Chronique - Mangeas : «Une passion démarre souvent sur un détail»
Chronique
Photo : @Cyclismactu / CyclismActu.net

Chronique - Mangeas : «Une passion démarre souvent sur un détail»

Daniel Mangeas, qui a été speaker du Tour de France pendant une quarantaine d'années, revient sur Cyclism'Actu pour une nouvelle chronique. Il fait le bilan du début de saison, évoque le report de Paris-Roubaix et ses conséquences et parle de l'importance du lien entre les coureurs et le public, qui manque cruellement ces temps-ci. Sans oublier de mentionner les coureurs français qui brillent depuis plusieurs semaines, comme Anthony Turgis, Florian Sénéchal et Julian Alaphilippe.

Vidéo - Daniel Mangeas fait le bilan de la 1ère partie de saison

 

"Une première partie de saison particulièrement intéressante"

"On a eu une première partie de saison particulièrement intéressante", analyse Daniel Mangeas. "On regrette évidemment, surtout en France, d'être à l'arrêt pendant un mois. Il y a eu un premier bloc dans la saison particulièrement intéressant, d'autant plus que toutes les stars du cyclisme mondial évoluaient en France, on n'a jamais eu d'aussi beaux plateaux à l'Étoile de Bessèges, au Tour de la Provence ou au Tour du Haut-Var. Ça a été une belle récompense pour les organisateurs, qui n'ont jamais renoncé malgré les conditions sanitaires. Je suis vraiment admiratif, c'est la passion jusqu'au bout des ongles"

 

"J'espère qu'il y aura du public sur Paris-Roubaix en octobre"

Paris-Roubaix a été reporté au 3 octobre, et les prochaines courses françaises, comme les 4 Jours de Dunkerque, pourraient être menacées. "J'ai eu les organisateurs des 4 Jours de Dunkerque, ils se battent avec l'envie d'organiser leur épreuve, ils y croient. J'espère qu'un jour on va en sortir", explique Mangeas. "C'est surprenant, le lundi de Pâques j'animais la Ronde de Mouscron à quelques kilomètres de là où devait se dérouler Paris-Roubaix. Je pense que le Covid ne s'arrête pas à la frontière, et Mouscron c'est à quelques kilomètres de Lille. Il va bien falloir qu'un jour, on revive. Je ne sais plus trop quoi penser, mais quand on regarde en arrière, on voit qu'il n'y a pas énormément de choses qui ont changé, et ça m'inquiète un peu."

"Concernant Paris-Roubaix, souhaitons que tout se passe bien le 3 octobre. Si la course avait eu lieu en avril, il y aurait eu l'exploit des coureurs, mais il aurait manqué un acteur majeur qu'est le public. Alors qu'en octobre, j'espère que le public pourra venir comme il le souhaite sur le bord de la route, dans ce cas-là ça aura valu le coup de le reporter. Mais le principal, c'est que Paris-Roubaix ait lieu et que les autres courses aient lieu aussi", ajoute-t-il.

 

Sur l'exclusion de Schär : "C'est un peu la magie du cyclisme qui disparaît"

Comme le souligne Mangeas, le rapport entre le public et les coureurs est très important dans le cyclisme, peut-être plus que dans n'importe quel autre sport. C'est pourquoi la polémique entourant Michael Schär, qui a été exclu du Tour des Flandres pour avoir jeté un bidon à un enfant, l'a marqué. "C'est sévère. Quand j'avais neuf ans, il y avait un critérium à Avranches, et Albert Bouvet, qui m'a fait venir sur le Tour de France par la suite, m'avait signé une photo. Et Henri Anglade, mon idole, que j'avais rencontré dans un autre critérium, m'avait signé une photo également la même année. Ce sont des choses qui restent et qui véritablement enfoncent le clou de votre passion. Concernant Schär, il a jeté son bidon près d'un enfant, c'est vraiment... La mise hors course, c'est vraiment sévère. Une passion démarre souvent sur un détail, et peut-être que ce gamin qui est aimait déjà le vélo va l'aimer encore davantage", assure Mangeas.

