Europe - Route - Sonny Colbrelli sacré devant Evenepoel et Cosnefroy
Europe - Route
Photo : @UEC_cycling

Europe - Route - Sonny Colbrelli sacré devant Evenepoel et Cosnefroy

Considéré comme le grand favori de la course, Sonny Colbrelli a fait respecter la logique en devenant champion d'Europe chez lui en Italie. Présent dans un groupe de 10 costauds qui étaient sortis du peloton, Colbrelli a d'abord été le seul avec Benoît Cosnefroy capable de suivre Remco Evenepoel quand celui-ci a attaqué à environ 20 kilomètres de l'arrivée. Le Français ensuite a lâché prise dans la dernière bosse, mais pas l'Italien, qui a pu s'accrocher jusqu'au bout à la roue du Belge avant de le devancer facilement au sprint. Au courage, Cosnefroy a réussi à sauver la 3e place, prenant une belle médaille de bronze. Colbrelli succède à son compatriote Giacomo Nizzolo et poursuit la domination de son pays sur les championnats d'Europe puisque les quatre derniers vainqueurs sont italiens : Matteo Trentin en 2018, Elia Viviani en 2019, Nizzolo l'an passé et donc Colbrelli cette année.

Vidéo - Sonny Colbrelli est le nouveau champion d'Europe !

 

La France et l'Espagne attaquent très fort

Le début de course est très rapide et animé par de nombreuses attaques. Les Français sont très actifs, et un groupe de quatre coureurs s'échappe avec Franck Bonnamour et Aurélien Paret-Peintre accompagnés de l'Espagnol Antonio Jesus Soto et du Belge Harm Vanhoucke. Cependant, l'Italie ne veut pas laisser filer ce coup et roule pour maintenir l'écart aux alentours de la minute, aidée en cela par la Slovénie et la Suisse.

La course s'anime à nouveau dans la difficulté suivante puisque Thibaut Pinot sort du peloton et revient sur les hommes de tête. Les Espagnols tentent aussi un coup de force puisque plusieurs d'entre eux attaquent, et pas des moindres : Mikel Landa, Ion Izagirre et David de la Cruz, qui sont accompagnés de Sébastian Reichenbach (Suisse) et Jonas Rapp (Allemagne). Andrea Bagioli (Italie) fait ensuite le jump, tout comme Felix Grossschartner (Autriche), et tout ce petit monde revient sur les Français. Au sommet de cette bosse, on retrouve donc 12 coureurs en tête dont 3 Français - Pinot, Bonnamour et Paret-Peintre - et 4 Espagnols - Landa, Soto, De la Cruz et Izagirre - ainsi que Grossschartner, ReichenbachBagioli, Rapp et Vanhoucke.

 

Les Français continuent, mais ça se regroupe

Devant, Bonnamour et Soto emmènent logiquement l'échappée, et l'écart avec le peloton atteint la minute au moment d'aborder une nouvelle difficulté, l'ascension de Candriai, peut-être la plus dure du jour. Victime d'un problème mécanique, Philippe Gilbert (Belgique) se trouve quant à lui dans un groupe attardé, et il va avoir du mal à revenir. En effet, c'est désormais le Portugal qui emmène le peloton sur un rythme soutenu, et l'écart avec les fuyards descend pour atteindre 30''. Ça roule très vite dans cette ascension et on perd des éléments partout. Devant, Bonnamour et Soto lâchent logiquement prise, mais aussi Landa, alors que derrière, Peter Sagan (Slovaquie) fait partie des nombreux coureurs en difficulté, tout comme Ivan Garcia Cortina (Espagne), Dylan Teuns (Belgique) ou encore Bauke Mollema (Pays-Bas).

Alors que le peloton est revenu à 20'', Romain Bardet passe à l'attaque, suivi par Remco Evenepoel (Belgique) et Gianni Moscon (Italie). Ce qu'il reste du peloton revient, et Warren Barguil en profite alors pour contrer et sortir seul. Le Breton passe au sommet avec moins de 10'' de retard sur le groupe de tête, et il recolle rapidement. Cependant, la descente technique et rapide redistribue complètement les cartes puisqu'une dizaine de coureurs en profitent pour revenir à l'avant, dont Moscon, Diego Ulissi, Sonny Colbrelli et Matteo Trentin (Italie), Evenepoel, Tadej Pogacar (Slovénie) ainsi que Bardet et Benoît Cosnefroy (France). Ces hommes entrent sur le circuit final avec 20'' d'avance sur le peloton, mais il reste encore plus de 100 kilomètres à parcourir. D'ailleurs, ce peloton revient peu après, et on retrouve ainsi une cinquantaine de coureurs dans le groupe de tête. On n'est même pas à mi-course, et on a déjà assisté à une grosse sélection.

 

Pogacar à l'avant, la fusée française met Cosnefroy sur orbite

Les coureurs ont besoin de soufflé, mais pourtant les attaques continuent de fuser. Barguil se retrouve un temps en tête en compagnie de quatre autres coureurs avant d'être repris, puis un group de quatre sort avec notamment Victor Campenaerts (Belgique), mais là aussi le peloton revient peu de temps après. À 70 kilomètres de l'arrivée, un gros coup sort alors avec Tadej Pogacar (Slovénie), Markus Hoelgaard (Norvège), Matteo Trentin (Italie), Mark Padun (Ukraine) et Campenaerts, ce qui oblige l'équipe de France à réagir derrière. Même si devant, le Belge ne collabore pas, l'écart augmente avec le peloton et atteint les 30'', alors qu'on aborde la quatrième des huit ascensions du Povo au programme.

