Dopage
Dopage - Michele Ferrari nie son implication dans l'affaire Fuglsang Photo : Sirotti

Dopage - Michele Ferrari nie son implication dans l'affaire Fuglsang

C'est l'affaire de dopage qui secoue le monde du cyclisme : deux coureurs de l'équipe Astana, Jakob Fuglsang et Alexey Lutsenkoseraient liés au docteur Michele Ferrari dans le cadre d'un programme de dopage selon plusieurs médias norvégiens et danois qui se basent sur un rapport secret de 24 pages de la CADF (Cycling Anti-Doping Foundation). Le sulfureux médecin italien, suspendu à vie suite à son implication dans diverses affaires de dopage, aurait rencontré le leader de l'équipe Astana à plusieurs reprises, notamment à Monaco - là où réside Fuglsang - mais également en marge du Tour de Catalogne où il aurait été invité par la formation kazakhe. 

Liège-Bastogne-Liège 2019 - Fuglsang après son succès

 

"Obligé de nier le dernier canular médiatique"

Selon ce rapport, Alexey Lutsenko, coéquipier de Fuglsang, était également présent lors d'une de ces rencontres. Une information démentie dans ce lundi par Michele Ferrari qui nie son implication dans cette affaire. "Je suis malheureusement obligé de nier le dernier canular médiatique qui tourne autour de moi. Je n'ai eu aucune relation avec des coureurs d'Astana au cours des dix dernières années. Je ne suis pas allé à Monaco ou à Nice depuis au moins douze ans. Je n'ai jamais conduit de scooter ou de moto de ma vie, sans parler de courir comme un cycliste. Je n'ai pas été physiquement présent à une course depuis 1994", explique Michele Ferrari dans des propos rapportés par 53x12.com.

 

 

Astana dément également cette information

A la suite de ces informations, la formation Astana a également réagi ce lundi matin par l'intermédiaire de Sven Jonker, son directeur marketing, contacté par Het Nieuwsblad"Nous avons été appelés mardi par les journalistes danois et norvégiens qui auraient eu accès au dossier. Ils ont demandé une réponse, mais comme le dossier ne contient ni faits ni preuves, mais seulement des allégations et des rumeurs, nous ne souhaitons pas répondre. Nous n'avons pas eu de nouvelles de l'UCI ou de la CADF depuis cet appel de mardi", a déclaré le membre de la formation kazakhe.

Sereine pour le moment par rapport à cette affaire, l'équipe Astana étudie de son côté le rapport établi par la CADF (Cycling Anti-Doping Foundation) et n'a aucune intention de modifier les programmes de ses deux coureurs, actuellement en stage du côté de Tenerife"Nos avocats enquêtent sur cette affaire mais tant qu'aucun fait n'est révélé, nous ne voyons aucune raison de faire une déclaration officielle. Nous ne voyons aucune raison d’arrêter soudainement l’entraînement en altitude. Nous continuerons notre planification initiale", conclut Sven Jonker.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Clement LABAT-GEST

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité



News

Transferts

Publicité

Sondage

Quel coureur va remporter Milan-San Remo le 8 août ?



















Publicité

Partenaires

Publicité