Tour de France
Tour de France - «Tignes et le miel» : le secret de Primoz Roglic ! Photo : @AiméFavre

Tour de France - «Tignes et le miel» : le secret de Primoz Roglic !

Primoz Roglic truste en tête du classement général. Le leader de la Team Jumbo-Visma domine pour l’instant de la tête et des épaules ce Tour de France 2020. Sauf s'il s’écroule ce samedi dans le contre-la-montre de 36,2 km menant les coureurs à La Planche des Belles Filles. Bref, le Slovène devrait s’imposer sur la 107e Grande Boucle. Une mission loin d’être gagnée il y a quelques semaines encore. Après un stage bénéfique à Tignes en juillet, Primoz Roglic chute violemment sur le Critérium du Dauphiné, le 15 août. Contraint à l’abandon, il se réfugit dès le lendemain à nouveau dans la station alpine, dans le chalet de son nouvel et discret ami, Aimé Favre. L’ancien directeur des sports de la ville et de la station de Tignes se confie sur cette amitié naissante avec Primoz Roglic qui lui a dédicacé cette photo (en Une) où il utilisait, le 29 juillet dernier dans le Col de L'Iseran, son vélo de contre-la-montre qu'il chevauchera ce samedi lors de la 20e étape pour aller chercher sa première victoire sur le Tour de France : "Pour ceux qui apprennent à connaître Primoz Roglic, c’est quelqu’un d’une très grande richesse humaine, très agréable dans les rapports avec les autres. Il a le souci permanent de ne pas déranger les gens. Il n’abuse jamais de quoi que ce soit." Entretien avec, Aimé Favre, le nouvel "ami" de Primoz Roglic et ce, avec la complicité de Jean-François Rhein, grand reporter à Radio France - France Info - France Inter et aujourd'hui heureux retraité ! 

Vidéo - Aimé... le Français qui connait peut-être le mieux Roglic !

 

Aimé Favre, si je vous dis que vous êtes le Français qui connaît le mieux Primoz Roglic…

Je ne sais pas si l’on peut aller aussi loin mais, en tout cas, je suis un habitant des Alpes françaises qui a eu le privilège de côtoyer d’assez près Primoz pendant sa préparation au Tour et, plus particulièrement, à la suite de son accident sur le Critérium du Dauphiné, qu’il a dû quitter prématurément suite à une lourde chute, dont les conséquences étaient réelles et plus importantes que prévues. Quand Primoz est arrivé à Tignes, il a la délicatesse de venir, de tendre à mon épouse un bouquet qu’il avait remporté sur le Critérium, et de lui donner son maillot avec les couleurs de champion de Slovénie. Avec mon épouse, on est des fans de cyclisme, on roule pour nous. Mon épouse était très heureuse de porter le maillot de la Jumbo quelques jours après quand on roulait ensemble. Ce sont des petits signes qui sont ridicules mais, pour des gens qui aiment le cyclisme et les sportifs de haut niveau, Primoz sait y faire. Il n’attend jamais rien en retour. Il donne cela, c’est vraiment généreux. Il aurait pu donner le bouquet de vainqueur à n’importe qui mais il l’a ramené depuis le Critérium pour être agréable et faire plaisir à mon épouse. Ce sont des gestes très sympathique.

 

Racontez-nous votre histoire. Il débarque quand dans votre chalet ? Le 16 août, le lendemain de sa chute ?

Non, Primoz est déjà venu s’entraîner avec toute son équipe de la Jumbo-Visma qui préparait le Tour. Ils sont venus à la mi-juillet et sont restés jusqu’à la veille du Tour de l’Ain, et du Dauphiné. Pendant cette période de stage à Tignes avec la Jumbo, l’épouse de Primoz et son fils logaient dans un camping à Tignes de manière modeste et très discrète. Personne ne le savait. Primoz a fait savoir à son encadrement qu’il souhaitait pouvoir retrouver sa femme et son fils dans un logement qu’il était prêt à régler lui-même pendant l’intervalle qui séparait le Tour de France du Dauphiné. À ce moment-là, la Jumbo m’a parlé de la présence de la femme de Primoz à Tignes.

