Tour de France
Tour de France - Bardet : 'Gagner ne dépend pas que de moi' Photo : Sirotti

Tour de France - Bardet : "Gagner ne dépend pas que de moi"

"Il est armé, il sait qu'il fait partie des meilleurs du monde. Il semble bien gérer la pression, donc il a tous les arguments physiques et mentaux pour aller chercher cette victoire sur le Tour". Daniel Mangeas en est convaincu. Romain Bardet a toutes les qualités pour décrocher le graal cette année. Après avoir accumulé les places d'honneur au classement général du Tour de France, l'Auvergnat rêve ouvertement du maillot jaune. Deuxième en 2016 et troisième en 2017, le leader de la formation AG2R La Mondiale est habitué à jouer devant. Seule la première marche du podium manque encore à son tableau de chasse sur la Grande Boucle. À 28 ans, Bardet arrive à maturité physique et son équipe progresse de saison en saison. De quoi nourrir l'ambition de réaliser ce qu'aucun Français n'a réussi depuis Bernard Hinault : inscrire son nom au palmarès de l'épreuve la plus prestigieuse du calendrier. 

Le Mag Cyclism'Actu - Avec Romain Bardet à Marcolès... !

 

"J’ai été deuxième, ça aiguise l’appétit"

Interrogé dans les colonnes du Monde à quelques jours du Grand Départ de Bruxelles, le leader des Ciel et Terre veut y croire : "Si un jour je dois gagner le Tour de France, ça sera grâce à la fantaisie. Face à nous, il y a des équipes beaucoup mieux armées. Mais le cyclisme, même s’il obéit de plus en plus à des systèmes prédictifs où les équipes à gros budget ont 90 % de chance de gagner, laisse une petite marge à la folie pour changer le cours des choses. Pour m’autoriser à y rêver, je dois être hyper-cartésien sur tout le reste. C’est le paradoxe de ma condition : je planifie tout pour être au top mais pour y arriver, il faudra que je sorte de ce plan. Gagner le Tour, est-ce une obsession ? J’ai été deuxième, ça aiguise l’appétit. Mais la quête est plus importante que son accomplissement. Gagner le Tour ne dépend pas que de moi. M’y préparer au mieux, oui".

 

"Peu de coureurs débuteront ce Tour en ayant déjà deux podiums"

Mikaël Cherel fera partie de la garde rapprochée de l'Auvergnat sur le Tour. Dans une interview qu'il nous a récemment accordée, le Manchois se voulait lui aussi optimiste quant aux chances de voir Romain Bardet briller en juillet : "Romain n'a pas affiché sa meilleure forme sur le Dauphiné mais je pense qu'il a tous les atouts en lui de par son expérience. Peu de coureurs débuteront ce Tour en ayant déjà deux podiums. Il a toujours su arriver à son meilleur niveau sur le Tour, personne ne doute de sa capacité à pouvoir de nouveau monter sur le podium."

Si un jour je dois gagner le Tour de France, ça sera grâce à la fantaisie. Face à nous, il y a des équipes beaucoup mieux armées. Mais le cyclisme, même s’il obéit de plus en plus à des systèmes prédictifs où les équipes à gros budget ont 90 % de chance de gagner, laisse une petite marge à la folie pour changer le cours des choses. Pour m’autoriser à y rêver, je dois être hyper-cartésien sur tout le reste. C’est le paradoxe de ma condition : je planifie tout pour être au top mais pour y arriver, il faudra que je sorte de ce plan. Gagner le Tour, est-ce une obsession ? J’ai été deuxième, ça aiguise l’appétit. Mais la quête est plus importante que son accomplissement. Gagner le Tour ne dépend pas que de moi. M’y préparer au mieux, oui. Et ça, ça élève 

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Quentin BALLUE

Tous vos Pronostics et vos Paris sur les courses de Cyclisme c'est ICI 

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

L'actu en vidéo par Cyclism'Actu


Brèves

Transferts


Sondage

Que peut désormais ambitionner Julian Alaphilippe sur le Tour de France ?








Partenaires