La France lance alors les grandes manoeuvres en mettant sa fusée en place : Valentin Madouas, Thibaut Pinot, Warren Barguil puis Romain Bardet accélèrent et mettent sur orbite Benoît Cosnefroy, qui revient sur le groupe de tête avec seul Evenepoel dans sa roue, car le peloton a complètement explosé suite à l'accélération des Bleus. Sonny Colbrelli (Italie) recolle ensuite au prix d'un gros effort, alors que Padun a au contraire explosé. À 58 kilomètres de l'arrivée, on retrouve donc 7 hommes en tête : Cosnefroy, Trentin et Colbrelli, Campenaerts et Evenepoel ainsi que Hoelgaard. Cependant, Ben Hermans (Belgique) et Marc Hirschi (Suisse) reviennent dans la descente, puis Pavel Sivakov (Russie) en fait de même. Joao Almeida (Portugal) et Bardet sont eux à une vingraine de secondes et perdent du temps.

 

Cosnefroy-Evenepoel-Colbrelli, le tiercé gagnant

Après avoir bien travaillé, Campenaerts est distancé du groupe de tête et se fait rattraper par le groupe Bardet, mais ils ont déjà près d'une minute de retard alors qu'il reste 40 kilomètres à parcourir. D'ailleurs, cet écart continue de grandir et la gagne est clairement parmi les 9 hommes à l'avant - 8 si l'on enlève Ben Hermans, qui se sacrifie pour Evenepoel. Dans l'avant-dernière ascension du Povo, Sivakov est le premier à attaquer, mais il est immédiatement contré par Evenepoel. Cosnefroy et Colbrelli sont les seuls à s'accrocher à la roue du Belge, et les trois hommes font le trou ! Juste derrière, on retrouve le trio Pogacar-Hirschi-Sivakov, mais ils sont repris dans la descente par Hoelgaard, Trentin et Hermans. à 15 kilomètres du but, l'écart entre les trois hommes de tête et les 6 poursuivants est de 25''.

 

Colbrelli sacré chez lui, Cosnefroy sauve le bronze

Devant, Evenepoel mène un rythme d'enfer dans la dernière bosse et fait exploser Cosnefroy ! En revanche, Colbrelli s'accroche et parvient à basculer avec le Belge. L'entente n'est ensuite pas très bonne entre les deux hommes, Colbrelli ne collaborant pas vraiment, ce qui a le don d'agacer son rival. Malgré tout, ils ont suffisamment d'avance sur leurs poursuivants et vont se disputer la victoire. Bien plus rapide sur le papier qu'Evenepoel, Colbrelli joue en plus parfaitement avec les nerfs du Belge en le laissant mener tout le dernier kilomètre. L'Italien fait ensuite respecter la logique en l'emportant facilement, Evenepoel se contentant de la médaille d'argent. Derrière, Cosnefroy sauve la troisième place au courage et obtient une belle médaille de bronze, Trentin réglant le sprint pour la 4e place juste après l'arrivée du Français.

Classement général

1ITACOLBRELLI Sonny Bahrain Victorious4h19'45''
2BELEVENEPOEL RemcoDeceuninck-Quick Stepm.t.
3FRACOSNEFROY BenoîtAG2R Citroen+ 1'30''
4ITATRENTIN MatteoUAE Team Emirates+ 1'43''
5SLOPOGACAR TadejUAE Team Emiratesm.t.
6SUIHIRSCHI MarcUAE Team Emiratesm.t.
7NORHOELGAARD MarkusUno-X Pro Cyclingm.t.
8BELHERMANS BenIsrael Start-Up Nation+ 1'45''
9RUSSIVAKOV PavelINEOS Grenadiers+ 1'49''
10BELCAMPENAERTS VictorTeam Qhubeka NextHash+ 5'41''
Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par François BONNEFOY

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité



News

18:14 Mondiaux Thomas Voeckler : "Julian Alaphilippe a couru à l'instinct" 18:01 Mondiaux Van Aert : "Je suis humain, ce n'est pas facile le cyclisme" 17:44 Mondiaux Alaphilippe : "Je ne pensais pas que j'étais capable de tenir" 17:37 Paris-Tours 22 formations sur Paris-Tours, dimanche 10 octobre 17:11 Paris-Chauny Jasper Philipsen s'impose devant Pasqualon, Bouhanni 4e 16:58 Dorpenomloop Rucphen Elias Van Breussegem surprend les sprinteurs 16:40 Mondiaux Julian Alaphilippe, en arc-en-ciel pour la 2e fois de suite ! 16:34 Cyclo Un week-end vélo des Gascons Riders en l'honneur de Nico Portal ! 16:25 Route Dave Brailsford : "Je n'ai pas l'intention de m'éloigner d'INEOS" 16:05 Mondiaux Elisa Balsamo, sacrée : "Il faudra du temps pour réaliser !" 16:01 Route Lefevere n'a aucunement l'intention de créer une équipe féminine 15:53 Route La compo de l'effectif de l'équipe féminine Cofidis pour 2022 ! 15:45 Mondiaux LIVE VIDÉO les Mondiaux : Qui va succéder à Alaphilippe ? 15:23 Route L'Allemand André Greipel va raccrocher après le Tour de Münster 14:59 Route Victor Koretzky : "Je n'abandonne pas mes premiers amours... " 14:56 Mondiaux Wout Van Aert : "L'idéal ? Battre au sprint un petit groupe !" 14:43 Route La formation Euskaltel-Euskadi a prolongé 5 nouveaux coureurs 14:18 Tour de Lombardie Le parcours costaud avec 4500m de dénivelé positif 13:41 Cyclo-cross Les Mondiaux organisés à Hulst en 2026 et à Ostende en 2027 13:09 Transfert La Caja Rural-Seguros RGA signe le Tchèque Michal Schlegel
Publicité

Sondage

Qui va devenir champion du monde sur route ?



















Partenaires

Publicité
Publicité