Route - Emmanuel Hubert : «C'est tous les jours la Ligue des Champions»

Par Arthur DE SMEDT le 08/12/2023 à 18:36. Mis à jour le 25/12/2023 à 21:01.
Route
Photo : @Cyclism'Actu / CyclismActu.net

C'est un tout nouveau chapitre qui débute en 2024 pour Emmanuel Hubert et ses équipes ! Dès le 1er janvier, Arkéa-Samsic va faire place à Arkéa-B&B Hotels. La structure 100% bretonne va donc passer un nouveau cap et tenter de monter d'un cran dans la hiérarchie mondiale après une saison 2023 mitigée, avec 10 victoires et une 19e place au classement UCI. Une année compliquée mais un avenir prometteur, comme nous l'a expliqué en détail Emmanuel Hubert lors d'une longue interview accordée à Cyclism'Actu. Le manager général a fait le point sur de nombreux sujets : la place de relégable en WorldTour, le mercato - avec les arrivées de Florian Sénéchal et Arnaud Démare, mais aussi le départ de Warren Barguil - l'équipe de développement, les grands objectifs pour la saison 2024, le Tour de France pour Kévin Vauquelin, les perspectives d'avenir... Un bilan complet à regarder ou à lire ci-dessous !

Vidéo - Emmanuel Hubert fait le bilan... au micro de Cyclism'Actu !

 

"2023, une saison raisonnable mais sans exploits. On peut toujours faire mieux et être meilleurs"

Comment allez-vous et quelle est l'actualité chez Arkéa-Samsic ?

Tout va bien. Sur un plan personnel, j'ai eu quelques petits problèmes médicaux en fin d'année, mais ça va mieux maintenant, j'ai pu récupérer mon dos. Et au niveau de l'équipe, tout va bien également. On a fait un premier stage administratif après la mi-octobre, puis on s'est revu le weekend dernier lors de notre Journée des Supporters, qui s'est magnifiquement passée. Il y a eu un vrai partage de valeurs avec notre public, nos fans, nos supporters, mais aussi une très belle soirée partenaire qui a été très appréciée. Et au-delà de tout ça, nous y avons présenté notre maillot 2024, que vous avez déjà dû voir.

 

Revenons sur cette nouvelle tunique justement. D'où vient ce thème "Excalibur" assez original ?

On a voulu rappeler notre ADN, nos origines bretonnes. C'était un beau symbole, cette légende dans la forêt de Brocéliande, avec l'épée d'Excalibur. On la retrouve au niveau du col de nos maillots 2024, c'est pourquoi on les a dénommés ainsi.

 

10 victoires, 19e formation mondiale au classement UCI... Comment jugez-vous votre première saison en WorldTour ?

Comme je dis toujours : on peut toujours faire mieux et être meilleurs. Notre but, c'est toujours de gagner, c'est l'essence même de tout sportif. Et à partir du moment où on veut gagner, on espère toujours et encore plus. Maintenant, 10 victoires, c'est dans une moyenne assez basse. Mais voilà, c'est notre première année, on savait qu'on partait avec beaucoup de jeunes. Et puis au-delà de tout ça, on n'a pas non plus été très vernis sur le plan des blessés. Par exempe, Nacer Bouhanni a eu beaucoup de mal à revenir, avec de nombreuses chutes. Hugo Hofstetter n'a aussi pas connu la même saison qu'en 2022. C'est compliqué.

Pour résumer, 2023 est une saison raisonnable, sans exploits. Après, être 19e au classement UCI, ça ne me chagrine pas plus que ça. Il y a bien évidemment un petit gap de points, mais ce n'est pas rédhibitoire. On a déjà vu des équipes bien partir et ne pas forcément bien finir, et inversement. J'espère que ce sera notre cas. On connaît nos forces et faiblesses. On sait qu'on peut être très performants sur les courses d'un jour, et que ça peut être plus compliqué d'exister en 2024 sur les Grands Tours et classements généraux. A nous d'être super performants là où on doit l'être.

 

Les moments forts de votre saison 2023, en tant que manager ?

J'avais beaucoup de croyance en Nacer (Bouhanni), et malgré lui et tout son courage, il n'a pas pu revenir à son meilleur niveau. C'est un vrai moment fort pour moi, car c'est quelqu'un que j'apprécie beaucoup et qui est également très professionnel. Mais c'est ainsi, ça n'a pas été au bout comme nous l'espérions lui et moi, c'est la dure loi du cyclisme et du sport. C'était déjà grand et courageux de revenir sur le vélo, car il est passé très près de la correctionnelle en 2022.

