Tour de France - Pinot : «Si Team INEOS et Jumbo-Visma cadenassent...»
Tour de France
Photo : @GroupamaFDJ

Tour de France - Pinot : «Si Team INEOS et Jumbo-Visma cadenassent...»

Dans un entretien télévisé diffusé par France TV sport, Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) a fait le point sur sa préparation et sa condition à quelques jours du départ du Tour de France (29 août-20 septembre). Confiné à Mélisey (Haute-Saône) auprès de ses parents atteints du Covid-19, le coureur français a pu se ressourcer en s’adonnant à sa passion pour les animaux. "J’ai profité vraiment de de ma vie au final, avoue-t-il. De plus avoir d’horaires, de dates, ça m’a fait du bien pour la suite de ma carrière".

Vidéo - Thibaut Pinot après avoir terminé 2e du Dauphiné 2020 !

 

"Dans ma tête, ça été un déclic... "

Thibaut Pinot est également revenu sur sa blessure à la cuisse survenue lors de la 18e étape du Tour de France 2019, entre Embrun et Valloire. "Ce qui est assez bizarre, c’est que j’ai digéré assez facilement, poursuit-il. Je ne me suis pas abattu là-dessus, ça ne servait à rien de pleurer. J’ai pris conscience que j’avais surement la gagne dans les jambes, j’ai prouvé. Ma plus grande force a été de terminer l’étape du Galibier avec les meilleurs. Le soir-même, je savais que c’était fini. Dans ma tête, ça été un déclic de se rendre compte que je suis capable de gagner la plus grande course du monde".


"J’espère qu’il y aura de la bataille"

Le Français qui a terminé à la deuxième place du classement général du Critérium du Dauphiné derrière Daniel Martinez (EF Pro Cycling), a pu prendre conscience de la force des deux meilleures équipes du peloton, la Jumbo-Visma et le Team INEOS. "J’espère qu’il y aura de la bataille et de pas de temporisation entre les deux armadas. J’espère qu’elles vont se battre et que nous en profitera. Si elles ont décidé de cadenasser la course et d’attendre le contre-la-montre de la Planche des Belles Filles, nous on ne pourra rien faire. C’est ça qui me fait le plus peur. Pour l’instant, Roglic et Bernal sont les deux favoris du Tour", insiste-il.

 

"J’avais peur de la pression que je me mettais moi-même"

L’abandon lors de la 19e étape du Tour de France 2019 a fait passer au Franc-comtois un cap sur le plan mental. "Je n’ai plus peur de l’échec. J’avais peur de la pression que je me mettais moi-même. C’est celle-là la pire et non celle des médias et de l'équipe. J’ai tellement appris avec tous mes échecs que je sais très bien que des échecs sur le Tour, d’ici la fin de ma carrière, j’en connaîtrai encore et je suis prêt à faire face", conclut-il.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Jules DERENNE

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité


News

Publicité

Sondage

Quel est le meilleur grimpeur de la saison 2021 ?















Partenaires

Publicité
Publicité