la sortie de son livre "Mon année en arc-en-ciel", Julian Alaphilippe a accordé un entretien à divers médias. Après une année 2021 mouvementée, le Français a décroché un deuxième titre de champion du monde. Heureux de ce nouveau succès, le coureur de la Deceuninck-Quick Step souhaite désormais faire la chasse aux classiques qui lui manque à l'instar de Liège-Bastogne-Liège ou encore du Tour des Flandres. Le sextuple vainqueur d'étape du Tour de France est également revenu sur son rapport particulier avec la Grande Boucle.

Vidéo - Le Mag - Tout un week-end en Corse avec Julian Alaphilippe

 

"Parfois, j'ai besoin d'inconnu"

Le Français de 29 ans a fixé ses objectifs pour la suite de sa carrière : "Les courses qui me font le plus rêver et que je n’ai pas encore gagnées sont clairement Liège-Bastogne-Liège, le Tour de Lombardie et le Tour des Flandres. Je sais que je peux les gagner. Ce sont des objectifs que je me fixe d’ici la fin de ma carrière. Paris-Roubaix, c’est un petit challenge on va dire. Parfois, j’ai besoin d’inconnu, de trucs nouveaux, pour rebondir. 2024, par exemple, c’est dans un coin de ma tête aussi. Je ne suis pas allé à Tokyo et je sais pourquoi (son fils est né quelques jours avant), mais je sais pourquoi j’irai à Paris", explique Julian Alaphilippe.

 

"Rater le Tour et choisir autre chose, non non..."

 Présent sur le Tour depuis 2016, le natif de Saint-Amand-Montrond n'a loupé qu'à une seule reprise la course au maillot jaune : "Le Tour reste le point de mire d’une saison, donc m’imaginer ne pas le faire une saison, ça serait difficile. Le Tour, on en rêve tous. Je me rappelle encore ce que j’ai pu ressentir en 2016 pour mon premier Tour, c’est une émotion à part. On peut se préparer pour d’autres objectifs, mais rater le Tour et choisir autre chose, non non...

 

"Je ne pourrai pas être partout"

"J’ai toujours pris beaucoup de recul sur ce que je fais, sur ma carrière. Sur ce que j’attends de moi. J’ai conscience de ce que les gens rêvent, et je sais qu’il y a énormément de gens qui souhaitent voir un Français vainqueur du Tour. J’en fais partie, je serais très heureux de voir un Français gagner. Si moi je me fixe ça comme objectif, et si j’y arrive, ça serait l’apothéose. Mais je me fixe aussi tellement d’objectifs à côté du Tour que je sais que lorsque je me fixe ce genre d’objectif (le Tour), je ne pourrai pas être partout. Pour l’instant, j’ai fait ce choix de m’axer davantage sur les Classiques et de faire des grosses saisons, d’être prêt pour le Tour mais sans avoir l’idée de tout jouer le général", assure le double champion du monde en titre. 

 

"Je ne le crierai pas sur tous les toits"

Conscient que le général du Tour de France met beaucoup de poids sur les épaules des Français souhaitant le jouer, le triple vainqueur de la Flèche Wallone ne veut pas se rajouter de pression supplémentaire : "Je me concentre sur ce que je rêve moi plutôt que de vouloir être là où les gens veulent me voir. Il faut toujours relativiser. En tout cas le jour où je décide de tout miser sur le Tour, que ça marche ou que ça ne marche pas, je ne le crierai pas sur tous les toits car il y a déjà assez de pression comme ça", ajoute-t-il.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Theo CHEVALIER

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité


News

Publicité

Sondage

Quel coureur est le meilleur rouleur de la saison 2021 ?















Partenaires

Publicité
Publicité