Bilan 2021 - Débuts réussis pour Intermarché-Wanty-Gobert en WorldTour
Bilan 2021
Photo : @IntermarcheWG

Bilan 2021 - Débuts réussis pour Intermarché-Wanty-Gobert en WorldTour

L'équipe belge Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux était forcément surveillée cette saison, puisqu'elle se lançait dans le grand bain du WorldTour pour la première fois de son histoire. Après une première partie compliquée sans aucun succès, elle s'est bien relancée à partir du Tour d'Italie où elle a levé les bras grâce à Taco van der Hoorn. En tout, la formation a remporté neuf victoires et occupe une honnête 14e place au classement UCI par équipes et visera plus en 2022. Retour en détail sur la saison 2021 de la structure de Jean-François Bourlart

Vidéo - Odd Christian Eiking a fait briller Intermarché-Wanty-Gobert

 

La renaissance de Taco van der Hoorn 

Le Néerlandais Taco van der Hoorn n'est pas le coureur le plus connu de sa formation malgré sa victoire d'étape sur le Benelux Tour en 2018 ou la Primus Classic qu'il a remportée la même année. Pas en vue sur les classiques flandriennes de printemps, il a pris part au premier Grand Tour de sa carrière à 28 ans, le Tour d'Italie. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il n'a pas mis longtemps avant de se mettre en avant ! Lors de la troisième étape, il a réalisé un vrai numéro en échappée sur un profil propice aux baroudeurs. Coureur le plus fort du groupe de tête, il a parfaitement résisté au retour pressant du peloton et des équipes de sprinteurs pour décrocher son plus beau succès de l'année, après près de 9 kilomètres en solitaire. 

Sur la deuxième partie de saison, il a continué à se montrer régulièrement aux avants-postes. Lors d'une échappée au long cours, le natif de Rotterdam a réglé le sprint d'un groupe en petit comité lors de la 3e étape du Benelux Tour, son deuxième succès en WorldTour cette année. Mais il ne s'est pas arrêté là et a rajouté une classique à son palmarès de 2021. Sur le Circuit du Houtland, il a devancé de quatre secondes son coéquipier Danny van Poppel. Avant, il avait aussi pris une belle deuxième place sur l'Antwerp Port Epic, mais a échoué au sprint face à Mathieu van der Poel (Alpecin-Fenix). Âgé de 28 ans, le coureur néerlandais a réalisé la meilleure saison de sa carrière.

Meintjes, Taaramaë, Eiking : les grimpeurs se sont montrés à leur avantage

Recruté à l'intersaison après avoir passé plusieurs années difficiles, Louis Meintjes était le coureur le plus attendu de sa formation pour viser les classements généraux. Offensif et retrouvé, il aura fait preuve de régularité sur les courses d'une semaine WorldTour en première partie de saison : 18e de l'UAE Tour, 20e du Tour de Romandie ou encore 17e du Critérium du Dauphiné. Le grimpeur de poche sud-africain avait fait du Tour de France son principal objectif. S'il a perdu du temps sur les premières étapes, il sera monté en puissance sur la deuxième partie de la Grande Boucle et a décroché une encourageante 14e place au classement général à l'arrivée. Aligné sur La Vuelta, il était présent avec les tous meilleurs grimpeurs du peloton et était bien parti pour décrocher son premier top 10 en Grand Tour depuis 2017. Mais le natif de Pretoria a dû abandonner en raison d'une malheureuse chute survenue sur la 19e étape, à deux jours de l'arrivée.

Au-delà du coureur sud-africain, Rein Taaramäe et Odd Christian Eiking se sont aussi distingués en montagne. L'Estonien s'est montré régulièrement à l'avant sur les étapes vallonnées mais a dû attendre le Tour d'Espagne pour trouver l'ouverture. Sur la première arrivée au sommet de l'épreuve, il a remporté la troisième étape en s'isolant à trois kilomètres de la ligne. Pour la première fois de sa carrière, il a porté le maillot rouge de leader pendant deux jours, mais a dû l'abandonner en raison d'une chute survenue sur la 5e étape. 

Pas forcément le grimpeur le plus connu, Eiking a réalisé une année très aboutie ! 10e du Grand Prix La Marseillaise, il s'est surtout signalé sur la Clasica San Sebastian en prenant une belle septième place avant le point d'orgue de sa saison : le Tour d'Espagne. Sur la 10e étape qui a souri aux baroudeurs (victoire de Michael Storer), le Norvégien a pris la cinquième place sur la ligne à Rincon de la Victoria. S'il n'a pas obtenu la victoire, il a pu prendre le maillot rouge de leader, six jours après son coéquipier Rein Taaramäe. Tombé sur la 17e étape menant aux Lacs de Covadonga, il n'a pas pu le défendre face à l'attaque décisive de Primoz Roglic (Jumbo-Visma), et a échoué aux portes du top 10 au classement général de La Vuelta (11e). Une performance majeure qui devrait le mettre en confiance pour les saisons à venir.

