ITW
ITW - Cédric Vasseur : 'On a un peu l'impression de travailler pour rien' Photo : @Cyclismactu / CyclismActu.net

ITW - Cédric Vasseur : "On a un peu l'impression de travailler pour rien"

Cédric Vasseur, manager général de la formation Cofidis, au micro de Cyclism'Actu pour nous parler de la situation actuelle liée au coronavirus. Entre un début de saison tronqué, les Jeux Olympiques de Tokyo en passe d'être reportés et un Tour de France dont on ne sait pas aujourd'hui s'il aura lieu cet été, Cédric Vasseur est un manager général inquiet.

Cédric Vasseur : "L'impression de travailler pour rien"

Selon vous, faut-il maintenir le Tour de France 2020 ?

  •  
  •  
  •  

 

Jeux Olympiques ou Tour de France ?

"Les coureurs se posent tous beaucoup de question, nous explique Cédric Vasseur. Quand la saison va-t-elle reprendre ? On n'a pas de réponse. L'UCI a annulé toutes les courses jusqu'à fin avril, mais cette période va bien évidemment être prolongée de quelques semaines ou même de plusieurs mois. Il y a aussi un gros point d'interrogation sur les Jeux Olympiques, et la tendance actuelle est à un report des JO, ça peut forcément changer le visage du calendrier futur de la saison 2020.

Avant d'ajouter : "Aujourd'hui, il est prématuré de faire un plan sur la tenue ou non du Tour. On peut parfaitement imaginer qu'en cas d'annulation des Jeux, le calendrier sera un peu plus élargi, alors pourquoi pas décaler le Tour de France si la nécessité sanitaire le demande. Maintenant, si le Tour ne peut pas s'élancer comme prévu le 27 juin, ça peut nous laisser l'espoir de voir le Tour décalé au mois d'août. Il est clair que la priorité reste la santé. Du côté d'ASO, on doit se poser beaucoup de questions, en tout cas je leur fais pleinement confiance. Si une épreuve est capable de se décaler d'un mois et de déplacer des montagnes, de faire quasiment l'impossible pour qu'elle soit maintenue, c'est bien le Tour de France."

 

"Déplacer le Tour en août si les Jeux sont annulés"

"Non, c'est juste un scénario, précise Cédric Vasseur. Aujourd'hui, la réalité c'est qu'on parle beaucoup plus des JO que du Tour dans la presse, et la tendance c'est que ça va être compliqué de maintenir les JO. Donc si les Jeux n'ont pas lieu, la période qu'ils prenaient peut être prise par d'autres événements. Maintenant, chaque événement international a le même problème, car ça rassemble des personnes de pays différents, donc que ce soit le Tour, les JO, Roland-Garros ou une autre épreuve, le problème reste le même. On ne peut pas imaginer un Tour de France en 2020 si la situation sanitaire n'évolue pas dans le bon sens, c'est sûr."

 

Une saison sans Tour de France, un gros manque à gagner pour le cyclisme ?

"C'est vrai que le Tour de France reste la vitrine du cyclisme, continue Cédric Vasseur. Qu'on soit coureur, équipe, partenaire... on a tous les yeux rivés vers le mois de juillet et le Tour. C'est la course qui rassemble le plus de téléspectateurs, de spectateurs, c'est la course où tous les partenaires se bousculent pour être partie prenante. Donc c'est clair qu'une saison sans Tour de France, ce serait un gros manque à gagner pour le cyclisme. Maintenant, je serais peut-être moins pessimiste que Patrick Lefevere, qui a peur de voir le modèle du cyclisme s'effondrer en cas d'annulation du Tour. Il y aura probablement des dommages collatéraux si le Tour venait à être annulé, mais l'épreuve va forcément repartir derrière, avec peut-être d'autres partenaires. Ça va être une vraie zone de turbulences à gérer, et c'est sûr que ça va être problèmatique pour plein de personnes dans le monde du cyclisme."

 

Peur de la saison blanche... ?

"Oui, on a peur de la saison blanche, avoue Cédric Vasseur. Par exemple, le premier vrai objectif d'Elia Viviani, c'était Milan-San Remo, qui aurait dû avoir lieu samedi dernier. Il devait aussi faire le Giro qui est annulé pour l'instant, on ne sait pas pour le Tour. Guillaume Martin visait le Tour, mais pour ça il faut bien se préparer en montagne, organiser des stages, ce qu'on ne peut pas faire pour l'instant. Donc là, c'est en train de faire patatra, mais je me dis que la situation est la même pour toutes les équipes, il faut tout simplement la gérer, et encore une fois ça ne reste que du sport, et le sport n'est pas prioritaire dans la situation actuelle. C'est le message que je passe à mes coureurs en leur demandant de ne pas stresser, de na pas céder à la catastrophe. On sait que c'est grave, mais l'essentiel c'est que ça reparte."

 

Mon état d'esprit ?

"Mon état d'esprit ? conclut Cédric Vasseur. Je ne peux pas cacher que je suis inquiet. Pour nous, c'est très difficile de faire des plans, et on sait très bien qu'une saison cycliste se base d'abord sur des fondations solides. Le travail a été fait cet hiver, les plannings ont été faits pour tous les coureurs, mais aujourd'hui on est obligés de mettre en attente tous nos projets futurs. La vraie difficulté, c'est qu'on a un peu l'impression de travailler pour rien, pour l'instant on navigue à l'aveugle."

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par François BONNEFOY

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

publicité

L'actu en vidéo par Cyclism'Actu



News

Transferts

publicité

Sondage

Si Chris Froome quitte la Team Ineos, dans quelle équipe il pourrait aller ?



















publicité

Partenaires