Route
Route - Quand Chris Froome 'rêve de faire partie du Big 5' Photo : Sirotti

Route - Quand Chris Froome "rêve de faire partie du Big 5"

Cristopher Froome a remis un dossard ce weekend à l'occasion du Critérium de Saitama. Le Britannique a repris le vélo voici quelques semaines, mais garde encore de nombreuses stigmates de sa terrible chute survenue sur le Critérium du Dauphiné. Ces objectifs demeurent toutefois clairs pour 2020 : le Tour de France et les Jeux Olympiques. En marge de cet événement au Japon, le quadruple vainqueur du Tour s'est entretenu avec Marca sur son ressenti actuel et ses ambitions futures.

Chris Froome : "Remporter un 5e Tour de France est un rêve"

 

"Les Jeux Olympiques, un parcours très explosif"

En plus du Critérium, le coureur d'Ineos a pu reconnaître une première fois le parcours qui sera proposé aux coureurs lors des prochains Jeux Olympiques de Tokyo l'été prochain : "Nous reconnaissions l'itinéraire et la vérité est que c'est très difficile. C'est un itinéraire explosif idéal pour les alpinistes, je pense que c'est beau avec beaucoup de montagnes et d'explosifs. 


"Le rêve de faire partie du Big 5"

Quand on lui demande s'il devait choisir entre Tour ou JO, Froome révèle la difficulté de ce choix, lui qui aura 35 ans en 2020, et voit sans aucun doute sa dernière chance de remporter une médaille d'or. Mais dans les faits, rien n'empêche "Froomey" de tenter le doublé : "Pour moi, c’est l’un des grands objectifs après le Tour de France. J'irai au camp d’entraînement pour décider des plans et du calendrier avec mes coéquipiers et les directeurs sportifs. Il est difficile de choisir parce que la médaille d’or des Jeux est la plus grande possible et transcende le cyclisme, car les Jeux sont la compétition la plus importante au-delà du cyclisme. Par contre, j’ai ce rêve de faire partie du «club». du Big 5 du Tour et je vais me battre à mort pour l'obtenir."


"Il n'y aura pas de problèmes de leadership"

Avec plusieurs leaders alignés sur le Tour de France depuis deux ans, la formation Ineos s'est distinguée des autres formations (si tenté que ce fut encore nécessaire) dans la gestion d'un leadership multiple, en gérant parfaitement la question sur ces deux dernières années. Le résultat en a été une domination toujours plus grande avec Geraint Thomas, puis Egan Bernal. Le Kenyan Blanc en déduit donc que la même problématique pour 2020... n'en sera pas une : "Il n'y aura pas de problème. La chose est très claire: celui qui est plus fort sera le leader. Nous avons tous été clairs et ce le sera vraiment. Bernal est une personne qui vient d'atteindre l'élite et qui a déjà remporté le Tour, alors que Thomas me ressemble plus parce que cela lui a coûté cher de gagner la course. J'ai 7 grands tours." 

Mais ce trio qui compte 6 Tours de France à aux trois voit se dresser de nouvelles rivalités sur les Grands Tours, menées par l'équipe Jumbo-Visma, qui apparaît clairement comme les rivaux numéro un de l'écurie britannique. Leur recrutement s'est enrichi cet automne de Tom Dumoulin qui viendra rejoindre les autres leaders que sont Primoz Roglic et Stevn Kruijswijk. "Je pense que Jumbo-Visma mérite une attention particulière, c'est une équipe brutale. L’arrivée de Dumoulin leur donnera sûrement beaucoup. Vous vous arrêtez pour penser coureur par coureur et vous voyez qu'ils sont tous très bons. Tom gagne sûrement beaucoup plus parce qu'il est très bon en chrono et se défend dans les montagnes, quelque chose de similaire à ce que Roglic est. Ils sont deux grands coureurs." Le caractère principal des coureurs que vient de décrire Froome est qu'ils ont le même profil de coureur que lui : gestionnaire en montagne et excellent sur l'effort solitaire, d'où une rivalité qui s'annonce plus qu'intéressante pour 2020.

 

"Je reviendrai sur la Vuelta !"

Interviewé par Marca, celui qui compte depuis peu deux victoires sur le Tour d'Espagne n'a pas pu échapper à la question d'un possible retour sur les routes ibériques. Oui, a répondu clairement l'intéressé dont l'histoire avec cette course fut éprise de toutes sortes de sentiments : entre ce succès acquis récemment sur tapis vert en 2011 puis sa rivalité perdue avec Alberto Contador en 2012 et 2014 avant son premier triomphe officiel en 2017. Cette dernière édition à l'issue de laquelle il fut contrôlé anormalement au salbutamol, déclenchant l'affaire que l'on connaît. "C'est une des courses que j'aime le plus, sinon celle que j'aime le plus. J'aime tes chemins, les fans ... tout. Je ne sais pas si ce sera en 2020, mais je reviendrai certainement sur cette course que j'aime tant."

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Jean LEBRETON

Tous vos Pronostics et vos Paris sur les courses de Cyclisme c'est ICI 

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

L'actu en vidéo par Cyclism'Actu


News

Transferts


Sondage

Qui est le coureur de l'année 2019 ?















Partenaires