ITW
ITW - Rostaing et Nippo Delko One Provence : 'Un jour sur le Tour' Photo : NIPPO DELKO One Provence

ITW - Rostaing et Nippo Delko One Provence : "Un jour sur le Tour"

Après quatre saisons passées sous le nom de Delko Marseille Provence, la formation française attaque la saison 2020 avec une nouvelle appellation, NIPPO DELKO One Provence. Renforcée par le sponsor japonais Nippo, un habitué des pelotons cyclistes, l'équipe victorieuse à quatorze reprises en 2019 évoluera toujours au niveau ProTeam (anciennement Continental Professionnel) cette saison mais aura bien l'intention de se rapprocher encore un peu plus du très haut niveau, et donc du Tour de France. À quelques jours de la première course de l'année, la Tropicale Amissa Bongo, Cyclism'Actu a eu l'occasion de s'entretenir avec Frédéric Rostaing, le manager général de NIPPO DELKO One Provence, qui espère que ses coureurs lui offriront d'aussi belles émotions en 2020 qu'en 2019.

Frédéric Rostaing le manager de NIPPO DELKO One Provence !

 

Une année 2019 satisfaisante : "On a franchi une belle étape sportive"

"2019 a été une saison bien remplie de manière générale. L'équipe a été présente du début à la fin de la saison puisque nous avons fait le "grand écart"  en commençant très tôt et en finissant au Tour du Fuzhou mi-novembre. Les coureurs ont vraiment mouillé le maillot, avec quatorze succès mais aussi l'image d'une équipe qui va de l'avant, qui se bat et qui essaye toujours de casser les schémas préétablis, surtout dans les grandes courses. On a réussi à gagner sur des épreuves comme le Tour de Slovaquie, sur lequel il y avait un très gros plateau, donc je pense qu'on a franchi une belle étape sportive en 2019. Le groupe a fini fort la saison et a été très soudé. Ça a donc été une année satisfaisante mais aussi de construction et qui sert de base pour 2020, donc c'est important."

 

Le moment fort de 2019 : Evaldas Siskevicius avec les grands sur Paris-Roubaix

"Il y a des performances qui ne sont pas spécialement des victoires, mais qui ont été sur le devant de la scène médiatique, comme la neuvième place d'Evaldas Siskevicius sur Paris-Roubaix, une classique WorldTour. Quand on se souvient de ce qu'il s'était passé pour lui en 2018 - lanterne rouge et hors-délai, le Lituanien avait trouvé porte close en arrivant sur le vélodrome de Roubaix - et de le voir arriver, à force de volonté et de travail, presque pour la gagne un an plus tard, ce sont des choses qui impactent, et notamment en termes de valeurs."

 

La collaboration avec Nippo : "Les contacts n'ont jamais cessé avec le Japon"

"Nous avons des rapports avec le Japon depuis pratiquement 18 ans. Nous avons accueilli énormément de coureurs japonais au sein du VC La Pomme, qui était la structure souche du projet à l'époque. Nous avons également placé des coureurs en convention avec la fédération japonaise ou accueilli des cadres techniques en formation pour les Jeux olympiques, donc il y a eu un fil conducteur et ce n'est pas une chose qui s'est faite de façon fortuite. C'est vraiment par ce biais de reconnaissance mutuelle que nous sommes arrivés à cette conclusion de partenariat. Les contacts n'ont jamais cessé, et puis il y a des opportunités et des changements de cap qui font que Nippo souhaitait s'orienter sur une structure qui allait embrasser le projet de promouvoir les meilleurs coureurs japonais de manière cohérente et vraie."

 

Les aspirations de NIPPO DELKO One Provence

"Le coeur du projet est d'amener le groupe à progresser, à entrer de plus en plus sur les grands évènements, avec ce mélange de nationalités et les Japonais en particulier. Nous tenterons également de faire en sorte que nos coureurs japonais soient les plus performants possible sur les JO de Tokyo, mais surtout de cultiver encore plus haut et plus fort l'image que l'on a pu dégager ces dernières années, d'être performant et d'amener une plus-value sur nos coureurs."

 

Le recrutement pour 2020 : "Des coureurs aguerris et des jeunes talents en devenir"

"Ça va être un pas en avant, mais tout en gardant le même cap, c'est à dire ce qui a fait la réussite du projet à la base. C'est un projet qui a toujours été cosmopolite, avec ce mélange des cultures et des nationalités, mais aussi avec cet ancrage territorial sur Marseille et la Provence. Nous avons effectué un recrutement sur deux axes, avec à la fois des coureurs aguerris et que nous connaissons (Justin Jules, Jose Goncalves, Fumiyuki Beppu), des valeurs sûres en quelque sorte, et à côté de cela des jeunes talents en devenir (Pierre Barbier, Dusan Rajovic, Biniam Girmay...), ce qui nous permet de faire baisser la moyenne d'âge du groupe."

