ITW
ITW - Combaud : «Je ne fais pas une fixette sur le Tour de France» Photo : @Cyclismactu / CyclismActu.net

ITW - Combaud : «Je ne fais pas une fixette sur le Tour de France»

À 29 ans, Romain Combaud va décourir le World Tour puisqu'il s'est engagé avec l'équipe Sunweb (Futur Team DSM). Après cinq ans passés chez Nippo Delko One Provence, c'est donc un nouveau défi qui attend le Français. Ses ambitions, sa relation avec Romain Bardet, sa place dans l'équipe... Romain Combaud s'est confié au micro de Cyclism'Actu juste après la présentation de son formation.

Vidéo - Combaud : "Je ne vais pas faire une fixette sur le Tour"

 

Comment se sont déroulées les tractactions pour votre arrivée chez Sunweb ?

Tout d'abord, l'annonce a été faite de manière un petit peu absurde, car c'est sorti dans la presse avant que l'équipe Sunweb ne communique, donc ça été fait un petit peu à l'envers. C'est sorti au départ du Dauphiné puis ça a été pas mal relayé, mais l'annonce officielle a été faite courant octobre. Ensuite, pour revenir sur comment je suis arrivé au Team Sunweb, ça s'est fait tout simplement. Romain Bardet était en contact avec Sunweb depuis un petit moment. Là-bas, il avait envie de trouver un nouvel élan sportif et humain, et il m'a proposé au manager Iwan Spekenbrinck. Puis ça a été à mon tour de discuter avec Iwan pour qu'on voit ce qu'il attendait de moi et ce que je pouvais apporter à l'équipe, et ça s'est plutôt bien passé. On a conclu assez rapidement, pendant le premier confinement, et j'ai signé mon contrat début juillet.

 

Votre programme sera-t-il calé sur celui de Romain Bardet ?

C'est souvent la question qu'on me pose, mais pas du tout. Romain m'a proposé ce projet aussi pour que je continue d'évoluer. C'est vrai que j'arrivais un peu à saturation, même si j'ai passé cinq belles années à Delko avec Frédéric Rostaing et ensuite Philippe Lannes. Ce sont des années qui resteront, car c'est un club qui m'a formé sur les courses de haut niveau. Chez Sunweb, j'arrive peut-être pour aiguiller les jeunes, car c'est une équipe très, très jeune. On ne sera que quatre coureurs à avoir plus de 30 ans l'an prochain, donc je serai là plus pour aiguiller les jeunes, même si mon expérience dans le World Tour est très faible comparé à certains jeunes. Cependant, j'espère qu'on se croisera avec Romain sur certaines courses, j'espère faire vraiment des courses avec lui mais ce n'est pas du tout dans l'idée de la direction que l'on court tout le temps ensemble, d'ailleurs je pense que pour lui comme pour moi, c'est bien aussi de voir autre chose. On courra certainement ensemble, mais son programme ne sera pas le mien.

 

Sunweb est l'équipe la plus jeune du World Tour, et ils ont pourtant obtenu d'excellents résultats en 2020. Impressionné ?

C'est impressionnant, et ce qui est encore plus impressionannt, c'est la fin de saison qu'ils ont réalisé avec un groupe qui ne va pas beaucoup changer l'année prochaine, car il n'y a que cinq ou six arrivées, dont Romain et moi. C'est vraiment impressionnant, ça veut dire qu'Iwan Spekenbrinck et toute l'équipe ont effectué des recrutements réfléchis, donc j'espère que j'en ferai partie avec Romain. De plus, Sunweb va devenir Team DSM, c'est un grand changement pour eux et pour moi aussi personnellement. On voit bien que tout le monde avance main dans la main, c'est vraiment de bon augure et j'ai vraiment hâte d'attaquer la saison et d'être avec mes coéquipiers.

 

"C'est mieux d'être un bon équipier qu'un mauvais leader"

Vous arrivez dans un rôle d'équipier, mais aurez-vous la possibilité de jouer votre carte personnelle ?

