Dopage
Dopage - Les AUT ? Pas forcément un atout pour gagner, selon l'AMA Photo : Sirotti

Dopage - Les AUT ? Pas forcément un atout pour gagner, selon l'AMA

Les AUT, ce mot divise le sport depuis des années. Ce système d'Autorisation à Usage Thérapeutique permet à un athlète présentant une pathologie l'empêchant de concourir à son niveau de se voir administrer sous contrôle un produit normalement interdit. Le cyclisme a eu ses feuilletons AUT, avec les deux stars de l'équipe Sky Bradley Wiggins, puis Christopher Froome. Les deux n'ont pas caché leur recours à ces méthodes, soulevant des doutes quand à la sincérité de leurs problèmes physiques et aux effets de ces AUT sur leurs résultats. Dans une étude, l'Agence Mondiale Antidopage a voulu lever un voile statistique sur les effets des AUT.

Vidéo - Roger Legeay : "Le MPCC progresse"

Pour cela l'instance a utilisé comme support l'ensemble des Jeux Olympiques d'été et d'hiver depuis 2010. Sur les 20139 athlètes présents sur ces 5 éditions successives, 0,9% ont utilisé des AUT, soit 181 athlètes. Sur le plan numéraire, on est déjà loin d'une pratique massive. Mais qu'en est-il des résultats de ces athlètes ? Présentent-ils une quantité de médailles supérieure à la normale ?

Selon les chiffres de l'AMA, sur les 2062 médailles concernées, 21 ont été glânées par ces athlètes tant décriés, soit à peine 1% des médaillés. En outre il est à préciser que 11,6% des athlètes "AUT" ont obtenu un graal (21 sur 181). Le Docteur Alan Vernec, réalisateur de l'étude a conclu et justifié les résultats obtenus : "Le pourcentage d'athlètes ayant des AUT concourant dans le sport d'élite et l'association avec des médailles gagnantes a été une question de spéculation en l'absence de données valides sur les concurrents. Les Jeux Olympiques offrent une occasion unique d'analyser le sport au plus haut niveau avec un groupe clairement défini d'athlètes en compétition. Les données ont montré que le nombre d'athlètes en compétition avec des AUT valides (dans les compétitions individuelles) aux Jeux sélectionnés était inférieur à 1%. De plus, l'analyse suggère qu'il n'y a pas d'association significative entre la compétition avec une AUT et la probabilité de gagner une médaille." 

Reste que la nature de ces chiffres demeure purement statistique et ne constitue pas une preuve irréfutable de la légitimité du recours aux AUT. Dans le cyclisme plus que dans les autres sports, beaucoup s'insurgent contre une recrudescence des AUT depuis quelques années. Froome avait notamment défrayé la chronique en direct sur le Dauphiné 2014 lorsque dans la montée du col du Béal, il avait été surpris en train de s'administrer une bouffée de ventoline. Ce qu'il justifia après coup par une AUT pour traiter son asthme. C'est d'ailleurs cette même ventoline qui sera trois ans plus tard à l'origine de l'affaire Froome, contrôlé anormalement au salbutamol.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Jean LEBRETON

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité



News

Transferts

Publicité

Sondage

Qui est le coureur de l'année 2020 ?

















Partenaires

Publicité
Publicité