Route - Bilan - Jumbo-Visma... une saison 2023 qui rentre dans la légende

Par Titouan LABOURIE le 06/11/2023 à 20:20. Mis à jour le 05/12/2023 à 21:41.
Route - Bilan
Photo : @JumboVismaRoad

Comment décrire la saison 2023 de la Jumbo-Visma ? Énorme, incroyable, phénoménale, monumentale, fantastique… Bref, les adjectifs nous manquent pour évoquer cette année qui restera sans nul doute encrée dans les mémoires. Avec ses victoires sur les trois Grands Tours et qui plus est avec trois coureurs différents (Primoz Roglic sur le Giro, Jonas Vingegaard sur le Tour de France et Sepp Kuss sur La Vuelta, ndlr), la formation néerlandaise a réalisé ce qu’aucune autre avait fait auparavant. Retour sur une année historique, qui a marqué le monde du vélo.

Vidéo - Richard Plugge fait le bilan de la saison 2023 de son équipe

 

Roglic en Rose

Le premier acte de ce fameux triplé a commencé en Italie, sur le Giro. Après une première partie de saison réussie, avec des victoires sur Tirreno-Adriatico et sur le Tour de Catalogne, le Slovène était en pleine confiance et se présentait au départ dans le costume du grand favori, en compagnie de Remco Evenepoel (Soudal Quick-Step). Après l’abandon de ce dernier, la victoire semblait tendre les bras à Roglic, mais embêté par une chute survenue lors de la 11e étape et par un grand Geraint Thomas (INEOS Grenadiers), le triple vainqueur de La Vuelta a eu plus de mal que prévu.

Se présentant au départ de l’ultime chrono du terrible Monte Lussari, avec 26 secondes de retard sur Thomas, la tâche semblait se compliquer pour Roglic. Mais cette 20e étape du Tour d'Italie restera gravée dans l'histoire du cyclisme. Presque de 3 ans après la désillusion de la Planche des Belles Filles, la roue a tourné pour le Slovène, qui a renversé le Giro sur cet ultime chrono. Et comme avec Roglic rien n'est simple, le scénario même de cette 20e étape était complètement fou. Alors qu'il commençait à prendre le dessus sur le Britannique, "Rogla" a subit un problème mécanique, qui lui fait perdre une grosse dizaine de secondes. Mais, survolté par une foule slovène complètement acquise à sa cause, il réussit à faire trois derniers kilomètres stratosphériques pour remporter cette étape, détrônant Thomas de 14 secondes et venant ainsi remporter ce 106e Tour d’Italie, son 4e Grand Tour !

 

 

Vingegaard sur le toit du monde

Un mois après le sacre de Roglic sur le Giro, la Jumbo-Visma s’avançait sur le Tour de France avec le grand favori et tenant du titre Jonas Vingegaard. Auteur d’un excellent début de saison, notamment avec des succès sur le Tour du Pays Basque et sur le Critérium du Dauphiné, le Danois est arrivé à Bilbao en pleine confiance. Si l’on pensait qu’il avait fait la différence sur son rival Tadej Pogacar (UAE Team Emirates) lors de la 5e étape, le Slovène s’est repris par la suite et les deux nous ont offert une bataille exceptionnelle pendant deux semaines.

Malgré des petites secondes perdues par-ci par-là, Vingegaard avait confiance en lui, au plan confectionné par son équipe et connaissait le moment où il allait porter le coup de grâce à son adversaire. Celui-ci est arrivé en deux temps, à commencer par le contre-la-montre de Combloux. Ce jour-là, Vingegaard a réalisé une performance mésosphérique, incroyable, irréelle… repoussant Pogacar à 1’38" sur seulement 24 kilomètres. Le Danois a exécuté le chrono parfait, l’une des performances les plus remarquables de ces dernières années. Ayant assommé son adversaire grâce à ce contre-la-montre, Vingegaard l’a définitivement achevé le lendemain sur les pentes du Col de la Loze, afin d’aller chercher son deuxième succès consécutif sur la Grande Boucle. Le consacrant définitivement comme le meilleur coureur de courses par étapes au monde.

