Paris-Roubaix - Peter Sagan : «Je suis heureux... !»
Paris-Roubaix
Photo : @BORAhansgrohe

Paris-Roubaix - Peter Sagan : «Je suis heureux... !»

Sur cette 116ème édition de Paris-Roubaix, Peter Sagan a réalisé un numéro magistral. Parti à 55 kilomètres de l'arrivée après avoir contré Greg Van Avermaet, le Slovaque a rejoint très rapidement les rescapés de l'échappée matinale avec Silvan Dillier et Jelle Wallays. A ce moment là tout était déjà terminé parmi les favoris, Peter Sagan s'est même permis de resserer lui-même sa potence à 30 kilomètres de l'arrivée à l'aide d'une clé fournie par son directeur sportif. Néanmoins, le triple champion du monde a dû faire face à la résistance héroïque du Suisse Silvan Dillier qui s'est accroché à la roue du Slovaque jusqu'au Vélodrome de Roubaix où le favori n'a eu aucune pitié au sprint.

Vidéo - Le sacre de Peter Sagan sur Paris-Roubaix

Après l'arrivée le champion slovaque a manifesté sa joie et son bonheur au micro de France-Télévisions : "C'est incroyable, je suis surpris et très heureux. Contrairement aux dernières années, je n'ai pas chuté ni connu d'ennuis mécaniques et j'ai pu garder des forces pour le final. J'ai attaqué au bon moment.  Un grand merci à mes coéquipiers car ils ont fait un travail formidable. Je les remercie tous : Daniel Oss, Marcus Burghardt, Maciej Bodnar et mon frère Juraj : c'est un groupe qui a gagné et je l'ai emporté aussi pour eux, pour l'équipe."

Le triple champion du monde a également souligné l'importance d'avoir pu compter sur les rescapés de l'échappée matinale, et notamment Silvan Dillier, auteur d'un numéro invraisemblable : "J'ai pris la décision d'attaquer, mais je me posais des questions, je me suis dit : j'attends, je regarde ce qu'il se passe, puis je suis sorti. Je suis revenu sur le groupe de tête et on fait du bon boulot ensemble. Je suis heureux pour Dillier, qui est resté avec moi et qui a coopéré. On est arrivés à deux sur le Vélodrome. Je suis très content d’avoir pu le garder avec moi dans le final. Il m’a aidé sur les routes asphaltées, moi je prenais des relais sur les pavés. On est arrivés tous les deux, mais j’étais confiant car j’avais encore assez d’énergie pour le sprint. Après ce Paris-Roubaix, je me sens encore frais, alors que sur les dernières éditions, j’étais épuisé."

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Jean LEBRETON

logo Unibet
logo Unibet
Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité


News

Transferts

TRANSFERTS
2021 - 2022
Publicité

Sondage

Quel coureur va gagner son premier Grand Tour ?



















Partenaires

Publicité
Publicité