Chronique
Chronique - Cyrille Guimard et sa découverte «musclée» de Greg LeMond Photo : @Cyclismactu / CyclismActu.net

Chronique - Cyrille Guimard et sa découverte «musclée» de Greg LeMond

À l'occasion des 59 ans ce vendredi de Greg LeMond, Cyclism'Actu a sollicité son chroniqueur Cyrille Guimard pour qu'il évoque le champion qu'était le coureur américain. Repéré très jeune par Le Druide, Greg LeMond a passé ses quatre premières saisons professionnelles dans l'équipe Renault-Elf-Gitane du Nantais, y construisant une partie de son palmarès, dont un titre de champion du monde en 1982 et une troisième place sur le Tour de France 1984. Et bien que le natif de Lakewood ait gagné ses trois Tours de France (1986, 1989 et 1990) après avoir quitté Cyrille Guimard, ce dernier reste un témoin privilégié de la carrière d'un Greg LeMond dont le caractère bien trempé lui a immédiatement sauté aux yeux...

Guimard sur LeMond : "Les grands, vous les voyez de suite"

 

La rencontre avec Greg LeMond : "Il a essayé de mettre une droite dans le visage de son DS"

"La première fois que j’ai entendu parler de Greg LeMond, c’était sur les Championnats du monde Juniors 1979. Philippe Chevallier avait participé à ces Mondiaux et il m’avait dit qu’il avait vu un coureur qui marchait pas mal. J’ai donc essayé de le suivre. Et l’année d’après, il est venu courir en France pour disputer le Circuit des Ardennes et le Tour de Bretagne (appelé à l’époque le Ruban Granitier, ndlr)."

"J’avais suivi la dernière étape dans une voiture et il était échappé ce jour-là. L’avance était confortable, la course se jouait vraiment devant et Greg LeMond pouvait gagner le général. Mais il crève, et son directeur sportif, alors que l’échappée avait 4 minutes d’avance et que LeMond jouait la gagne, était derrière le peloton… Il a continué alors à rouler à plat jusqu’à ce que sa voiture arrive à ses côtés pour le dépanner. Le directeur sportif s’est alors fait traiter de tous les noms et Greg a surtout essayé de lui mettre une droite dans le visage !"

"Et je me souviens de Lucien Bailly (alors directeur technique national, ndlr), qui était avec moi ce jour-là et qui m’a alors demandé si j’avais toujours envie d’aller voir Greg LeMond après la course. Et je lui ai répondu : "Plus que jamais". Après avoir été dépanné, il est reparti et a fait sept ou huit kilomètres, avant de descendre d’un coup de son vélo et d’abandonner. Voilà la première fois que j’ai vu Greg LeMond en chair et en os. On est allé le voir après l’arrivée et peu de temps après, il s’engageait dans l’équipe Renault-Elf-Gitane."

 

Le potentiel et la personnalité de Greg LeMond : "Il avait une force incroyable"

"Je n’avais aucun souci sur le potentiel de ce gamin. Les super grands, vous les voyez tout de suite. Il était de la trempe de Bernard Hinault et de Laurent Fignon. Et ils ont d’ailleurs gagné dix Tours de France à eux trois (cinq pour Hinault, trois pour LeMond et deux pour Fignon, ndlr). On ne peut pas se tromper sur des coureurs capables de gagner plusieurs fois le Tour. Il avait une force incroyable. Son accident de chasse en 1987 (il a eu la poitrine et l'abdomen criblés de plomb après qu'un ami lui a involontairement tiré dessus, ndlr) ? C'est quelque chose qui fait partie de la vie et qu’on ne peut pas maîtriser."

"Greg LeMond était quelqu’un de très agréable au quotidien. Je n’ai jamais eu de problème avec lui. Les choses étaient toujours très claires, très limpides. Il était d’une très grande logique. Et, à l’image de Bernard Hinault et de Laurent Fignon, il n’était pas langue de bois. C’est un mec très bien." Et qu'a pensé l'ancien mentor de Bernard Hinault et de Greg LeMond de leurs duels sur les Tours de France 1985 et 1986 alors qu'ils étaient coéquipiers au sein de La Vie Claire, l'équipe montée par Bernard Tapie ? "Ils étaient les marionnettes de Bernard Tapie. C’est Tapie qui réglait la pièce de théâtre. À partir de là, l'analyse purement humaine des individus et de leurs comportements est complètement faussée. Ils étaient manipulés."

 

Un potentiel inexploité ? "Dans le cyclisme, il n’y a pas 50 choses qui comptent pour un Américain"

Triple vainqueur du Tour et double champion du monde, Greg LeMond n'aura en revanche jamais réussi à remporter un Monument - malgré des podiums sur le Tour de Lombardie, Liège-Bastogne-Liège et Milan-San Remo - ou un autre Grand Tour (troisième du Tour d'Italie en 1985). Et pour Cyrille Guimard, ce n'est pas son talent qui est à l'origine de cela. "Il ne faut pas oublier les règles fondamentales sur le plan sociologique. Greg LeMond est américain et non Européen. Les Américains ne fonctionnent pas comme les Européens. Dans le cyclisme, il n’y a pas cinquante choses qui comptent pour un Américain. Il y a les Championnats du monde, les Jeux olympiques et le Tour de France. Chaque individu a son ou ses propres moteurs."

 

Ses performances en baisse après 1990 : "L'EPO est arrivé..."

Parmi les meilleurs coureurs du monde dans les années 1980, Greg LeMond n'est plus ce coureur dominateur après sa troisième victoire dans le Tour en 1990. Gêné par des séquelles de son accident survenu en 1987, il est aussi victime d'une baisse de motivation et d'un changement majeur intervenu à cette époque dans le milieu du cyclisme. "Je ne pense pas qu’il faille parler de déclin sur le plan physique", explique Cyrille Guimard. "Quand vous avez trois Tours de France, deux titres de champion du monde et que vous comprenez que vous n’allez plus progresser… Et puis, il y a autre chose qui est arrivé aussi au tout début des années 90, c’est l’EPO... Et ça, ça ne faisait pas du tout partie de sa mentalité et de sa culture."

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Nicolas GAUTHIER

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité



News

Transferts

Publicité

Sondage

Quel coureur va remporter Milan-San Remo le 8 août ?



















Publicité

Partenaires

Publicité