 

 

La Vuelta… consécration ultime

Sur La Vuelta, 3e et dernier Grand Tour de la saison, les "abeilles" avaient décidé de ne pas faire les choses à moitié, en mettant tout simplement les vainqueurs du Giro Primoz Roglic – et du Tour de FranceJonas Vingegaard – au départ. Mais, à la surprise générale, c’est un troisième larron qui a sorti son épingle du jeu en la présence de Sepp Kuss. Alors qu’il avait déjà participé aux deux premiers Grands Tours de la saison et avec grande réussite dans son rôle d’équipier de luxe, l’Américain a cette fois-ci eu sa chance et l’a parfaitement bien saisi. Grâce à une échappée prise en première semaine, Kuss s'est offert une belle avance sur tous les grands favoris de cette Vuelta… une avance qu’il a réussi à conserver jusqu’à Madrid.

Les seuls qui auraient pu l’empêcher de remporter le maillot rouge ? Ses coéquipiers Jonas Vingegaard et Primoz Roglic. Ces derniers l’ont même attaqué à plusieurs reprises, mais après des négociations en interne, le Danois et le Slovène ont laissé gagner l’Américain, tout en finissant respectivement aux 2e et 3e places du classement général. Au terme d’une ultra-domination sur les trois semaines de course, la Jumbo-Visma a réalisé une Vuelta en tout point incroyable. La formation néerlandaise étant la première équipe à placer trois coureurs sur le podium d’un Grand Tour depuis Kas – Kaskol, lors de La Vuelta 1966. Le doublé Giro – Vuelta n’avait plus été réalisé par une même équipe depuis Astana avec Alberto Contador en 2008, le dernier doublé Tour – Vuelta est plus récent et avait été effectué par Sky en 2017 avec Chris Froome, tandis que le triplé n’avait quant à lui jamais été réalisé. Un moment d’histoire s’est donc écrit sur ce 78e Tour d’Espagne.

 

 

Échec sur les Monuments... mais un bilan exceptionnel

Si cet incroyable triplé sur les Grands Tours restera le fait marquant de cette saison pour la Jumbo-Visma, d’autres choses sont à retenir de cette année 2023. A commencer par un point négatif : les Monuments. Objectif affiché depuis le début de saison, la formation néerlandaise voulait absolument s’imposer sur un Monument, elle qui n’en a plus remporté depuis 2020, mais a encore une fois échouée. Malgré une campagne de Classiques exceptionnelle avec un quintuplé inédit Omloop Het Nieuwsblad Kuurne-Bruxelles-Kuurne E3 Saxo ClassicGand-WevelgemA Travers la Flandre, les hommes en jaune et noir ont manqué ce petit quelque chose, que ce soit dans les jambes, tactique ou à cause de la malchance, pour aller chercher ce Graal. Wout Van Aert est l’image de ce manque de réussite, lui qui a terminé 3e de Milan-SanRemo, 4e du Tour des Flandres, 3e de Paris-Roubaix, 2e des Championnats du Monde et encore 2e des Championnats d’Europe. Une année à oublier pour le Belge.

Si cette saison peut être considérée comme un "échec" pour Van Aert, ce n’est pas le cas pour Olav Kooij et Christophe Laporte. Le jeune Néerlandais a encore une fois passé un cap cette année, avec 13 victoires dont 4 en WorldTour. Il fait désormais partie, sans la moindre contestation possible, des meilleurs sprinteurs du peloton international. Avec des succès sur Gand-Wevelgem, A Travers la Flandre, le Critérium du Dauphiné et les Championnats d’Europe, Christophe Laporte a lui aussi vécu une année exceptionnelle, se rapprochant encore plus de l’élite mondiale.

De janvier à octobre, entre la première victoire de Rohan Dennis en Australie et l’ultime succès de Milan Vader en Chine, la Jumbo-Visma aura dominé cette saison 2023 de la tête et des épaules. Avec le Giro, le Tour de France, La Vuelta, 7 victoires d’étapes sur les Grands Tours, les nombreuses Classiques… pour un total de 69 victoires, cette année des hommes de Richard Plugge, manager général de l’équipe, aura marqué l’histoire de notre sport.