Je ne sais pas, j'espère que j'aurai ma carte sur certaines courses. Après, je ne vais pas du tout là-bas pour jouer ma carte. On l'a très bien compris, c'est une équipe vraiment collective, qui veut que tout le monde donne le meilleur de soi-même. Et si un coéquipier gagne, ce sera la victoire d'une équipe. Ils mettent vraiment l'accent sur ce collectif et c'est quelque chose qui me plaît. Certes, j'espère avoir ma chance, mais quand on a sa chance, il ne faut pas se louper. Mais c'est mieux d'être un bon équipier qu'un mauvais leader. Je vais essayer d'apporter ma pierre à l'édifice, j'intégrerai totalement le collectif et je serai content quand ce sera l'équipe qui gagnera. J'espère que la saison prochaine sera aussi belle que celle qu'ils viennent de faire, et j'espère que le Team DSM sera l'une des meilleures équipes mondiales, voire la meilleure.

 

Nicolas Roche nous a confié qu'il aimerait bien faire le Tour de France aux côtés de Romain Bardet. Qu'en est-il de votre côté ?

Nicolas a vraiment une grosse expérience, il a connu de grosses équipes. Moi j'arrive d'une équipe qui était d'un moindre niveau. Faire un Grand Tour, c'est mon souhait principal pour 2021, et le Tour de France ce serait exceptionnel, mais voilà, je ne vais pas faire une fixette sur le Tour de France. Si je fais un Giro ou une Vuelta, ce sera très bien. Nicolas Roche a de l'expérience, il sait comment il faut courir, il peut apporter beaucoup à Romain. Moi je suis jeune, et si j'arrive sur une course comme ça, ce serait à Romain de m'aiguiller pour qu'il me dise comment l'aider, donc ce serait aussi de l'énergie gaspillée pour lui. Je viens d'arriver, il faut que je fasse mes preuves avant toute chose. Si je peux faire des courses avec Romain, ce serait super, j'essaierai de lui apporter ce que je peux lui apporter. Mais c'est le staff qui va décider des sélections pour les Grands Tours, et on fera avec leurs choix. Je suis là pour acquérir de l'expérience et aussi apporter la mienne. Ce sera mon principal objectif.

 

Un petit mot sur Nippo Delko One Provence, ça vous chagrine ce qu'il se dit sur votre ancienne équipe ?

J'ai un avis plutôt neutre. J'y ai passé cinq belles années. J'ai lu les articles comme tout le monde sur ce qu'il se passe actuellement. J'ai encore des contacts là-bas, mais l'équipe a beaucoup évolué ces dernières années. J'y suis arrivé en 2016, on partait de pas grand-chose, ensuite elle est passée en Continental Pro grâce à Delko et Philippe Lannes avec à sa tête Frédéric Rostaing. J'ai bien évolué avec eux, notamment grâce à l'arrivée de directeurs sportifs qui avaient beaucoup d'expérience comme José Azevedo. C'est une équipe qui demande encore à évoluer, après les articles qui passent, on ne peut pas trop les commenter. Je préfère rester neutre. Grâce à eux, j'ai pu faire des belles courses comme Paris-Nice, Paris-Roubaix ou la Flèche Wallonne, ça m'a aussi peut-être permis de me faire voir et d'arriver où j'en suis. Donc je ne peux pas lancer des cailloux sur Nippo, car c'est une équipe qui m'a plus apporté qu'autre chose, j'ai intégré le World Tour grâce à eux.

 

Pour finr, qu'est-ce qu'on peut vous souhaiter pour 2021 ?

Ce qui me manque, c'est vraiment une victoire chez les pros. Tous les ans c'est un peu pareil, je tourne autour. Cette année, c'était particulier parce que j'avais demandé à faire un programme vraiment à l'étranger, mais malheureusement le Covid est arrivé et je suis resté pas mal en France. Avec le Team DSM, je serai beaucoup à l'étranger, ça c'est sûr. Mon premier souhait, c'est de décrocher ma première victoire, et plus il y aura de victoires pour notre équipe en 2021, plus je serai heureux.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par François BONNEFOY

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité



News

Transferts

Publicité

Sondage

Quelle équipe du WorldTour a le plus beau maillot en 2021 ?



















Partenaires

Publicité
Publicité