Et si je dois retenir une victoire, ce serait sûrement la première course que gagne Kévin Vauquelin (Tour des Alpes-Maritimes et du Var, ndlr). Malheureusement, même s'il a regagné derrière sur le Tour du Jura, il y a eu sa fracture au niveau lombaire qui a endommagé toute sa fin de saison, c'était dommage. En moment clé, je rajouterais également l'arrivée d'Arnaud Démare en août, qui a fait énormément de bien et qui lance sous les meilleurs auspices la saison 2024.

 

"Florian Sénéchal, de vraies qualités de leader, quelqu'un qui fédère"

Parlons justement de votre mercato pour la saison 2024, avec 7 recrues (Démare, Scotson, Sénéchal, Venturini, Huys, Albanese, Garcia Pierna) pour 7 départs (Barguil, Bouet, Pichon, Bouhanni, Edet, Hofstetter, Russo). Quel regard vous portez sur votre intersaison ?

Sur le plan des départs, notamment le celui de notre leader Warren Barguil, je crois que c'est cyclique. On se sépare en très bons termes, avec beaucoup d'estime l'un pour l'autre. C'est ainsi, il revient à ses premiers amours. Mais pourquoi pas revenir un jour pour la fin de sa carrière... C'est en tout cas ce qu'on s'est dit, je ne sais pas si ça se fera. Pour les arrivées, on a choisi des coureurs capables de s'exprimer sur de nombreuses courses d'un jour, que ce soit Arnaud Démare, Clément Venturini, Vincenzo Albanese ou Florian Sénéchal. J'ai trouvé chez ce dernier de vraies qualités de leader, quelqu'un qui fédère et sublime un groupe, et qui n'hésite pas à valoriser les jeunes. Donc voilà, un mercato orienté autour des classiques. Et puis on a déjà en magasin des garçons qui vont s'exprimer petit à petit, comme Vauquelin ou Ewen Costiou, dont je suis certain qu'il peut gagner très rapidement en 2024.

 

Retrouver le récap' des Transferts Officiels 2023/2024 chez les Hommes en cliquant ICI

Retrouver le récap' des Transferts Officiels 2023/2024 chez les Femmes en cliquant ICI

 

Un petit mot sur le départ de cadres historiques comme Maxime Bouet ou Laurent Pichon ?

Là encore, on est dans un format de cycles. Ils arrivaient, comme d'autres qui partent, en fin de carrière. On arrive toutes et tous à un moment donné à un âge où on doit s'arrêter. J'ai ouvert la porte à Maxime Bouet pour venir coacher et animer l'équipe de développement Continental. C'est quelqu'un qui a à coeur de transmettre tout son savoir, il sera une bonne oreille pour tous ces jeunes et surtout un très bon éducateur. Donc voilà, on est dans un sport très professionnel, un sport où les roues tournent, et les personnes aussi au sein d'un effectif. Je rappelle que la structure Arkéa-Samsic, future Arkéa-B&B Hotels, sera composée de 148 membres, ce qui n'est pas rien dans une entreprise. Ça demande beaucoup de sérieux, de budget, etc...

 

"Arkéa-B&B Hotels... il ne faut pas s'emballer, on reste petit chez les grands"

Un nouveau chapitre s'ouvre avec Arkéa-B&B Hotels : va-t-il permettre de franchir un cap durant les prochaines années ?

J'ai toujours pour envie et pour espoir qu'il y ait chaque année une progression. Que ce soit sur le plan de l'effectif, structurel, budgétaire... Il est évident que l'arrivée de B&B Hotels, c'est quelque chose de fort et de faste pour notre structure. L'objectif, c'était aussi d'avoir des partenaires bretons. Là, nous avons deux entités dans le naming qui sont d'origine brestoise, avec leur siège à Brest. C'est tout aussi fort et important. Après, on peut bien sûr se targuer d'avoir un budget supplémentaire, mais il ne faut pas s'emballer : on reste petit chez les grands.

 

L'autre nouveauté, c'est la création de votre équipe de développement, qui s'inscrit dans votre démarche de formation déjà entrevue depuis plusieurs années. Parlez-nous plus en détail de ce choix.

Il est évident qu'en construisant petit à petit avec des structures comme l'équipe fémine et celle de développement, j'ai dû faire un arbitrage financier, qui n'était pas forcément très évident. Ces deux équipes représentent un budget d'environ trois millions d'euros. Logiquement, si on mettait tous les oeufs dans le même panier, celui de la WorldTour, on comprend tout de suite qu'on pourrait avoir différents coureurs, et notamment un grand leader WorldTour pour les classements généraux.