 

 

Cap sur 2024… sans Primoz Roglic

Oui, la Jumbo-Visma a perdu une de ses icônes à l’intersaison, celui que Richard Plugge appelait "notre roi" : Primoz Roglic. Suite à certains différents d’un point de vue sportif, le Slovène a décidé de changer de crèmerie et est parti chez la BORA-hansgrohe. Une perte que la Jumbo-Visma n’a pas réellement remplacée, malgré les arrivées des talentueux Matteo Jorgenson (Movistar Team), Ben Tulett (INEOS Grenadiers), Johannes Staune-Mittet, Per Strand Hagenes (Jumbo-Visma Development)…

La formation néerlandaise pourra en revanche toujours compter sur ses têtes d’affiche que sont Jonas Vingegaard, Wout Van Aert, Sepp Kuss, Olav Kooij… S’il sera très difficile de faire aussi bien que cette années, les ambitions de la Jumbo-Visma n'en seront pas moins importantes. Le Tour de France, les Monuments, le Giro, La Vuelta… bref, les "abeilles" voudront une nouvelle fois tout rafler.

 

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

A LIRE AUSSI

ROUTE - BILAN

Le Team TotalEnergies, une année 2023 compliquée

ROUTE - BILAN

Cofidis, elle Lafay sur le Tour et retrouve du crédit

ROUTE - BILAN

Année moyenne pour Groupama-FDJ... du renouveau en 2024 ?

L'info en continu

10:03 Omloop Het Nieuwsblad Arnaud De Lie : "Les Visma avaient peur de nous" 09:48 Média Abonnez-vous à Cyclism'Actu Dailymotion pour voir toutes vos vidéos 09:30 Kuurne-Bruxelles-Kuurne Parcours, profil, favoris... La 76e édition ! 09:05 Pronostic Vos pronostics sur Cyclism'Actu pour les épreuves WorldTour 08:35 Infirmerie Attaqué par un chien, Frederik Frison indisponible un moment 07:54 Paris-Nice À J-7 du départ de Paris-Nice... le parcours et les profils 07:10 Route Philipsen, Laurance... le calendrier des leaders d'Alpecin-Deceuninck 07:00 Omloop Het Nieuwsblad Julian Alaphilippe a chuté : "Ça a l'air d'aller" 24/02 Médias Abonnez-vous à Youtube Cyclism'Actu et pour revoir vos vidéos vélo 24/02 Agenda UAE Tour, Kuurne, Gran Camino... le programme de dimanche 24/02 ITW Stéphen Delcourt : "Mon job... empêcher que la SD Worx gagne tout !" 24/02 Boucles Drôme-Ardèche Parcours, profils, favoris... La Faun Drôme Classic 24/02 Omloop Het Nieuwsblad Fracture de la clavicule pour Florian Sénéchal 24/02 Coupe de France FDJ Le calendrier de la Coupe de France FDJ, la LNC innove 24/02 Faun Ardèche Classic Romain Grégoire : "Forcément un peu déçu, mais..." 24/02 O Gran Camino Jonas Vingegaard : "Une journée fantastique pour l'équipe" 24/02 Omloop Het Nieuwsblad Wout Van Aert, 3e : "On a osé, on est récompensé" 24/02 Omloop Het Nieuwsblad Nils Politt, 2e : "Tratnik a un peu joué avec moi" 24/02 Route Mathieu van der Poel a son programme... seulement 7 jours de course 24/02 UAE Tour Tim Merlier dans l'histoire de l'UAE Tour : "C'est magnifique"
fleche bas fleche haut
Publicité RM

Nos Partenaires

Publicité TMZ
pub STOP PUBpub Velo-Identity
Publicité AMS

Sondage

Qui va remporter l'Omloop Het Nieuwsblad ?














Publicité
Publicité
-
-