 

Le sprinteur Danny van Poppel a fait la meilleure saison de sa carrière

Passé par les plus grandes équipes du WorldTour (Jumbo-Visma, INEOS Grenadiers), Danny van Poppel était le sprinteur désigné de l'équipe. Le Néerlandais aura globalement répondu aux attentes puisqu'il se sera adjugé la victoire sur deux classiques : l'Egmont Cycling Race et Binche-Chimay-Binche. Mais c'est bien par sa régularité que le coureur batave aura impressionné. En effet, que ce soit sur les courses à étapes ou sur les courses d'une journée, il aura cumulé pas moins de dix podiums, notamment sur le Benelux Tour (3e des 4e et 5e étapse), la Gooikse Pijl (2e) ou encore le Circuit de Houtland (2e). Seul point noir de sa saison : il n'a pas été très à son avantage sur la dernière édition du Tour de France où il aura décroché comme meilleur résultat une 5e place, c'était lors de la 13e étape, qui arrivait à Carcassonne.

 

Rota, Girmay, Zimmermann... ils se sont également signalés cette saison !

Diminué par une blessure au genou, le jeune Allemand Georg Zimmermann a repris sa saison tardivement à l'occasion de Cholet - Pays de la Loire. Malgré quelques places d'honneur obtenues sur le Challenge de Majorque notamment, il a dû attendre le mois de juillet pour signer sa première performance majeure de la saison ! Présent sur le Tour de l'Ain, il s'est imposé en costaud sur la deuxième étape arrivant à Saint-Vulbas en remportant un sprint en petit comité. S'il n'a pu faire mieux qu'une 7e place à l'arrivée, le natif d'Augsbourg se sera aussi montré à son avantage à domicile, puisqu'il aura terminé 5e au classement général et meilleur jeune du Tour d'Allemagne

Arrivé au mois d'août de la formation française DELKO, Biniam Girmay n'aura pas tardé à se montrer à son avantage. Sous ses nouvelles couleurs, il aura remporté son premier succès un mois seulement après son arrivée, sur la Classic Grand Besançon Doubs, comptant pour le classement de la Coupe de France. En dehors de sa première victoire chez les professionnels, il aura décroché de nombreux accesits, comme en témoigne sa deuxième place sur le Tour de Doubs ou sa cinquième place sur le Tour du Piémont. Avec son pays l'Erythrée, il aura marqué les esprits lors des Championnats du Monde sur route Espoirs où il a pris une belle médaille d'argent dans les rues de Louvain.

Réputé plus grimpeur-puncheur que son coéquipier érythréen, Lorenzo Rota aura également montré de belles dispositions cette saison. Coureur à l'aise sur les épreuves d'une journée, il aura cumulé les places d'honneur sur les classiques, dès le début de saison avec notamment une 10e place sur le Trophée Laigueglia. Mais c'est en deuxième partie de saison que le Transalpin va réaliser ses plus belles performances. Après le Tour de France, le natif de Bergame est au départ de la Clasica San Sebastian. Présent dans le bon groupe à l'arrivée, il a décroché une excellente quatrième place, son meilleur résultat en WorldTour ! Sur les classiques italiennes, il s'est à nouveau montré en forme en finissant 4e du Tour de Toscane ou 7e des Trois Vallées Varésines.

 

Intermarché-Wanty-Gobert renforcée pour les classiques flandriennes en 2022 avec la venue d'Alexander Kristoff

Après une première encourageante en WorldTour, la formation belge a choisi de se renforcer en vue de performer encore plus l'an prochain. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle a réussi un coup de maître en s'offrant le Norvégien Alexander Kristoff, en provenance d'UAE Team Emirates. Moins en vue en 2021, l'ancien vainqueur de Milan-San Remo et du Tour des Flandres demeure une valeure sûre les classiques flandriennes et les arrivées au sprint. Par ailleurs, Intermarché-Wanty-Gobert a renforcé ce secteur avec l'arrivée d'Adrien Petit (Team TotalEnergies), Dimitri Claeys (Team Qhubeka NextHash) et Sven Erik Bystrom (UAE Team Emirates) qui épauleront le natif d'Oslo. Le rouleur Barnabas Peak (Team BikeExchange), Laurens Huys (Bingoal Pauwels Sauce WB), les Belges de Lotto-Soudal Kobe Goosens et Gerben Thijssen ont également été annoncés. Enfin, les jeunes Julius Johansen (Uno-X Pro Cycling Team) et Hugo Page (Conti Groupama-FDJ) sont les deux derniers renforts.

Si l'équipe comptera toujours sur Louis Meintjes (qui a prolongé jusqu'en 2023) pour les classements généraux, et sur Rein Taaramäe, Jan Hirt ou Lorenzo Rota pour les terrains vallonnés, elle doit faire face également à une vague de départs importants. En effet, la révélation de La Vuelta Odd Christian Eiking s'est engagé avec EF Education-NIPPO tandis que son sprinteur principal Danny van Poppel rejoint BORA-hansgrohe, dans laquelle évoluera également Jonas Koch. Wesley Kreder a lui signé pour la formation Cofidis tandis que Jérémy Bellicaud - non conservé par son équipe - retournera chez les amateurs en 2022. 

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Waldemar NEY

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité


News

Transferts

TRANSFERTS
2021 - 2022
Publicité

Sondage

Quel coureur va gagner son premier Grand Tour ?



















Partenaires

Publicité
Publicité