Une fois qu'on a dit ça, moi mon cheval de bataille, c'est aussi la formation, de donner la chance à des jeunes. C'est ce que fait Arkéa-Samsic depuis de nombreuses années. Il était donc évident qu'avec Arkéa-B&B Hotels, on accentuerait ce format jeunesse. Car ces jeunes, ce sont nos grands coureurs de demain. Ma plus grande satisfaction serait de voir un Vauquelin, un Costiou, un Louvel, formés chez nous, en faire partie. C'est pourquoi je crois qu'à un moment donné, même si l'arbitrage financier peut paraître délicat au début avec cette histoire de points et de classement, il ne faut pas avoir peur de miser sur les jeunes, car c'est notre avenir qui est en jeu.

 

"Si tout se passe bien, il est évident que Kévin Vauquelin et Arnaud Démare seront sur le Tour de France"

Kévin Vauquelin sera-t-il sur le Tour de France 2024 ?

Je n'aurais aucun mal à vous dire qu'il participera à 100% au Tour de France l'an prochain s'il avait effectué une saison complète cette année, en terme de volume physique. Il lui a manqué quelques semaines voire quelques mois. Il faut donc être vigilant par rapport à tout ça. Mais il y a de grandes chances, si tout se passe bien et qu'il n'y a pas de problème de carrosserie d'ici là, il est évident que Kévin sera sur le Tour, pour voir ce dont il est capable.

 

Avec Arnaud Démare ?

Il est évident qu'Arnaud est là pour ça, en tant que leader. Et quand on regarde le parcours du Tour 2024, on peut dire bravo aux organisateurs, car il y a pratiquement sept arrivées possibles au sprint - voire sept et demi comme Arnaud lui-même le dit. Evidemment, un sprinteur comme Arnaud se doit donc d'être au départ de la Grande Boucle 2024. Maintenant, comme je le dis toujours, il faudra être à 150% au départ du Tour, sans pépins physiques. J'espère bien sûr que ce sera le cas pour Arnaud, et qu'il pourra lever les bras avec l'équipe Arkéa-B&B Hotels sur le Tour 2024.

 

"LE vrai objectif pour 2024, c'est de gagner une étape sur le Tour de France"

Vos grand objectifs pour 2024 ?

On a un vrai équipage pour cette période des classiques. Mais ce n'est pas facile dans ce monde de grands de s'imposer et même d'exister. On peut compter sur des valeurs sûres comme Florian Sénéchal pour fédérer autour de lui, avec des Matis Louvel, des Arnaud Démare, des Dan McLay... Ça doit pédaler en haut de l'affiche sur les courses d'un jour, même avec une telle concurrence. Ensuite, LE vrai objectif pour 2024, c'est de gagner une étape sur le Tour de France, que ce soit avec Arnaud ou un autre bien évidemment. Je le souhaite de tout mon coeur à mon équipe, et pour le personnel qui travaille tous les ans d'arrache-pied pour ça.

 

À l'image de ce qu'a vécu l'équipe Cofidis cette année, une telle victoire pourrait agir comme un déclic ?

Complètement. C'est le genre de victoire qui décoince un peu tout le monde. Le Tour de France, c'est LA plus belle course au monde, tout le monde veut s'y imposer. L'exemple de Cofidis est parlant, ça faisait une quinzaine d'années qu'ils n'avaient plus gagné sur le Tour. Nous, il y a 15 ans, on n'existait même pas. Donc chaque chose en son temps, l'important c'est d'y croire. Chaque année, j'y crois, et je ne pense pas que ce soit une utopie car on a de vraies valeurs sûres pour y parvenir en 2024.

 

"Le classement UCI ? Notre place, c'est entre 14 et 16e"

A quel point le classement UCI et la lutte pour éviter la relégation pèsent tout au long de la saison ?

On est obligé d'y penser, c'est un fil conducteur. C'est quand même mieux d'être en WorldTour que de ne pas y être. Celui qui dit : "Ce n'est pas grave, je ferai quand même le Tour de France"... Non ! Pour avoir cette assurance de faire le Tour, il faut être en WorldTour. Donc ce fil rouge est suivi tout au long de l'année, c'est une évidence. Maintenant, il ne faut pas non plus en faire une fixette à chaque course. Il faut laisser la nature faire et de la liberté.

C'est sûr qu'on est 19e et avant-dernier, on est dans la zone rouge. Il faut se remettre au travail et en quête de point, mais il n'y a rien de rédhibitoire, c'est un classement lissé sur trois années. Florian Sénéchal aimait à répéter lors de nos récentes réunions qu'on a toutes les capacités pour être bien plus proches de la 10e ou 12e place que de la 18e. Il a de l'expérience, donc je le crois ! Je pense qu'au vu de la situation de l'équipe, on peut très bien se situer entre 14e et 16e, c'est notre place.

 

Quelles échéances à venir pour vos coureurs et votre équipe ?