Moi, j’avais de la place et j’ai alors proposé à Primoz de loger chez moi entre deux stages, ce qu’il a fait avec son épouse. Cela ne pouvait pas mieux tomber car il avait besoin de se remettre sérieusement de sa blessure. À cette occasion, j’ai pu le côtoyer, découvrir que, derrière la relative austérité de façade, il y avait une vraie fragilité. C’est quelqu’un de très humble, très modeste, qui a toujours le souci de ne pas déranger les autres. J’ai découvert que c’était quelqu’un qui se préparait de manière extrêmement sérieuse. C’était le premier à se lever tous les matins. Il ne manquait pas d’aller marcher autour des lacs avant le petit-déjeuner pour se mettre en forme… Au fil des jours, j’ai pu découvrir quelqu’un qui s’ouvre peu dans un premier temps mais qui, en réalité, mérite vraiment d’être connu car il est très attachant comme personnage.

 

"Mon pot de miel l'a fait sourire"

Vous voyez Primoz Roglic arriver après le Dauphiné dans un sale état... Racontez-nous.

J’ai vu les images de Primoz blessé en fin d’étape. J’en ai déduit qu’il avait des lésions cutanées sur tout un côté de son corps. Quand le lendemain il m’a téléphoné pour me dire qu’il abandonnait et qu’il arrivait plus tôt que prévu après avoir passé des IRM pour vérifier l’étendue des dégâts, je lui ai dit que j’étais à sa disposition pour l’aider. Très naïvement, j’avais su que le miel de montagne avait des qualités particulières pour soigner des brûlures, donc je lui ai offert un pot de miel. Il m‘a dit ‘Aimé rassures-toi, ce que l’on voit, c’est rien’. J’ai découvert effectivement qu’il avait un énorme hématome sur tout le bas de son thorax, ce qui l’inquiétait particulièrement. Cela l’avait empêché de reprendre le vélo le dimanche matin pour finir la dernière étape du Dauphiné, et cela l’empêchait aussi de remonter sur le vélo à Tignes.

Mon pot de miel l’a fait sourire. Mais il a surtout pris soin, pendant la période qui le séparait de la dernière étape du Dauphiné au départ du Tour, de se remettre en forme avec une équipe qu’avait envoyée la Jumbo-Visma à Tignes. Il a dû effectuer beaucoup de travail pour faire évacuer cet hématome qui l’empêchait de pédaler au début. Il faisait du rouleau sur la terrasse du chalet face au lac et il ne pouvait pas aller rouler. Personne n’a vraiment parlé de ces difficultés, si ce n’est certains qui ont, à tort, imaginer que c’était du bluff pour laisser penser qu’il allait être fragile au début du Tour. Il n’y avait aucun bluff là-dedans. Il avait des blessures assez profondes qui méritaient des soins, et une remise en route progressive, ce qui l’a réussi à faire avec son encadrement.

 

Quand vous le voyez débarquer chez vous le 16 août dernier, qu’est-ce-que vous vous dites ?

Je le vois beaucoup moins fringuant qu’à son départ en fin de stage. Quand la Jumbo-Visma a quitté son stage de Tignes pour aller au Tour de l’Ain, encadrement, sportifs et athlètes, étaient convaincus d’avoir fait un stage d’une efficacité rare en altitude. Tout l’encadrement de la Jumbo, ainsi que les coureurs, étaient persuadés que Wout Van Aert allait gagner les Strade Bianche, ce qui s’est confirmé immédiatement, puis il a doublé la mise à Milan-San Remo. Primoz est parti de Tignes dans une forme étincelante. Il est revenu de Megève avec, visiblement, un corps bien sonné par une chute conséquente. Selon son épouse, la chute connue par Primoz est la plus sévère qu’il n’ait jamais connue dans sa carrière de cycliste. C’était sévère. Tout le monde était préoccupé par les conséquences de cette chute. Mais Primoz, égal à lui-même, car avec du recul, je dirais même que rien ne m’étonne quand je le connais après coup, a pris cela avec philosophie en se disant qu’il avait encore du temps pour se préparer.

Il s’est concentré à fond sur la préparation du Tour en gérant lui-même ses soins, en faisant venir du matériel spécialement de l’extérieur pour récupérer plus vite et réduire l’effet des ecchymoses. Il a fait tout ce qu’il fallait pour pouvoir très vite remonter sur le vélo sans se presser non plus. Les premières séances ont été très difficiles. Il a prolongé sa période d’entraînement en altitude au-delà de ce que faisait tous les autres pour débarquer à la dernière minute à Nice. Il a vraiment attendu la dernière minute pour venir à Nice pour pouvoir s’entraîner au maximum. Lui-même avait tellement cet objectif du Tour que ce gros accident n’a pas entamé sa motivation même si c’était sûrement pénible. Il a su, comme il le fait souvent, masquer ses sentiments et se mettre au boulot pour être efficace.