"Si on jette le bidon en rase campagne là où il n'y a personne, il peut y avoir des pénalités, mais là, c'est un petit peu la magie du vélo qui disparaît", poursuit-il. "Un enfant, tu lui donnes un gros chèque à la place d'un bidon, il n'est pas plus heureux. Et ensuite, l'enfant peut suivre le coureur qui lui a jeté le bidon toute sa carrière. Moi, j'ai suivi Henri Anglade et Albert Bouvet durant toute leur carrière, dès que je prenais le journal, je regardais leurs résultats. Ça avait vraiment imprimé ma passion avec ces deux photos dédicacées que j'avais reçues. Ce n'était pas un bidon, c'était des photos, et je les ai toujours. Il y en a qui avaient Brigitte Bardot et Marilyn Monroe, j'avais Albert Bouvet et Henri Anglade."

 

"Roglic a connu le meilleur et le moins bon cette saison"

Daniel Mangeas fait ensuite un bilan des dernières courses, et notamment après le Tour du Pays basque, où on a pu voir un Primoz Roglic offensif et dominant. "Primoz Roglic a connu le meilleur et le moins bien cette saison. On pensait qu'il n'allait pas être battu sur Paris-Nice, mais il chute lors de la dernière étape et c'est Schachmann qui gagne pour la deuxième année consécutive. En plus, il avait un moyen de se rendre très populaire lorsqu'il a rejoint Gino Mäder dans les derniers mètres sur la 7e étape, mais il ne lui a pas laissé la victoire. On a eu l'impression d'un Eddy Merckx qui voulait absolument tout gagner. Mais est arrivé le Tour du Pays basque, où il est allé chercher la victoire finale lors de la dernière étape, et il n'a pas commis la même erreur avec David Gaudu. Et cette victoire de Gaudu, je pense que je m'en rappellerai tout le temps car c'était le jour de mon anniversaire. D'ailleurs, je tiens à féliciter David Gaudu, et je pense que la victoire au printemps appelle un très bel été sur les routes du Tour de France. Au final, ça a été un très beau Tour du Pays basque avec le succès de Roglic, Pogacar qui termine 3e, Gaudu dans le top 5."

"Avant ça, on a eu une belle 6e place de Guillaume Martin sur Paris-Nice, et je veux aussi souligner le bon début de saison d'Aurélien Paret-Peintre qui a remporté le GP la Marseillaise et qui est rentré dans le top 10 de Paris-Nice", ajoute Mangeas. "Compte tenu de son jeune âge, le meilleur pour lui est à venir. En même temps, on a aussi eu un beau Tirreno-Adriatico avec la belle 8e place de Romain Bardet, signe qu'il est en forme."

 

"Anthony Turgis se rapproche des meilleurs"

Pour conclure, Daniel Mangeas a tenu à parler des autres coureurs français qui ont marqué ce début de saison. "Je voudrais rendre un coup de chapeau à un coureur qui rentre régulièrement dans le top 10 des grandes courses, comme Milan-San Remo et le Tour des Flandres, c'est Anthony Turgis, qui devient avec Florian Sénéchal l'un des meilleurs coureurs français de Classiques. Il se rapproche des dominateurs que sont Mathieu van der Poel, Wout Van Aert et bien sûr Julian Alaphilippe, qui a réalisé un bon début de saison et qui doit avoir hâte de disputer les épreuves à venir, car c'est un tempérament de feu. Là, il va arriver sur des courses qu'il affectionne, les Ardennaises, et en plus avec le maillot de champion du monde sur les épaules. Ça a été un plaisir de le voir sur le Tour de la Provence avec ce maillot, et en plus, il peut gagner toutes les courses du monde, il restera le même, proche du public, ce qui explique sa popularité. Il ne se pose pas de questions, et il est heureux", explique Mangeas.

"Et il y a d'autres Français qui ont brillé en ce début de saison comme Christophe Laporte, qui est tout près d'une grande victoire, on sent qu'elle peut arriver. On a vu aussi un bon Warren Barguil, et j'attends également beaucoup de Pierre Latour, qui n'a pas été épargné par les pépins physiques ces dernières années, comme Elie Gesbert à qui j'adresse un clin d'oeil et qui revient très bien ces derniers temps suite à sa grave blessure à la rotule. Avec tout ça, je pense qu'on a toutes les raisons d'espérer de grandes choses du cyclisme français. Ça risque d'être encore un petit peu chaotique en 2021, mais en 2022, comme on disait au service militaire, tout le monde va être sur le pont", a-t-il conclu.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par François BONNEFOY

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité



News

Transferts

Publicité

Sondage

Quel coureur va remporter le 104e Tour d'Italie ?


















Partenaires

Publicité
Publicité