Retraite
Retraite - Retour sur la carrière de l'infatigable Voigt Photo : Sirotti, BT

Retraite - Retour sur la carrière de l'infatigable Voigt

 

Jens Voigt (prononcé Yenss Faugt) participe actuellement, avec sa formation Trek Factory Racing, à sa dernière course professionnelle : l’USA Pro Challenge, qui se tient dans l’état du Colorado, aux Etats-Unis. Cette course clôt donc une carrière longue de 18 saisons au sein de l’élite. Cyclism’Actu vous propose de faire un retour sur sa longue carrière marquée par son style caractéristique qui lui a valu le surnom de « J’envoie » dans le peloton.

 

Ses débuts chez les Amateurs

 

Un enfant « très turbulent et hyperactif »

Jens Voigt est né Grevesmülhen, dans la province du Mecklembourg , située dans l'ancienne République démocratique allemande (RDA), la même région qu’un certain Jan Ullrich. Depuis sa toute jeune enfance, il a été poussé par ses parents à faire du sport pour se défouler étant donné qu’il était un enfant « très turbulent et hyperactif ». Il décide de s’inscrire dans une structure d’études sportives à l’âge de 14 ans où il suit des cours de cyclisme et des séances d’athlétisme. Après son service militaire, il est remarqué par des sélectionneurs de l’équipe nationale de cyclisme des moins de 18 ans. Il intègre l’équipe de la RDA pour les Mondiaux pour le chrono par équipes, remportée par l’Italie qui aligne le jeune Davide Rebellin. Il termine avec ses coéquipiers à la 6ème place, juste derrière les Etats-Unis d’un certain Lance Armstrong. Il peaufine ses qualités de rouleur et remporte en 1993 le titre de Champion d’Allemagne du contre-la-montre par équipes de 100 km. L’année 1994 sera un tremplin dans sa carrière cycliste.

Cette année là, il prend le départ du Tour de Basse-Saxe et le gagne, devant Jan Ullrich. Il enchaine avec un beau succès sur la Course de la Paix. La saison suivante, il enchaine avec une victoire d’étape sur le Tour de Normandie. Plusieurs résultats encourageants attirent les sponsors et la formation Giant AIS, après quelques semaines en tant que stagiaire, lui propose son premier contrat pro. L’année 1997 est sa première chez les Elites, il gagne le Tour de Basse-Saxe. Il rejoint alors l’équipe française Gan.

 

Jens Voigt, « diplomate » de la RDA

Voigt a vécu toute son enfance dans l’Allemagne de l’Est. Le sport était l’un des piliers du systèmes socialistes et le vélo était un sport très apprécié de l’autre coté du mur : « Le vélo est le sport de l'homme normal, l'homme qui travaille. Il était très politiquement correct de le pratiquer en RDA. Nous étions comme des diplomates du pays en ayant comme seul objectif : démontrer la supériorité du socialisme en gagnant. » Victime d’une propagande comme des millions de personnes, il a vécu sous le dictat du socialisme : « L'Etat, les médias, affirment que notre système était le meilleur. Selon eux, nous vivons du bon côté du mur. Lorsque tu n'entends que ça pendant dix-huit ans, tu le crois. Nous ne fermions jamais la porte de la maison et je n'ai jamais mis un antivol à mon vélo. Dans notre système politique, l'impôt avait pour but d'équilibrer les différences. Du coup, il n'y avait aucune jalousie entre le jardinier ou le professeur qui gagnaient le même salaire. Mais l’école m'avait demandé de couper tout contact avec ma famille installée en RFA. C'était suspect », indique le coureur allemand.

Il revient également sur le dopage qui régnait beaucoup dans les fédérations sportives de la RDA sans pour autant y avoir touché : « Bien sûr que les programmes de dopage ont existé mais heureusement j'étais trop jeune pour entrer dans ce système. Et l'année de mes 18 ans, le mur est tombé. »

 

Sa carrière professionnelle et son palmarès

 

2004, le meilleur cru de Jens Voigt

Dès sa deuxième saisons chez les pros, il dispute à son premier Tour de France, celui marqué par l’affaire Festina. Il se montré déjà offensif en étant échappé lors de la 9ème étape, mais il est battu par Leon van Bon. C’est le premier allemand, post-réunification, à endosser le maillot à pois. Durant ses cinq saisons chez Gan (qui devient Crédit Agricole), il s’impose à vingt reprises et porte le maillot jaune durant un jour sur la Grande Boucle, c’était en 2001.

