Route
Route - Clément Chevrier a confié 'avoir connu l'anorexie' Photo : Sirotti

Route - Clément Chevrier a confié "avoir connu l'anorexie"

Après les propos de Janez Brajkovic sur les problèmes de boulimie qu'il a connus durant sa carrière et que connaissent de nombreux coureurs professionnels selon lui, c'est un autre trouble alimentaire qui a été évoqué par Clément Chevrier, le coureur de la formation AG2R La Mondiale. Dans le livre "Equipiers", écrit par Grégory Nicolas, dont quelques lignes ont été dévoilées par le quotidien La Montagne, le coureur de 27 ans s'est exprimé sur les soucis d'anorexie dont il a été la victime au début des années 2010.

Clément Chevrier sur une course junior en 2010

"On est dans une bulle. On est dans notre monde. On est obnubilé par ce que l’on mange, par ce que l’on va manger. A la base, cela part d’une quête de performance pour passer pro. Et pour moi être pro, c’était un rêve de gamin. Certains prennent les choses à coeur plus que d’autres. Quand on a 18-19 ans, on est plus faible mentalement. Et il faut dire que j’aime bien faire les choses à fond aussi... Je prenais vraiment plaisir à faire le métier. Le plaisir de se sentir maigrir, le plaisir de se sentir léger. C’était cette démarche-là. Je n’avais pas envie de manger des pâtisseries. Je prenais plaisir à manger de l’air, de la salade."

 

"Nous ne sommes pas des surhommes"

Le vainqueur d'une étape du Tour des Pays de Savoie en 2013 ne se rend alors pas compte de sa maigreur, son poids se trouvant à ce moment-là sous les 50 kilos. C'est l'entourage du coureur professionnel qui lui fait prendre conscience de son problème avec l'alimentation, et également son exil aux Etats-Unis en 2014 sous les couleurs de la formation Bissell Development Team puis de l'équipe Trek Factory Racing. "Là bas j’ai tout changé. Je ne me sentais pas jugé. En Europe, on possède le culte du corps bien affûté. Avant même la course, on juge un coureur en fonction de son affûtage. Si un coureur est affûté, ça veut dire qu’il est sérieux. Aux Etats-Unis, c’est plus basé sur le fun, le plaisir. Même s’ils sont très sérieux à l’entraînement, l’approche n’est pas du tout la même."

Revenu en Europe en 2015 dans la formation IAM Cycling puis chez AG2R La Mondiale, Clément Chevrier est resté sur ce qu'il avait mis en place aux Etats-Unis et espère que son témoignage servira aux jeunes cyclistes qui se reconnaîtront dans ce qu'il a vécu. "Il faut que les gens et les jeunes générations soient avertis par rapport à cela. Nous ne sommes pas des surhommes. Nous ne sommes pas des machines."

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Nicolas GAUTHIER

Tous vos Pronostics et vos Paris sur les courses de Cyclisme c'est ICI 

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

L'actu en vidéo par Cyclism'Actu


News

Transferts


Sondage

Qui remportera le Tour des Emirats arabes unis ?

















Partenaires