Tour de France
Tour de France - Guimard : 'Fignon n'est pas né sous une bonne étoile' Photo : Sirotti / @Cyclismactu / CyclismActu.net

Tour de France - Guimard : "Fignon n'est pas né sous une bonne étoile"

Ce jeudi, comme depuis le début de cette semaine, La Chaîne L'Equipe vous propose de revoir les grands moments du Tour de France 1989 et son épilogue. Souvenez-vous, le dimanche 23 juillet 1989, Laurent Fignon perdait le Tour de France sur les Champs-Elysées... pour huit petites secondes. Ce jeudi, sur La Chaîne L'Equipe, vous pourrez donc revoir ce chrono et étape au dénouement incroyable du Tour de France 1989 qui restera marquée à jamais dans l'Histoire. Greg LeMond s'impose devant Laurent Fignon de justesse au terme du contre-la-montre final sur les Champs-Elysées. Directeur sportif de Laurent Fignon à cette époque, Cyrille Guimard revient sur ce qu'il s'est passé pour Cyclism'Actu. Non sans émotion car, Cyrille Guimard, notre chroniqueur, n'aime pas évoquer ce souvenir douloureux. Entretien.

Guimard : "Fignon ne s'est jamais remis des 8 secondes"

 

"1989, un des plus beaux Tour de France de l'histoire"

"Jusqu'en 1989, ça a été l'âge d'or du cyclisme français. Entre 1975 et 1989, quasiment tous les vainqueurs du Tour sont soit français, soit évoluent dans une équipe française. Cette période était magnifique, avec Fignon, Hinault, LeMond ou Thévenet un peu avant, les courses étaient aussi beaucoup plus passionnantes car les équipes n'étaient pas capables de contrôler comme maintenant", rappelle Guimard avant de se remémorer le Tour de France 1989 : "C'est un Tour où il s'est pratiquement tout passé, et c'est un des rares Tour où on a un changement de maillot jaune entre les deux principaux protagonistes jusqu'au dernier jour, puisque LeMond et Fignon ses sont échangés le maillot à plusieurs reprises. Ça reste un des plus beaux Tour de l'histoire, de par sa conclusion mais aussi de par tous les mouvements de course qu'il y a eu."


"Quand Fignon est arrivé dans la montée des Champs, je savais que ça ne passerait pas"

Guimard détaille ensuite le final dramatique de ce Tour de France 1989 : "Tout se joue le vendredi, à deux jours de l'arrivée, sur l'étape qui arrive à Aix-les-Bains. Fignon se blesse à un testicule sur cette étape. Sur le moment tout va bien, mais le lendemain il commence à avoir mal, et le soir ce n'était plus la même histoire. Le médecin ne pouvait rien faire, et donc Fignon est parti comme ça sur le chrono final. Il n'a pas pu s'échauffer, il ne pouvait quasiment pas mettre les mains en bas, il se replaçait tout le temps sur sa selle, et en plus sur les Champs il y a des pavés. On sait que ça va être 20 kilomètres de souffrance, mais malgré ça il va quand même faire 2e de l'étape (3e en réalité, Thierry Marie prenant la 2e place, ndlr). Pour moi, c'est un exploit absolument extraordinaire, mais ça a été odieux. Quand il est arrivé dans la montée des Champs, au bout de 300 mètres, je savais que ça ne passerait pas, parce qu'il n'arrivait pas à faire cette montée. Et là, on est impuissant."

 

"Laurent Fignon ne s'est jamais remis de ces huit secondes"

"Derrière, sur le plan humain, ça a été dramatique", poursuit Guimard. "D'ailleurs, Laurent ne s'est jamais remis de ces huit secondes. Au niveau de son mental, de son envie de courir, il y a un ressort qui a été cassé, et cet événement est arrivé après le Giro 1984 où on lui avait volé la victoire car l'organisation avait tout fait pour que Francesco Moser gagne. Il a été privé de deux victoires, la première fois à cause d'une escroquerie, la deuxième fois à cause des circonstances. Il ne faut pas oublier aussi qu'au début de l'année 1985, alors qu'il vient de gagner les deux derniers Tour de France, il se fait opérer du tendon d'Achille, et il ne retrouvera jamais la puissance qu'il avait avant cette opération. Ça faisait quand même beaucoup de choses pour un seul homme. Même dans sa première année pro, il était seul en tête de Paris-Tours avant de casser une pédale, il n'y a qu'à lui que ça pouvait arriver. Et malheureusement, il est décédé à 50 ans... Il fait partie des personnes qui ne sont pas nées sous une bonne étoile malgré un talent fou." 

 

"Des événements comme ça, il n'en faut pas beaucoup dans une vie"

"Tout le monde a eu du mal à s'en remettre. Des événements comme ça, il n'en faut pas beaucoup dans une vie. On n'en meurt pas, mais ça fait vraiment très, très mal. Et les gens se rappellent toujours de ces 8 secondes, mais pas du vol du Tour d'Italie 84 ni de la victoire de Fignon sur le Giro en 89. Les gens se rappellent toujours des 8 secondes, mais pas de ses victoires sur le Tour 83 et 84, ni de ses deux victoires sur Milan-San Remo", conclut Guimard.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par François BONNEFOY

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

publicité

L'actu en vidéo par Cyclism'Actu



News

Transferts

publicité

Sondage

Si Chris Froome quitte la Team Ineos, dans quelle équipe il pourrait aller ?



















publicité

Partenaires