Drôme Classic
Drôme Classic - Simon Clarke, plus fort que Barguil et Nibali ! Photo : @Boucles_classic

Drôme Classic - Simon Clarke, plus fort que Barguil et Nibali !

Simon Clarke (EF Pro Cycling) a remporté la Drôme Classic 2020 ce dimanche, en réglant dans un sprint à trois Warren Barguil (Arkéa-Samsic) et Vincenzo Nibali (Trek-Segafredo). Ce trio s'était échappé dans les 15 derniers kilomètres et s'est disputé la victoire à Livron-sur-Drôme, où Clarke s'est donc montré le plus fort pour succéder à Alexis Vuillermoz, vainqueur l'an passé.

Drôme Classic - Simon Clarke remporte la Drôme Classic 2020

Derrière ces trois hommes, Guillaume Martin (Cofidis) a pris la 4e place, 24 heures après avoir terminé 3e de la Faun-Ardèche Classic. Benoît Cosnefroy (AG2R La Mondiale) a pris la 5e place, bien aidé par le gros travail de son coéquipier Romain Bardet dans le final. Ce dernier semblait avoir de bonnes jambes, contrairement à Julian Alaphilippe (Deceuninck - Quick Step), incapable de suivre les meilleurs dans les dernières ascensions. 

 

Trois coureurs forment l'échappée du jour

Le départ est agité et plusieurs favoris se font piéger comme Benoît Cosnefroy qui est pris dans une cassure, mais tout rentre rapidement dans l'ordre. Trois hommes en profitent pour attaquer et former l'échappée du jour : Franck Bonnamour (Arkéa-Samsic), Pier André Côté (Rally Cycling) et Julen Irizar (Fundacion Orbea), déjà présent à l'avant hier sur le Omloop Het Nieuwsblad. Morné van Niekerk (St Michel Auber 93) sort en contre derrière mais ne parvient pas à rejoindre le trio de tête, et il décide de se relever.

Le peloton laisse filer les échappés, qui comptent jusqu'à 8 minutes d'avance avant que l'écart ne commence à se réduire. Ils n'ont plus que 6 minutes d'avance à 80km de l'arrivée, puis 4 minutes à 60km du but, alors que les grandes manoeuvres n'ont pas encore débuté derrière. L'équipe Deceuninck - Quick Step accélère bien le rythme dans plusieurs ascensions pour durcir la course, mais il reste encore environ 70 coureurs dans le peloton à 40 bornes de l'arrivée, avec un peu plus de 2 mnutes de retard sur les hommes de tête, qui ne sont plus que deux puisque Julen Irizar, sans doute fatigué de ses efforts de la veille, a lâché prise.

 

Vincenzo Nibali fait exploser la course

Les côtes se succèdent et le peloton revient inexorablement sur les hommes de tête, qui sont finalement repris à 25km de l'arrivée. À part Lilian Calmejane dans le col de la Grande Limite, personne n'a tenté d'attaquer et la sélection se fait par l'arrière, notamment sous l'impulsion de l'équipe Trek-Segafredo qui a roulé fort dans cette ascension, mais il reste encore de nombreux coureurs dans le groupe de tête. Les choses sérieuses débutent dans la côte des Roberts où Vincenzo Nibali attaque et passe au sommet avec une dizaine de mètres d'avance sur un groupe réduit de poursuivants. Ça revient dans la descente, mais dès lors la course est complètement décousue et les attaques fusent. À 16km de l'arrivée, on retrouve 16 coureurs à l'avant : Martin, Edet, Perez, Alaphilippe, Cavagna, Nibali, Bardet, Cosnefroy, Barguil, Calmejane, Hardy, Pichon, Serrano, Clarke, Simon, Kangert, Bennett sont devant.

Nibali attaque à nouveau dans la côte de Grane, mais une partie du groupe revient sur l'Italien. Ce dernier est déchaîné et attaque à nouveau avec Simon Clarke et Warren Barguil. Ce trio entame le Mur d'Allex, à 10km de l'arrivée, avec quelques mètres d'avance sur Julien Simon. Un groupe de 5 avec Bardet n'est pas loin derrière, tandis qu'Alaphilippe est un peu plus loin, même si son coéquipier Rémi Cavagna fait un gros effort pour réduire l'écart. Le trio de tête creuse l'écart dans cette côte, et ils passent au sommet avec environ 20'' d'avance sur le groupe des poursuivants, qui a repris Simon et dans lequel Alaphilippe est à la dérive. Cosnefroy n'est pas au mieux non plus, au contraire de Romain Bardet, qui essaie de redonner vie à ce groupe.

 

Clarke plus rapide que Barguil et Nibali

À 6km du but, la messe semble dite car les trois hommes de tête s'entendent bien et creusent petit à petit l'écart, même si derrière l'équipe Cofidis fait rouler Perez et Edet en tête du groupe des poursuivants. Bardet aussi prend des relais car Cosnefroy est dans ce groupe, en revanche Alaphilippe et Cavagna ont disparu. Les échappés abordent la bosse finale avec 30'' d'avance sur les poursuivants, et Barguil fait mal à ses rivaux, qui s'accrochent tout de même à sa roue. Derrière, Cosnefroy tente le tout pour le tout en attaquant dès le pied, mais il est trop tard. La victoire va se jouer au sprint entre les trois fuyards, Nibali emmène avec Clarke dans sa roue et Barguil en dernière position. Clarke passe en tête avant le dernier virage puis lance le sprint et s'impose facilement devant Barguil et Nibali. Guillaume Martin vient ensuite prendre la 4e place devant Cosnefroy.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par François BONNEFOY

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité

L'actu en vidéo par Cyclism'Actu



News

Transferts

Publicité

Sondage

Romain Bardet doit-il quitter AG2R La Mondiale à la fin de la saison ?







Publicité

Partenaires

Publicité