ITW
ITW - Prudhomme : «Je ne me rends pas compte qu'on est en juillet» Photo : @Cyclismactu / CyclismActu.net

ITW - Prudhomme : «Je ne me rends pas compte qu'on est en juillet»

Ce lundi 6 juillet, les coureurs devraient être en train d'observer la première journée de repos du Tour de France à La Rochelle (Charente-Maritime). Mais la crise sanitaire a obligé les organisateurs à décaler la Grande Boucle, qui se déroulera finalement du 29 août au 20 septembre. Quoiqu'il en soit, Christian Prudhomme, le patron du Tour, a tenu à faire le déplacement dans la préfecture de la Charente-Maritime où il a été accueilli par Dominique Bussereau, Président du Département de la Charente-Maritime et de l'Assemblée des Départements de France, et Stéphane Villain, Vice-Président du Département en charge du Sport, de la Jeunesse et du Tourisme, pour faire le point sur l'organisation de la course. 

Vidéo - Ch. Prudhomme à La Rochelle pour parler du Tour de France !

 

"Je ne me rends pas compte qu'on est le 6 juillet"

"Je ne sais pas si c'est pareil pour moi comme pour vous, mais il y a eu comme une sorte de parenthèse, et je ne me rends pas compte que c'est le 6 juillet", a débuté Prudhomme. "Je le sais, mais je ne m'en rends pas compte. L'autre jour, nous étions avec Thierry Gouvenou, le directeur des compétitions, sur une reconnaissance d'étape du Tour 2021, et en rentrant il était 21 heures et je trouvais qu'il faisait nuit tard. Je pensais qu'on était fin avril, alors qu'on était le 10 juin. On a un temps par rapport à l'objectif, il se trouve qu'on est à deux mois du Tour. On est en juillet, mais je ne m'en rends pas vraiment compte." 

 

"Le système de filtrage existe depuis 2016 sur le Tour"

Le patron du Tour de France a ensuite évoqué les questions de sécurité, qui est au centre de l'organisation : "Ce que les services de l'État nous ont demandé, c'est deux scenarii différents, dont un avec un système de filtrage ou de pré-filtrage, qui existera ou pas selon la règle qui sera en place entre le 29 août et le 20 septembre. Ce système de filtrage ou de pré-filtrage, ça existe depuis 2016 sur le Tour de France", a expliqué Prudhomme. "Il faut mettre les choses en perspective. Bien sûr, c'est la première fois qu'on utilisera ce système à cause d'une pandémie, mais ça existait après les attentats et ça existe sur le Tour tous les ans depuis 2016. Cette année, il y aura en plus une cellule Covid. De la même manière, depuis 2013, il est arrivé qu'on interdise le public à tel ou tel endroit dans un col. Donc les mesures existent déjà, mais nous ne savons pas tout parce que la situation évolue. Si le Tour avait lieu aujourd'hui, nous porterions tous un masque dans les espaces ASO. Est-ce que ce sera le cas dans deux mois ? On en saura plus au début du mois d'août. Mais en tout cas, ce que les services de l'État nous ont demandé, c'est la possibilité de passer de l'un à l'autre, de quelque chose qui peut être très desserré à un peu moins ensuite."

 

"On aura environ 60% de la caravane"

Christian Prudhomme a également parlé de la caravane du Tour. Celle-ci sera bien présente mais sera réduite puisqu'environ 60% des véhicules prévus initialement seront présents : "Pour ce qui est de la caravane, nous serions tellement heureux si le cyclisme était une sort d'îlot de prospérité dans lequel la crise économique qui fait suite à la pandémie n'existait pas. Lorsqu'il a fallu prendre des décisions pour la caravane, c'était à la mi-avril, au sommet de la pandémie, un certain nombre de marques ont dit non. Je pense qu'on aura environ 60% de la caravane, 100 véhicules sur 160, parce que cette crise économique est bien là et touche aussi le cyclisme", a-t-il assuré. Par ailleurs, le transfert entre les Pyrénées et la Charente-Maritime la veille de la première journée de repos ne se fera pas en avion mais avec les bus des équipes.

 

"Si Geraint Thomas attaque, qui va rouler ?"

Après les mesures de sécurité, Prudhomme s'est exprimé sur le sportif, et il s'attend à un Tour de France vraiment palpitant : "Le Tour sera sans doute plus important que jamais aussi pour les champions. C'est la plus grande course du monde, et ils veulent la gagner. Dans un calendrier hyper resserré, ça a encore plus de force. Non seulement tous les champions seront là, mais comme on dit dans le foot ou dans le basket, la profondeur de banc sera hallucinante, c'est-à-dire que les numéros deux, trois ou quatre peuvent très bien gagner le Tour", a-t-il expliqué. "Sur un parcours atypique en 2020 qui part de Nice, et c'est seulement la septième fois depuis 1903 que le Tour part du Sud de la France, on arrivera rapidement dans la partie montagneuse avec dès le premier dimanche le col de Turini puis le mardi dans les Alpes avec l'arrivée à Orcières-Merlette et le jeudi avec le Mont-Aigoual. Il y a des possibilités tactiques énormes pour les équipes qui ont plusieurs leaders. Qui va rouler derrière Geraint Thomas s'il s'échappe dans le Turini ? Pareil si l'un des leaders de Jumbo-Visma attaque, où si Warren Barguil attaque sur la route d'Orcières-Merlette."

 

"Il y aura moins de monde, mais il y aura les mêmes sourires"

Pour finir, Christian Prudhomme est persuadé que le changement de date ne va pas impacter la popularité du Tour, et que l'intérêt que les gens ont pour la Grande Boucle sera toujours très grand : "Ce que ça va changer ? Le déplacement de deux mois change déjà des choses. Ce sera en septembre pour la première fois, il y aura à priori moins de monde sur le bord des routes, la caravane sera moins importante... Il y aura sans doute moins de monde, mais il y aura les mêmes sourires sur les bords de route, et il y aura la même diffusion à la télévision. Et quand je vois la forêt de micros devant moi ici en Charente-Maritime, je me dis que le Tour intéresse. On avait tellement de demandes d'interviews qu'à un moment on s'est dit 'autant aller voir les gens'. C'est pour ça qu'on est là aujourd'hui, aussi pour dire merci aux collectivités et à tous les élus que j'ai appelés pour changer les dates du Tour. Le Tour est une chaîne, et si un maillon casse, il n'y a plus de chaîne, mais tout le monde à dit oui donc je voulais les remercier", a conclu Prudhomme.

 

 

 

 

 

 

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par François BONNEFOY

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité



News

Transferts

Publicité

Sondage

Qui est le coureur de l'année 2020 ?

















Partenaires

Publicité
Publicité