"Je peux comprendre que l’histoire du cyclisme inspire quelques réactions d’inquiétude"

Pendant tout ce Tour de France, qu’il devrait normalement gagner dimanche, il vous tient au courant. Vous êtes devenus un peu son confident…

Oui, sans dire que je suis son confident, ce qui est révélateur de la personnalité de Primoz, c’est que quand quelqu’un participe de près ou de loin à sa participation, il est reconnaissant. Il ne manque pas de me dire que le pot de miel est terminé, qu’il a eu beaucoup de plaisir à le consommer et qu’il considère que c’est de l’alimentation qui correspond parfaitement pour être performant. Je ne pensais pas que c’était le cas d’un athlète de ce niveau-là, qui est confronté à des obligations médiatiques pendant plusieurs heures après chaque étape.

Quand il prend la peine de m’envoyer la peine du pot de miel vide, je suis ému de savoir que cette petite aide qui était censée participer à sa rééducation cutanée l’a aussi aidé dans la récupération de l’effort peut-être. Je suis surtout très agréablement surpris de voir que Primoz prend le temps de remercier ceux qui l’ont accompagné pendant les derniers instants de sa préparation au Tour.

 

Que répondre aux insinuations de dopage concernant Primoz Roglic et son équipe ?

Je peux comprendre que l’histoire du cyclisme inspire quelques réactions d’inquiétude à l’égard de la préparation des athlètes d’aujourd’hui. Ce que je peux dire pour avoir accueilli l’équipe Jumbo-Visma à Tignes, c’est que les chalets dans lesquels ils logeaient n’avaient absolument pas l’apparence de bunkers, les poubelles étaient accessibles… Rien n’était dissimulé. Par contre, ce que j’observe, c’est qu’ils sont extrêmement pointus sur tout, sur leur séance d’entraînement, la durée, le choix des parcours, l’importance accordée aux périodes de récupération, à la diététique…

Les repas sont gérés par une diététicienne. Un chef de cuisine assure tous les repas. Les doutes sont liés à un vieux passif dans le monde du cyclisme mais, quand j’observe un Primoz Roglic à Tignes se lever tôt le matin et aller marcher, je suis peut-être un grand naïf mais j’ai vraiment l’impression que l’on a affaire à de grands sportifs, qui consacrent 100% de leur temps et de leur concentration à leur sport. Si les performances sont là, ce n’est qu’un juste retour. Aujourd’hui, j’imagine que les contrôles antidopages sont tellement nombreux et efficaces qu’il n’y a plus un athlète qui ne veut prendre le risque d’avoir son nom barré sur les grilles de résultats du Tour de France, comme ce fut le cas récemment pour Armstrong.

Un gars comme Roglic n’est plus un gamin. Il arrive assez tard dans le vélo, il est père de famille. Je suis convaincu qu’il sait ce qu’il a à perdre, même si je n’ai pas eu de discussions avec lui à ce sujet. Par contre, il se donne les moyens de gagner de manière propre. Quand je vois le personnage dans sa manière d’être avec les autres, je n’imagine pas une seconde qu’il puisse être respectueux à ce point des autres sans être respectueux de lui-même.

 

"Les Français ne l'apprécient pas à sa juste valeur"

Quand est-ce-que vous avez prévu de vous revoir avec Primoz Roglic ?

À travers nos échanges, je sais qu’il a beaucoup apprécié le site de Tignes. C’est quelqu’un qui vient des Alpes, côté Slovénie. Il a beaucoup apprécié le lac. Il a beaucoup apprécié le fait d’être dans une nature assez élevée en altitude, ce qu’il connaît par la Slovénie. Son épouse, qui est une skieuse de fond de très haut niveau, a profité de son séjour à Tignes pour faire du ski-roue et elle m’a dit qu’elle souhaiterait faire du ski de fond à Tignes sur le lac, qui est gelé en hiver. J’ai bon espoir qu’on les revoit souvent. En tout cas, ce sont des personnes d’une discrétion dingue. Quand Primoz allait faire les courses le matin, je doute que beaucoup de personnes l’aient reconnu. Il n’arborait aucun élément qui pouvait faire penser que c’était le numéro un mondial en stage à Tignes. Il est d’une très grande discrétion.

