Route - Jempy Drucker règle ses comptes : «On n'est pas des pions !»
Route
Photo : @Cyclismactu / CyclismActu.net

Route - Jempy Drucker règle ses comptes : «On n'est pas des pions !»

La classique Paris-Tours - qui s'est disputée le dimanche 10 octobre dernier - pourrait bien être la dernière course en carrière de Jempy Drucker (35 ans). En fin de contrat avec la formation Cofidis, le Luxembourgeois ne sera pas prolongé (à moins d'un gros revirement de situation) au sein de l'équipe tricolore. Conscient de cette douloureuse réalité, l'ancien coureur du BMC Racing Team attend désormais la suite des événements.

Vidéo - Jempy Drucker ne sera pas prolongé chez Cofidis !

 

"Si les dirigeants d'une équipe me donnent une chance, ils ne le regretteront pas..."

"Pendant la course, j'ai pensé que le chapitre du cyclisme était peut-être terminé. Je suis toujours conscient que Paris-Tours peut être la dernière épreuve de ma carrière. Si les dirigeants d'une équipe me donnent une chance, ils ne le regretteront pas. Je dois voir ce qui se passe. Bien sûr, je n'ai pas le choix entre Deceuninck, Ineos ou Jumbo. Il faut peser ça. Une équipe basque comme Euskaltel, par exemple, ne m'attire pas. D'autres équipes comme Alpecin qui sont dans le Pro Tour font presque partie du World Tour", explique Jempy Drucker dans une interview accordée au Tageblatt.

L'ancien vainqueur d'une étape sur le Tour d'Espagne a essayé de mettre en avant son profil : "Si une équipe me prend, ce ne sera certainement pas pour gagner une grosse course flandrienne. Mais faire du bon travail, diriger une équipe dans une course. J'ai montré par le passé que je pouvais le faire. Je n'ai pas de plan précis pour janvier ou février. Mais j'espère que lorsqu'une porte se fermera, une autre s'ouvrira. En tant que professionnel, vous avez pu acquérir une expérience que vous pouvez transmettre."

 

Cédric Vasseur dans le viseur du Luxembourgeois !

Jempy Drucker a également profité de cet entretien pour régler ses comptes avec le manager de l'équipe Cofidis. Avant la 108e Grande Boucle, en juin dernier, le coureur luxembourgeois avait reçu une offre de prolongation de la part des dirigeants de la formation tricolore. Le natif de Sandweiler assure qu'il a mis environ deux semaines à réfléchir avant d'accepter l'offre, mais que Cédric Vasseur n'était plus joignable. La suite : une non-sélection pour le Tour de France et une fin de saison délicate, d'autant que le début n'était pas idyllique non plus.

"Je me suis senti arnaqué. Si vous, en tant que cycliste, ne pouvez pas compter sur votre patron, cela n'a aucun sens. À ce moment-là, j'ai tiré mes propres conclusions de la situation. On n'est pas des pions !", affirme-t-il, avant d'évoquer sa saison au sein de la Cofidis : "Je n'ai pas eu une bonne année, mais j'ai fait beaucoup de courses avec Christophe Laporte. Quand vous voyez son évolution. J'y ai joué un petit rôle. Je lui ai beaucoup parlé pendant la saison des Classiques et lui ai fait part de mes expériences. J'ai toujours fait mon travail durant les courses. Malheureusement, ma forme n'était pas assez bonne pour aider mes leaders dans le final des épreuves."

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Clement LABAT-GEST

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité


News

Publicité

Sondage

Qui est la plus grosse déception de la saison 2021 ?















Partenaires

Publicité
Publicité