ITW
ITW - Hinault : «Serais-je plus heureux avec six Tours de France... ?» Photo : Sirotti

ITW - Hinault : «Serais-je plus heureux avec six Tours de France... ?»

La Chaine L'Equipe rediffusait lundi la victoire d'étape de Bernard Hinault au sommet de l'Alpe d'Huez lors du Tour de France 1986. Troisième du classement général au matin de cette 18e étape avec 2'47" de retard sur son coéquipier Greg LeMond, le coureur français de La Vie Claire - l'équipe détenue par Bernard Tapie - franchissait la ligne main dans la main avec le Maillot Jaune américain et futur vainqueur du Tour cinq jours plus tard. Restée dans la légende, cette célébration entre les deux hommes fait beaucoup parler depuis maintenant 34 ans, les observateurs se demandant encore si les deux hommes s'entendaient si bien que cela sur cette 73e Grande Boucle. Contacté par Cyclism'Actu, Bernard Hinault s'est montré ferme : "Il n'y avait pas de rivalité avec Greg LeMond".

"Un duel avec Greg LeMond ? Ça m'horripile d'entendre ça"

 

"Serais-je plus heureux avec 6 Tours de France ?"

Devancé par le Suisse Urs Zimmermann au classement général à cinq étapes de l'arrivée à Paris, Bernard Hinault, accompagné de Greg LeMond, avait décidé ce jour-là de faire sa fête au coureur helvète. "C’était une bonne journée. On avait un adversaire qui était Urs Zimmermann et qui n’était pas à négliger. On l’a donc attaqué là où il ne s’y attendait pas, c’est-à-dire en descente. Je l’ai attaqué le premier. Il a voulu me suivre mais il a fait une petite faute de carre, donc Greg l’a attaqué également derrière. Et comme ce n'était pas un très bon descendeur, c’était fini. Il n’avait pas d’équipiers autour de lui, il s’est retrouvé tout seul contre deux et c’était impossible pour lui. Surtout qu’il y avait la montée de la Croix de Fer derrière, puis toute la vallée de l’Oisans et l’ascension de l’Alpe d’Huez", se souvient le Blaireau.

 

"Le but était que Greg LeMond gagne ce Tour"

Seuls au monde dans la montée finale de l'Alpe d'Huez - Zimmermann finira troisième de l'étape à 5'15" du duo ! - Bernard Hinault et Greg LeMond auraient très bien pu alors se livrer un duel pour la victoire finale. Mais ça, le quintuple vainqueur du Tour ne l'a jamais imaginé et ne veut pas en entendre parler. "Il n’y a pas eu de duel entre Greg LeMond et moi. Pourquoi voulez-vous à chaque fois parler de duel ? Ça m’horripile d’entendre ça. On était tous les deux dans la même équipe et le but était que Greg gagne ce Tour. Si jamais j’avais eu l’intention de faire quelque chose contre Greg, je ne l’aurais pas fait dans l’Alpe d’Huez mais dans les Pyrénées".

 

"La célébration ? C’était du bonheur à l’état pur"

"J’avais 5 minutes d’avance (5'25" exactement après la 12e étape de Pau, ndlr) - et il me suffisait de ne pas bouger le lendemain, de rester dans sa roue et je ne vois pas alors comment il aurait pu gagner. Tout le monde pense qu’il y avait rivalité mais il n’y avait pas de rivalité. Je n’aurai sûrement pas couru de cette manière-là sinon…", confie celui qui, après avoir porté une attaque de très loin lors de la 13e étape, avait quasiment perdu tout son avantage au général sur Greg LeMond dans la montée de Superbagnères. Et comment interpréter alors cette célébration au moment de franchir la ligne d'arrivée au sommet de l'Alpe d'Huez ?

 

"C’était du bonheur à l’état pur après une superbe journée passée à deux et lors de laquelle nous avions relégué notre principal adversaire à plus de 5 minutes. C’était génial, que du bonheur". À la retraite à la fin de cette saison 1986, Bernard Hinault n'aura donc plus jamais eu l'occasion de remporter un sixième Tour de France, ce qui lui aurait permis de devenir le plus grand coureur de l'histoire de la Grande Boucle au niveau du nombre de victoires finales. Mais 34 ans après, tout ceci n'a aucune importance pour le Breton.

 

"J’ai respecté ma parole d’amener Greg LeMond à la victoire"

"Est-ce que je serai plus heureux avec six Tours de France au compteur ? C’est ça qu’il faut se mettre dans la tête. Est-ce que je serais plus heureux actuellement si j’étais le seul avec six victoires ? Je ne pense pas. Le plus important, c’est le bonheur, le plaisir d’être ensemble et de respecter une parole que j’avais donnée un an plus tôt. J’ai respecté ma parole d’amener Greg LeMond à la victoire", conclut le natif d'Yffiniac.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Nicolas GAUTHIER

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité

L'actu en vidéo par Cyclism'Actu



News

Transferts

Publicité

Sondage

Romain Bardet doit-il quitter AG2R La Mondiale à la fin de la saison ?







Publicité

Partenaires

Publicité