Dans le Rétro de
Dans le Rétro de - Mangeas : «Jean-Louis Gauthier, équipier modèle» Photo : @DanielMangeas / @SergeLaget

Dans le Rétro de - Mangeas : «Jean-Louis Gauthier, équipier modèle»

En cette fin du mois de juin et tout au long de ce mois de juillet, il règne - crise sanitaire oblige - une atmosphère bizarre. Une impression de vide absolu. Habituellement, l'effervescence en France est palpable, les vrais amateurs de cyclisme sont au bord des routes. L'édition 2020 du Tour de France aurait dû se dérouler du 27 juin au 19 juillet et a donc été décalée au 29 août. Alors pour tenter de combler ce vide, Cyclism'Actu décide de regarder "Dans le rétro de Daniel Mangeas" pour vous présenter durant ces trois semaines ce qui a marqué l'histoire de la Grande Boucle avec la complicité de Serge Lagetauteur du livre "Jours de Fête, La Grande Histoire du Tour de France". Pour cette quatrième chronique de la série "Tour de France - Dans le Rétro de Daniel Mangeas", souvenons-nous de ce qu'il s'est passé un 2 juillet sur les routes du Tour de France... en 1980.

Vidéo - Tour de France - Dans le Rétro de Daniel Mangeas !

 

"Jean-Louis Gauthier se rapproche de Jean-Pierre Genet"

Barré par Eddy Merckx et Bernard Hinault sur les routes du Tour de France pendant près d'une décennie, Joop Zoetemelk connaissait enfin la consécration sur la Grande Boucle 1980. Le Néerlandais vivait enfin son rêve de triompher sur l'épreuve de trois semaines. Mais cette 68e édition couronnait également un équipier modèle : Jean-Louis Gauthier. Le 2 juillet 1980, l'ancien coureur français, mort en 2014, décrochait sa seule et unique victoire sur le Tour de France lors de la 6e étape entre Lille et Compiègne. Une consécration pour ce coureur toujours au service de ses leaders. "Je parlais précédemment de Jean-Pierre Genet et c'est sûrement Jean-Louis Gauthier qui se rapproche le plus du Breton en tant qu'équipier modèle parce que les deux gabarits sont totalement différents", assure Daniel Mangeas.

Lors de cette journée, le natif d'Angoulême parvenait à saisir sa chance pour remporter cette étape en direction de Compiègne. Durant sa carrière professionnelle, Jean-Louis Gauthier ne s'imposait qu'à deux reprises. Hormis son succès sur la Grande Boucle 1980, il avait levé les bras lors du Critérium du Dauphiné, la même année, durant un contre-la-montre par équipes. Cette victoire signifiait donc beaucoup pour cet homme discret qui savait se rendre utile pour son équipe mais également pour son manager au sein de la formation Miko-Mercier-Vivagel. Daniel Mangeas raconte une anecdote lors de sa rétrospective : "Jean-Louis Gauthier était dirigé par le volubile Jean-Pierre Danguillaume qui fondait en larmes lors de cette victoire."

 

Maillot jaune sur le Tour 1983

L'histoire entre Jean-Louis Gauthier et le Tour de France a débuté en 1978 et s'est terminée en 1987 après dix participations consécutives. Sur la Grande Boucle, l'ancien coureur français a connu la gloire en 1983. En effet, il parvenait à décrocher le maillot jaune de leader, à la faveur de la victoire de son équipe lors du contre-la-montre par équipes (3e étape), mais il l'a porté durant une seule et unique journée. "C'est ça la force du Tour de France qui permet à des équipiers de prendre le maillot jaune et être en tête du classement général contrairement au tennis qui, avec son système traditionnel, ne permet pas d'avoir une surprise ou très rarement", confirmé Daniel Mangeas.

Néanmoins, Jean-Louis Gauthier a également connu les difficultés lors de son abandon en 1986 (12e étape). L'ancien maillot jaune, dans son rôle de fidèle lieutenant, s'est mis service de nombreux leaders en quête de la Grande Boucle : Joop Zoetemelk (Pays-Bas), Stephen Roche (Irlande) ou encore Kim Andersen (Danemark). Il n'a donc jamais joué le classement général du Tour de France (deux fois 50e en 1979 et 1980), ni même de la Vuelta lors de son unique participation en 1979. Mais avec son humilité, sa discrétion, sa bonne humeur et surtout son sens du dévouement pour ses leaders, Jean-Louis Gauthier se rendait indispensable pour son équipe.

 

Rayonnant dans les rangs amateurs

Et si carrière professionnelle ne s'est pas garnie de succès, Jean-Louis Gauthier pouvait tout de même se targuer d'avoir dominer la catégorie amateurs. Il a triomphé à 45 reprises de 1970 et 1977 avant de rejoindre les pros l'année suivante au sein de l'équipe Lejeune-BP. "Il faisait parler sa pointe de vitesse sur les routes de Charentes et dans les rangs des amateurs où Jean-Louis Gauthier était l'un des plus brillants", se remémore Daniel Mangeas. Même au niveau professionnel, il parvenait à décrocher de beaux résultats : 2e de l'Étoile de Bessèges (1980), 2e du Circuit de l'Indre (1982) ou 2e du Grand Prix de Denain (1985).

Après sa carrière, Jean-Louis Gauthier n'avait pas quitté le monde du vélo pour autant, et il était devenu assistant dans de nombreuses équipes françaises (Crédit Agricole, Bouygues Télécom, Saur-Sojasun... ). Ses qualités humaines étaient mises en avant par les coureurs. Il a officié dans cette fonction durant 24 ans (1987-2013). Jean-Louis Gauthier a été retrouvé mort le 12 juillet 2014 à côté de son vélo sur la départementale 116 en Charente.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par François BONNEFOY

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité



News

Transferts

Publicité

Sondage

Qui sera champion du monde sur route dimanche ?



















Publicité

Partenaires

Publicité