ITW
ITW - Cyril Barthe : «Une joie de travailler pour Bryan Coquard» Photo : Sirotti

ITW - Cyril Barthe : «Une joie de travailler pour Bryan Coquard»

L'équipe Vital Concept - B&B Hôtels a enregistré six arrivées pour la saison 2020. Parmi ces six recrues, un Français : Cyril Barthe. Champion de France Espoirs en 2018, le coureur de 23 ans a réalisé de belles prestations sous le maillot de l'équipe Euskadi-Murias lors de la saison écoulée en obtenant des top 10 sur le Tour de Yorkshire, les 4 Jours de Dunkerque ou encore les Boucles de la Mayenne. Avant de finir sur une très bonne note lors de la Vuelta, le premier Grand Tour de sa carrière, en terminant huitième à Alicante puis septième à Bilbao. Sa saison, son transfert, ses attentes pour 2020 : quelques jours avant de pouvoir endosser de manière officielle le maillot glaz de B&B Hôtels - Vital Concept, le Béarnais s'est confié à Cyclism'Actu.

Vidéo - Jérôme Pineau : "On doit être invité sur le Tour"

 

Cyril, vous avez participé au stage de votre future équipe il y a quelques jours en Espagne. Comment cela s'est-il passé pour vous ?

Ça s'est très bien passé. Avec les coéquipiers et le staff, ça s'est très bien passé aussi, il y a vraiment une bonne ambiance. Que du positif. J'ai vraiment senti une envie d'aller de l'avant tous ensemble, c'est quelque chose de super.

 

Quel bilan vous faîtes de votre saison 2019 ?

Ça a été une bonne saison parce que j'ai fait beaucoup de courses, c'était un point positif pour bien progresser. Il y a eu aussi une participation à la Vuelta, c'était le gros objectif de l'équipe donc c'était vraiment super pour moi de pouvoir y participer et de voir comment se déroule une course de trois semaines. C'est une expérience qui ne peut qu'être positive.

 

Vous vous êtes surpris lors de la Vuelta ?

C'était ma première participation à un Grand Tour donc je ne savais pas vraiment où j'allais, je ne savais pas vraiment comment j'allais me sentir. Et puis ça s'est bien déroulé, avec de la réussite sur certaines échappées et deux top 10 en bonus. C'est venu comme c'est venu, moi j'ai essayé de faire de mon mieux et voilà ce que ça a donné.

 

Pourquoi avoir choisi Vital Concept - B&B Hôtels ?

J'ai eu des contacts avec eux assez tôt dans la saison, à peu près à la mi-saison. Le courant est très bien passé, notamment avec Jérôme (Pineau). Je recherchais une équipe qui allait me permettre de progresser et je voulais avant tout continuer dans une équipe familiale, comme c'était le cas chez Murias. C'est pourquoi j'ai penché pour Vital Concept - B&B Hôtels.

 

Le fait de courir dans une équipe française, ça a compté dans votre réflexion ?

Forcément, je suis Français, donc une équipe française... Je regarde les équipes françaises depuis tout petit. Là, c'était l'occasion. En tout cas, je ne peux que remercier les équipes espagnoles, notamment Murias, mais aussi la Fundación Euskadi. Je ne peux que les remercier car c'est eux qui m'ont trouvé, c'est eux qui m'ont formé, qui m'ont vraiment appris ce qu'était le vélo. Je suis vraiment reconnaissant envers eux : Jorge Azanza pour mes trois années Espoirs avec la Fundación Euskadi, et Jon Odriozola, le manager de Murias, qui m'a permis de mettre un pied dans le monde professionnel. Je ne peux que les remercier.

 

D'autres équipes étaient intéressées ?

Oui, j'ai eu des contacts avec d'autres équipes. Cependant, j'ai vraiment senti qu'il y avait un projet intéressant et une ambiance familiale chez Vital Concept - B&B Hôtels. Avant tout, j'aime le vélo, c'est un plaisir, donc c'était vraiment ce que je recherchais.

 

Quels sont vos objectifs pour 2020 ?

C'est d'abord de faire le mieux possible. J'espère que je vais passer un cap après avoir fait mon premier Grand Tour et après avoir fait une saison complète. J'espère passer un cap, pourquoi pas jouer encore plus les premiers rôles. Et après, tout dépendra des objectifs de l'équipe, tout n'a pas encore été fixé donc j'en saurai plus au fil de la saison.

 

Vous savez déjà où vous débuterez votre saison ?

Je devrais faire la Marseillaise, l'Etoile de Bessèges et la Provence. Cela devrait être mon calendrier s'il n'y a pas de pépin.

 

Travailler pour Bryan Coquard, c'est une perspective qui vous enthousiasme ?

Bryan, c'est une très grosse pointure du sprint, je me ferais une grande joie de travailler pour un tel coureur. Sans souci, je serais heureux de travailler pour lui.

 

Vous aurez votre chance à certaines occasions ?

Forcément, je pense que pendant la saison j'aurais certaines opportunités. Là, ce sera à moi de les saisir et de faire les choses bien à ce moment-là. L'opportunité se présentera forcément, il faudra réussir à la saisir.

 

Y-a-t-il des courses qui vous font rêver, que vous espérez particulièrement disputer ?

On est une équipe Conti Pro donc on ne connaît pas vraiment les courses où on sera invité. Comme on ne connaît pas notre calendrier à 100%, c'est difficile d'en parler. Après, j'aime bien les courses comme Paris-Roubaix, ce sont des courses que je trouve très belles. De là à dire que ça correspond à mes caractéristiques, je ne sais pas parce que je n'ai jamais fait de pavés. Mais c'est vrai que Paris-Roubaix m'a toujours fait rêver. 

 

L'équipe visera une première participation au Tour de France en 2020. Pensez-vous que cette année sera enfin la bonne ?

C'est la troisième année de l'équipe, on espère y être, forcément. Le Tour de France reste la plus grande course du monde, toutes les équipes ont envie d'y aller. Ce serait vraiment super que l'équipe voit invitée, ça donnerait vraiment un petit coup de pouce au projet et c'est une équipe qui le mérite. On va voir comment se déroule le début de saison. De toute façon, ce seront les huit meilleurs coureurs qui seront dans l'équipe donc c'est au coureur de jouer et d'être en forme au bon moment pour gagner sa participation.

 

Vous allez côtoyer des coureurs comme Arthur Vichot, Pierre Rolland et Bryan Coquard, des références du cyclisme français. Vous considérez ça comme une chance en tant que jeune coureur ?

Oui, tout à fait. Je considère ça comme une chance, ce sont des coureurs que je regardais à la télé quand j'étais petit. J'ai 23 ans, ils ont entre 27 et 33 ans. Je les ai regardés à la télé, ils m'ont fait rêver. Maintenant que je suis là près d'eux, c'est que du bonus. Je ne peux qu'apprendre à côté d'eux, c'est super. Je prends ça comme une chance.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Quentin BALLUE

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité



News

Transferts

Publicité

Sondage

Quel coureur va remporter le 75e Tour d'Espagne ?



















Publicité

Partenaires

Publicité