Les coureurs viennent de rentrer chez eux en début de semaine, avant un stage qui débutera le weekend prochain, comme d'habitude en Espagne pour retrouver un peu de chaleur et de bon temps. Ce sera une première charge de travail, puis les premières épreuves arriveront très vite en Australie. Des coureurs partiront même là-bas avant la fin d'année et le nouvel an, d'autres iront le 7 janvier pour effectuer le Tour Down Under et autres. Puis il y aura ensuite le calendrier classique de la saison européenne, avec la reprise à La Marseillaise. 

 

"En WorldTour, c'est tous les jours la Ligue des Champions, et c'est dur ! "

Pour conclure, que peut-on vous souhaiter pour 2024 ?

A partir du moment où l'équipe fonctionne, je suis heureux. On est dans un sport de haut niveau, on se bat contre de grandes équipes et coureurs. Comme j'aime à le dire : en cyclisme, on ne se bagarre pas dans un championnat de France, comme dans d'autres sports. Nous, tous les jours, c'est la Ligue des Champions, et c'est dur ! On fait face à de très grandes équipes, avec des énormes budgets, et pas forcément toujours avec les mêmes règles sociales. Comme l'a dit Marc Madiot récemment dans une des vos interviews : On a de la chance d'être en France, dans un pays merveilleux, mais parfois pas forcément concurrentiel par rapport à l'étranger sur les charges qui nous incombent. Voilà, c'est ainsi, il faut se battre avec ça.

Ce que je souhaite, c'est donc revenir dans cette zone non-relégable, autour de la 15 ou 16e place, je pense qu'on a tous les moyens pour le faire. Avec cette forte concurrence, il faudra se battre à chaque course pour marquer le maximum de points. En dehors de ça, je souhaite forcément le plus de victoires possibles, une étape sur le Tour de France, et surtout que les 148 personnes de l'équipe prennent du plaisir tout en étant hyper professionnelles.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

A LIRE AUSSI

ROUTE

Cofidis a prolongé son engagement dans le cyclisme jusqu'en 2028

ROUTE

Florian Vermeersch de retour sur un vélo après sa terrible chute

ROUTE

Wout Van Aert est de retour à l'entraînement... et en VTT !

L'info en continu

07:10 Liège-Bastogne-Liège Liège-Bastogne-Liège a enfin sa "Maison du Cyclisme" 19/04 Média Vos vidéos sont sur Dailymotion Cyclism'Actu, abonnez-vous ! 19/04 Tour de Suisse Parcours, profils de la 87e édition... la fête aux grimpeurs 19/04 Tour des Alpes Romain Bardet : "Une première pierre posée pour le Giro" 19/04 Liège-Bastogne-Liège INEOS Grenadiers avec Bernal et Pidcock sur La Doyenne 19/04 Flèche Wallonne Mattias Skjelmose : "J'avais froid jusqu'au coeur..." 19/04 ITW Alexis Vuillermoz : "Je ne veux plus partir de chez moi 300 jours..." 19/04 Agenda Liège-Bastogne-Liège, Tour de Turquie... le programme du weekend 19/04 4 Jours de Dunkerque Parcours et équipes de la 68e des 4 Jours de Dunkerque 19/04 Liège-Bastogne-Liège Pogacar : "Liège, ce n'est pas les Strade ou Roubaix" 19/04 Média Cyclism'Actu sans pub, sans pop-up... 9,99 euros et ce pour 1 an 19/04 Route Cofidis a prolongé son engagement dans le cyclisme jusqu'en 2028 19/04 Liège-Bastogne-Liège Mathieu van der Poel : "Convaincu que je peux gagner" 19/04 Tour de Romandie Rudy Molard de retour : "Je sors enfin la tête de l'eau" 19/04 Cyclo-Cross Le calendrier de la Coupe du monde 2024-2025 dévoilé 19/04 Transfert Jean-René Bernaudeau : "On discute avec Julian Alaphilippe" 19/04 Tour de Romandie Groupama-FDJ avec ses 2 leaders français... et Rudy Molard 19/04 Liège-Bastogne-Liège La Visma | Lease a Bike autour de Tiesj Benoot 19/04 Tour des Alpes Aurélien Paret-Peintre : "Vraiment une semaine réussie" 19/04 Liège-Bastogne-Liège Gerben Kuypers monte en WorldTour pour La Doyenne
fleche bas fleche haut
Publicité TMZ

Nos Partenaires

100€ OFFERT AVEC logo Unibet
Publicité RM
pub Velo-Identitypub STOP PUB
Publicité AMS

Sondage

Mathieu van der Poel vainqueur de Liège-Bastogne-Liège 2024, vous y croyez ?







Publicité
Publicité
-
-