Rétro
Rétro - Il y a 26 ans... le triplé de la Gewiss sur la Flèche Wallonne Photo : @photonews

Rétro - Il y a 26 ans... le triplé de la Gewiss sur la Flèche Wallonne

Les années 1990, celles des mutations technologiques et scientifiques. Le matériel des coureurs professionnels s'étaye comme jamais auparavant, de nombreuses marques font leur apparition. Mais ces années là sont aussi celles de la recrudescence du dopage. D'un dopage plus "artisanal", on passe à un dopage dit "industriel", à base de dopage sanguin, aidé notamment par la synthétisation de l'erythropoïetine ou EPO. Ce 22 avril 1994, ces nouvelles méthodes pointent le bout de leur nez. L'équipe Gewiss-Ballan cette année-là explose au plus haut niveau. Déjà vainqueur plus tôt de Tirreno-Adriatico et de Milan San Remo, elle va marquer son empreinte sur la Flèche Wallonne.

Armstrong : "Saisissez l'occasion pour reprendre ce pouvoir"

3 coureurs de la formation italienne s'échappent dans le premier passage du Mur de Huy. Eric Van Lancker, pourtant spécialiste des Ardennaises raconte "ne pas avoir pu suivre ce trio", composé de Giorgio Furlan, Evgueni Berzin et Moreno Argentin, la victoire revenant à ce dernier. La performance stupéfait les journaux sportifs dont l'Equipe  qui interviewe dès le lendemain le médecin de l'équipe, un certain Michele Ferrari. Celui-ci prononce alors la phrase devenue célèbre : "L'EPO n'est pas dangereuse, c'est son abus qui l'est. Il est aussi dangereux de boire dix litres de jus d'orange."

Le futur médecin de Lance Armstrong et de bien d'autres coureurs convaincus de dopage reconnaît l'utilisation de substances illicites par des coureurs professionnels, y compris ceux de sa propre équipe. Sans aucune éthique sportive, il affirme : "Si j'étais coureur et que je savais qu'il existe un produit non détectable et capable d'augmenter la performance, je l'utiliserais." Bref le monde découvre l'existence du docteur Ferrari ce jour-là. Mais l'omerta au sein du peloton va s'exacerber, chacun niant la prise d'un quelconque produit. Et pourtant l'EPO provoqua un basculement pour de nombreux coureurs, notamment Van Lancker : "Il y avait plusieurs coureurs qui ont soudainement sous-performé au cours de ces années epo. Moins performant signifiait un moins bon contrat. Pour certains, c'était la fin de leur carrière."

Peu d'efforts concrets seront consacrès à la lutte antidopage après ces performances plus que suspectes. La Gewiss remporte également cette année-là le Giro avec Berzin devant Miguel Indurain, tandis que Piotr Ugrumov termine second de la Grande Boucle, cette fois derrière le roi Indurain. Quelques années après c'est une autre équipe en domination qui fera exploser cette bulle spéculative de mensonges : la Festina de Bruno Roussel en 1998. Le changement de rapport dans la lutte antidopage se verra immédiatement après cet épisode marqué au fer rouge sang de l'histoire du sport.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Jean LEBRETON

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité



News

Transferts

Publicité

Sondage

Quel coureur va remporter Milan-San Remo le 8 août ?



















Publicité

Partenaires

Publicité