ITW - Luc Leblanc : «Je perds le Tour de France sur une fringale... »
ITW
Photo : @LucLeblanc / Sirotti

ITW - Luc Leblanc : «Je perds le Tour de France sur une fringale... »

La Chaine L'Equipe rediffusait mardi et mercredi les 12e et 13e étapes du Tour de France 1991. Marquée par la première des cinq victoires finales de Miguel Indurain, cette édition 1991 avait également vu l'éclosion aux yeux du grand public d'un jeune coureur français alors âgé de 24 ans, Luc Leblanc. Troisième de l'étape de Jaca derrière Charly Mottet et Pascal Richard, le natif de Limoges s'était emparé du maillot jaune à l'issue de cette étape. Vêtu de la tunique de leader et disposant de 2'35" d'avance sur Greg Lemond, le double tenant du titre, et 4'44" sur Miguel Indurain, le futur vainqueur, le membre à l'époque de la Castorama avait malheureusement craqué le lendemain lors de l'étape amenant les coureurs à Val Louron. Luc Leblanc est revenu pour Cyclism'Actu sur ces deux étapes du Tour de France 91. Sans oublier de donner son avis sur la prochaine Grande Boucle... 

Vidéo - Luc Leblanc : "Le Tour 2020 va avoir lieu, mais comment ?"

"La prise du maillot jaune a été le premier grand souvenir de ma carrière. Ça a représenté le début de mon palmarès", explique tout d'abord celui qui sera sacré champion du monde trois ans plus tard à Agrigente (Italie). "Lors de l'étape qui m'a permis de prendre le maillot, j’avais tout donné jusqu’à la fin sans m’occuper de la victoire d’étape. La stratégie était de rouler jusqu’au bout et de prendre le plus d’avance possible sur les favoris au classement général". Avec autant d'avance sur les prétendants à la victoire finale et une forme qui était resplendissante, Luc Leblanc s'est alors mis à croire que l'exploit était possible. Jusqu'à ce que son manque d'expérience le rattrape dans l'étape reine des Pyrénées...

 

"Je n’ai jamais eu de coup de mou après ça"

"C’est sûr que j’ai cru à la victoire dans le Tour après l'étape de Jaca. Sauf que le lendemain, il y a eu une très mauvaise gestion de mon maillot jaune. Je me suis retrouvé un peu isolé et pas grand monde ne s’est occupé de moi et de mon maillot. J’ai pourtant fait la course ce jour-là, j’étais très, très bien. Mais au pied du col d'Aspin, j’ai fait une hypoglycémie et je perds le Tour à cause de celle-ci, tout simplement. Quelques jours après cette étape de Val Louron, je fais troisième au sommet de l’Alpe d’Huez en arrivant avec Gianni Bugno et Miguel Indurain (qui prendront dans le désordre les deux premières places à Paris, ndlr), donc je n’ai jamais eu de coup de mou après ça".

 

"L'attaque de Laurent Fignon fait partie du jeu"

"C’est vraiment cette fringale qui m’a fait perdre le Tour", insiste celui qui avait perdu 12'36" sur Miguel Indurain lors de cette étape de Val Louron. "Ce n’était pas le fait d’être moins bien que les autres. J’ai fait une erreur, j’étais jeune à l’époque et on n’a pas assez bien géré mon maillot jaune. Je n’étais peut-être pas assez bien entouré pour le garder…" Pointant cette fringale comme étant l'évènement qui lui a fait perdre son maillot de leader, Luc Leblanc, finalement cinquième à Paris à 10'10" d'Indurain, ne veut en revanche pas revenir sur l'attaque de son leader Laurent Fignon au moment où il a commencé à se sentir défaillant. "Je n’ai pas envie de faire de polémique. J’avais effectivement dit à Laurent que je commençais à ressentir la fringale et il a attaqué 15 secondes après. Ça fait partie du jeu car même si on était dans la même équipe, c’était quand même l’ancien, il avait gagné deux Tours de France et il voyait mal le petit jeune lui passer devant (rires)".

 

"Un Tour de France à huis clos, ce n’est pas un Tour de France"

Grand animateur des Tours de France disputés dans les années 90 - deux victoires d'étapes (Hautacam en 1994 et Les Arcs en 1996) et trois top 10 (4e en 1994, 5e en 1991 et 6e en 1996), Luc Leblanc a également abordé à notre micro la question de la Grande Boucle 2020. "Le Tour de France 2020 va-t-il avoir lieu ? Je n’en sais strictement rien. Je pense que Christian Prudhomme doit s’arracher les cheveux en ce moment en se demandant ce qu’il va se passer. Je pense qu’il va avoir lieu mais comment, je ne sais pas… Après, un Tour de France à huis clos, ce n’est pas un Tour de France selon moi. C’est impossible. Je ne vois tout simplement pas comment il pourrait se faire sans public", conclut le Limousin.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Nicolas GAUTHIER

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité



News

Transferts

Publicité

Sondage

Quel coureur va remporter le 104e Tour d'Italie ?



















Partenaires

Publicité
Publicité