UCI
UCI - Lappartient : «Une course ne s'arrêtera pas pour un cas positif» Photo : Sirotti

UCI - Lappartient : «Une course ne s'arrêtera pas pour un cas positif»

C'est un président de l'Union Cycliste Internationale (UCI) heureux, optimiste mais aussi réaliste qui s'est adressé à Cyclingnews samedi en marge de la première épreuve WorldTour disputée depuis la reprise, les Strade Bianche. Forcément soulagé de voir que le sport qu'il dirige a pu redémarrer après de très longues semaines d'interruption, David Lappartient reste néanmoins prudent quant à la suite des évènements, même s'il "reste optimiste quant au déroulement du Tour de France."

Vidéo - David Lappartient s'exprime sur le nouveau calendrier

"Mais bien sûr, le risque zéro n'existe pas", nuance-t-il. "Nous pourrions avoir un gros cluster à Nice ou une deuxième vague rapide. Je suis les choses de près avec les organisateurs de la course, mais aujourd'hui, je suis optimiste sur le fait que le Tour de France s'élancera [...] Nous voyons les nouveaux problèmes en Espagne et en Belgique. Le virus se propage, des clusters émergent et ces derniers pourraient émerger dans une ville où une course doit avoir lieu. Nous ne pouvons pas contrôler tous les aspects, donc nous ne pouvons que croiser les doigts et respecter scrupuleusement le protocole que nous avons mis en place."

 

"Tout coureur dont le résultat est positif partira de la course"

Le président de la Fédération internationale s'est également exprimé sur les complications que pourrait engendrer un cas positif sur une épreuve. "C'est une grande question à laquelle il n'est pas facile de répondre. Une course ne s'arrêtera pas s'il y a un cas positif, même si personne ne sait si la course pourra se poursuivre jusqu'au bout. Ce qui est sûr, c'est que tout coureur dont le résultat est positif partira de la course. Ensuite, nous devrons vérifier les cas contacts, ceux qui ont eu un contact étroit avec le coureur [...] Nous devrons également faire avec les autorités locales car elles décident des règles nationales de santé pour les cas de virus. Nous avons le protocole UCI, mais les lois des pays l'emportent."

 

"Peut-être que cette crise peut nous aider à changer dans le bon sens"

Convaincu enfin "que le cyclisme survivra" à cette crise totalement inédite, David Lappartient déclare que son sport est peut-être à un tournant de son histoire. "Peut-être que cela peut nous aider à changer dans le bon sens. Actuellement, beaucoup de nouveaux utilisateurs utilisent le vélo comme moyen transport pour des raisons de santé et de distanciation sociale. L'économie cycliste en général se porte bien [...] Le cyclisme professionnel doit faire partie de tout cela. Nous devons adopter des innovations telles que les vélos de gravel et trouver de nouveaux marchés. Une industrie cycliste solide impliquée dans le cyclisme professionnel est également importante."

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Nicolas GAUTHIER

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité



News

Transferts

Publicité

Sondage

Qui sera champion du monde sur route dimanche ?



















Publicité

Partenaires

Publicité