Pour ceux qui apprennent à le connaître, c’est quelqu’un d’une très grande richesse humaine, très agréable dans les rapports avec les autres. Il a le souci permanent de ne pas déranger les gens. Il n’abuse jamais de quoi que ce soit. Peut-être que ses difficultés à parler français font que les Français ne l’apprécie pas à sa juste valeur. En réalité, il parle très très bien l’anglais, il le maîtrise parfaitement, je peux vous le confirmer. Il a aussi une connaissance du cyclisme qui l’a conduit à gérer cette course d’une manière très originale. Je ne suis pas spécialiste. Je le vois de l’extérieur mais le Tour de France, comme ses prédecesseurs, il aurait pu l’assommer beaucoup plus tôt. Mais il se connaît bien. Il savait que les étapes de la Loze et du plateau des Glières pouvait constituer un moment très difficile si il avait grillé ses cartouches trop tôt. Du point de vue de quelqu’un qui l’a observé avec une certaine inquiétude quand il n’attaquait pas tout le temps, je pense que Primoz était un excellent stratège. C’est ce qui le distingue des autres coureurs et qui fait de lui, selon certains journalistes, une personne énigmatique.

 

Etes-vous fier de votre nouvel ami ?

Je suis fier d’être un grand fan. Je n’aurais pas la prétention de me qualifier comme l’ami de Primoz, mais je suis fier d’être un fan qui a eu le plaisir de l’accueillir à Tignes. Je suis natif de cette station d’altitude et, quand le site dans lequel j’habite depuis ma naissance, accueille des sportifs de cette valeur et que ces sportifs apprécient mon site, cela me remplit de bonheur. Mon sentiment est assez simple mais je le qualifie de cette manière. Je suis très heureux de voir que le séjour à Tignes de Primoz et son équipe a été porteur de réussite, et pour Primoz particulièrement.

Classement général provisoire après l'étape 19

1SLOROGLIC PrimozTeam Jumbo-Visma83h29'41''
2SLOPOGACAR TadejUAE Team Emirates+ 57''
3COLLOPEZ Miguel Angel Astana Pro Team+ 1'27''
4AUSPORTE RichieTrek-Segafredo+ 3'06''
5ESPLANDA MEANA MikelBahrain-McLaren+ 3'28''
6ESPMAS EnricMovistar Team+ 4'19''
7GBRYATES AdamMitchelton-Scott+ 5'55''
8COLURAN RigobertoEF Pro Cycling+ 6'05''
9NEDDUMOULIN TomTeam Jumbo-Visma+ 7'24''
10ESPVALVERDE AlejandroMovistar Team+ 12'12''
11ITACARUSO DamianoBahrain-McLaren+ 12'31''
12FRAMARTIN GuillaumeCofidis, Solutions Credits+ 13'16''
13EQUCARAPAZ RichardINEOS Grenadiers+ 17'48''
14FRABARGUIL WarrenArkea - Samsic+ 28'03''
15USAKUSS SeppTeam Jumbo-Visma+ 35'54''
16ESPBILBAO PelloBahrain-McLaren+ 53'33''
17COLQUINTANA ROJAS Nairo AlexanderArkea - Samsic+ 57'49''
18FRAROLLAND PierreB&B Hotels-Vital Concept+ 1h00'13''
19ESPVERONA CarlosMovistar Team+ 1h11'30''
20BELVAN AERT WoutTeam Jumbo-Visma+ 1h19'57''
21ESPSOLER GIMINEZ MarcMovistar Team+ 1h26'54''
22ESPIZAGIRRE GorkaAstana Pro Team+ 1h27'52''
23SUIREICHENBACH SébastienGroupama-FDJ+ 1h30'51''
24FRAELISSONDE KennyTrek-Segafredo+ 1h31'32''
25FRACHEREL MikaëlAG2R La Mondiale+ 1h32'24''
26COLCHAVES RUBIO Johan EstebanMitchelton-Scott+ 1h33'35''
27FRAMADOUAS ValentinGroupama-FDJ+ 1h36'32''
28COLMARTINEZ Daniel FelipeEF Pro Cycling+ 1h52'29''
29POLKWIATKOWSKI MichalINEOS Grenadiers+ 1h55'35''
30FRAPINOT ThibautGroupama-FDJ+ 1h56'21''
Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Lucas DUPONT

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité



News

Transferts

Publicité

Sondage

Qui est le coureur de l'année 2020 ?

















Partenaires

Publicité
Publicité