Dopage
Dopage - Bernal : 'L'image du cyclisme colombien est affectée' Photo : Sirotti

Dopage - Bernal : "L'image du cyclisme colombien est affectée"

Ces derniers mois, la Colombie a été l'un des pays les plus touchés par le dopage dans le cyclisme. En ce moment, vingt Colombiens sont suspendus - plus que n'importe quelle autre nation - et le laboratoire anti-dopage colombien est fermé depuis 2017 après avoir été discrédité par l'Agence Mondiale Antidopage. Parmi les cas les plus connus, il y a Jarlinson Pantano, vainqueur d'une étape sur le Tour de France puis contrôlé positif à l'EPO, et aussi Manzana Postobon, une équipe colombienne qui a dû mettre la clé sous la porte après de nouveaux cas de coureurs contrôlés positifs.

Egan Bernal sera sur le Tour de France ou le Giro en 2020 ?

 

"Notre image est affectée par ce qu'il s'est passé..."

Il y a quelques semaines, Egan Bernal s'était inquiété de la situation de la lutte antidopage dans son pays dans une interview pour le journal Le Monde. Une sortie qui avait fait réagir la fédération colombienne, et le vainqueur du Tour de France a tenu à arrondir les angles en assurant à Cyclingnews que "la fédération faisait du bon boulot", même s'il pense toujours que tous ces cas de dopage nuisent au cyclisme colombien : "C'est difficile pour nous, pour notre image qui est affectée par ce qu'il s'est passé. Ça s'améliore, ça s'améliore. Il y a toujours des cas de dopage, mais pas seulement en Colombie, d'en d'autres pays aussi. Et il faut aussi prendre en compte que c'est la Colombie, on n'a pas le même budget que la France, l'Italie ou l'Espagne. On ne peut pas comparer. Je pense que la fédération fait ce qu'elle peut avec le budget qu'elle a."

 

"C'est normal que le vainqueur du Tour soit plus testé qu'un coureur lambda en Colombie"

Pour Bernal, il y a aussi une grande différence entre les coureurs colombiens qui évoluent dans les grandes équipes européennes et ceux qui sont restés au pays dans des structures plus modestes : "C'est différent, on est beaucoup plus testés en Europe, mais il y a aussi des tests en Colombie. C'est normal que le vainqueur du Tour soit plus testé qu'un coureur lambda en Colombie. Des coureurs comme moi, Sergio Higuita ou Ivan Sosa, des jeunes coureurs, on a une mentalité différente. Peut-être que ceux qui continuent de se doper pensent différemment", a-t-il conclu.

 

Le cas Jarlinson Pantano

En juillet dernier, un mois après avoir mis un terme à sa carrière suite à son contrôle positif à l'EPO subi lors du Tour du Haut-Var au mois de février, Jarlinson Pantano s'est exprimé en longueur dans Los Informantes, une émission de télévision colombienne. L'ancien coureur de la Trek-Segafredo continue de nier s'être dopé. "Je n'ai jamais utilisé d'EPO. Je n’avais d'ailleurs aucune raison de faire quelque chose comme cela à ce stade de ma carrière. J’avais deux ans de contrat et j'étais dans les meilleures années de ma carrière. De plus, j'ai une fondation d'enfants et je les ai toujours mis en garde contre le dopage."

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par François BONNEFOY

Tous vos Pronostics et vos Paris sur les courses de Cyclisme c'est ICI 

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

L'actu en vidéo par Cyclism'Actu


News

Transferts


Sondage

Qui est le coureur de l'année 2019 ?















Partenaires