"Nous avons la conviction que Barbier (22 ans), Rajovic (22 ans) et Girmay (19 ans) ont de grandes capacités. Ils l'ont en tout cas déjà prouvé par rapport à leur parcours respectif. Ce sont de jeunes coureurs habités d'une grande volonté de réalisation, avec de l'ambition. Ils font en ce moment leurs débuts dans le collectif, ils s'intègrent bien à celui-ci et nous espérons qu'ils seront sur les plus hautes marches du podium en 2020."

 

Les ambitions pour 2020 : "Le top 5 du classement par équipes ProTeam"

"Le groupe a préparé consciencieusement et méticuleusement cette saison, et en particulier ce début de saison. Cela étant, nous souhaitons être prudents en termes d'objectifs de résultats car ce n'est pas une science exacte. Mais ce qui est sûr, c'est que tout le monde est habité par une vraie volonté de performer le plus tôt possible. Après, si je dois entrer dans le détail, nous souhaiterions avoir une place décente sur la Coupe de France, gagner plus de courses bien sûr, rentrer dans le top 5 du classement par équipes ProTeam... Mais c'est surtout être à un niveau de performance plus élevé sur les grandes courses et améliorer également notre niveau de visibilité sur les grandes épreuves."

"Nous avons déjà reçu une invitation sur Paris-Nice, une épreuve sur laquelle des garçons comme Julien El Farès ou Romain Combaud avaient été à leur avantage l'an dernier. Cette année, nous montons un peu d'un cran, avec un effectif plus solide et des individualités qui ont déjà performé au niveau WorldTour, donc l'objectif pour nous sur cette édition 2020 sera de prendre tout ce qu'il est possible de prendre. Une victoire d'étape semble le plus accessible, mais en épluchant le parcours, nous avons pu constater qu'il est un peu moins escarpé que les autres années et qu'il pourrait peut-être donner quelques opportunités, même si le niveau WorldTour est souvent cadenassé dans des schémas bien précis. Pour notre part, nous allons essayer de nous inscrire dans un schéma qui peut être celui de notre propre performance."

 

Les conséquences de la réforme decidée par l'UCI : "Une vraie menace pour les ProTeam"

"Ce nouveau système referme encore plus les choses au final et donne une part de gâteau énorme à une ou deux équipes qui ont les capacités de pouvoir honorer les invitations. Le modèle économique des équipes ProTeam aujourd'hui est quelque chose qui n'intéresse pas énormément les instances du cyclisme, et c'est quelque chose sur laquelle il faudrait vraiment se pencher car les équipes de notre niveau se retrouvent dans un schéma précaire. Le fait de ne pas vivre de Grand Tour de multiples années répétées est une vraie menace pour la viabilité de ses formations. On pourrait peut-être réfléchir à un système de rotation dans lequel dix ou quinze ProTeam pourraient participer à un Grand Tour une fois tous les deux ans."

 

À quand NIPPO DELKO One Provence sur le Tour ? : "Les partenaires sont mobilisés sur ça"

"On a vendu le Tour de France à personne, mais nous aspirons à y rentrer très rapidement. Par rapport à cette année, il y a une décision qui a été donnée et qui a été actée, donc nous n'allons pas y revenir. C'est à nous de travailler afin de pouvoir rentrer sur le Tour de France, même si cela n'est pas la finalité, celle-ci étant de voir le projet progresser dans sa globalité et que nous soyons présents sur les plus grandes courses. Après, le Tour de France reste le firmament, donc les partenaires sont mobilisé sur ça. On a eu en 2019 une première année de montée en puissance et l'objectif sera de poursuivre dans cette voie."

"Le recrutement d'une vedette ? C'est quelque chose à laquelle nous réfléchissons, mais nous pouvons aussi créer notre propre vedette et c'est ce que l'on va essayer de faire sur cette année 2020. Quand on prend le cas de Wanty Gobert, qui a été fortement impacté par l'ascension de Guillaume Martin, c'est aussi des schémas qui donnent à réfléchir. Il y a donc deux stratégies possibles. Après, nous allons mettre ce lourd fardeau sur les épaules de personne parce que nous ne lui ferions pas un cadeau, mais je pense que nous avons des coureurs de qualité et qui pourraient être des révélations sur l'année 2020."

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Nicolas GAUTHIER

Tous vos Pronostics et vos Paris sur les courses de Cyclisme c'est ICI 

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

L'actu en vidéo par Cyclism'Actu


News

Transferts


Sondage

Qui remportera le Tour des Emirats arabes unis ?

















Partenaires