Amicalement proche de Bobby Julich, il le suit quand ce dernier s’engage avec la Team CSC, managé par Bjarne Riis. Cette année 2004 est certainement l’une de ses meilleures saisons de sa carrière : il termine 4ème de Paris-Nice, puis remporte le Critérium Internationale en ayant le luxe de remporter deux étapes. Il gagne également une étape du Tour du Pays-Basque, mais aussi le général du Tour de Bavière. En 2005, il finit 2ème de Liège-Bastogne-Liège après avoir attaqué à 50 bornes de l'arrivée. Seul le Kazakh Alexandre Vinokourov arrive à le suivre et à le battre.

 

« Shut-up legs »

Ni bon grimpeur, ni très rapide au sprint, le coureur allemand s’est forgé une solide réputation de rouleur et de baroudeur. « The Jensie » comme il est surnommé dans le peloton est un avaleur de kilomètre, toujours à la disposition de ses leaders : « Je suis juste le parfait soldat. Je monte sur mon vélo et je dis : "Oui Monsieur !" Je suis le mec qui va chercher les imperméables pour mes coéquipiers et qui les ramène après l'averse. » Il aime pousser ses limites. La souffrance est pour lui un plaisir : « J'aime cette sensation parce que cela prouve que je suis vivant. J’aime répondre à la souffrance quand elle me crie de ralentir. Nous nous observons en permanence et nous attendons que l'autre montre une faille et abdique. »

Il est aussi à l’origine d’une expression : « Shut up legs » (« taisez-vous, jambes », en français). Il s’explique : « Parfois votre corps commence à vous dire : "Oh, je n'en peux plus, je n'en peux plus". Votre esprit répond alors : "Tais-toi et fais ce que je te dis". »

 

Jens Voigt, c'est 17 Tour de France

L’Allemand a pris le départ à 17 Tour de France et en a terminé 14. Depuis 1998, il a toujours été présent sur la Grande Boucle. Il a remporté deux étapes dont un contre-la-montre par équipes. Il a également porté le maillot jaune pendant deux jours. Voigt a également été deux fois équipier d’un vainqueur du Tour : lors de l’édition 2008 avec Carlos Sastre et en 2010 avec Andy Schleck.

Meilleure performance : 28ème en 2007
Porteur du maillot jaune : 2 jours (1 en 2001 et 1 en 2005)
Nombre de victoires : 2 étapes (le clm par équipes en 2001 et l’étape 13 en 2006)
Elu le plus combatif d’une étape en 2014

 

Les autres grands tours 

L’Allemand n’a jamais pris le départ du Tour d’Espagne. Par contre, il a disputé à trois reprises au Tour d’Italie, en 2006, en 2008 et en 2009. Sa meilleure performance au général reste une 37ème place (2006). Il a également remporté une étape, c’était sur le Giro 2008.

 

Les autres courses :

4 fois vainqueur du Critérium International (2004, 2007, 2008 et 2009)
3 fois vainqueur du Tour de Bavière (2000, 2001 et 2004) + 1 étape (2005)
Tour de Pologne 2008 (+ 1 étape)
Tour d’Allemagne 2007 (+ 1 étape)
Tour Méditerranéen 2005 (+ 2 étapes)
4 étapes du Critérium International (2004 x2, 2007 et 2009)
3 étapes du Tour du Pays Basque (2004, 2005 et 2007)
2 étapes du Tour de Californie (2007 et 2013)
2 chronos du Critérium International (2002 et 2003)
1 prologue de Paris Nice 2005
1 étape du Tour de Catalogne (2010)
1 chrono du Tour de Bavière (2001)
1 étape du Tour du Danemark (2004)
1 étape de l’USA Pro Challenge (2012)
1 étape de l’Etoile de Bessèges (2005)
1 étape du Ster Elektrotoer (2006)
1 étape du Critérium du Dauphiné (2001)
Paris Bourges 2003
Cholet Pays de Loire 2000

 

Vidéos - Jens Voigt

 

La chute de Jens Voigt sur le Tour 2009

 

Sa victoire d'étape sur le TDF 2006

 

 

Sources : LeMonde.fr, Procyclingstats

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Renaud BREBAN

Tous vos Pronostics et vos Paris sur les courses de Cyclisme c'est ICI 

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

L'actu en vidéo par Cyclism'Actu


Brèves

Transferts


Sondage

Que retenez-vous le plus du 74e Tour d'Espagne ?










Partenaires