+ de Brèves

  Brèves

  défiler les infos cyclisme  défiler les infos cyclisme
Fizik
Tennis Actu
Site de l'année 2014
Eurosport Classique
Olic à la prod

Tour de Lombardie

Purito triomphe sous le déluge

Tour de Lombardie - Purito triomphe sous le déluge

Par Alexandre Mignot
Publiée le 29/09/2012 à 17:19

Seulement une semaine après les Mondiaux de Valkenburg, qui a vu le sacre du Belge Philippe Gilbert, les coureurs pouvaient prendre leur revanche, ce samedi, sur le Tour de Lombardie, surnommé "la classique des feuilles mortes". Dernière classique World Tour de l'année, c'était aussi pour beaucoup le point d'orgue d'une longue saison 2012. Par rapport à 2011, le tracé avait été légèrement revu. Le départ, prévu initialement à Milan, se faisait à Bergame, mais par contre, la ligne d'arrivée était toujours tracée dans la cité de Lecco, sur les rives du lac de Côme. En revanche, la principale modification sur le parcours était le retour du mythique Muro di Sormano, long de 1.7 km pour une pente moyenne de 17%, avec des passages au-delà des 20%. En bref, 251 kilomètres étaient à couvrir, et quatre ascensions (le Valco diValcava, le Muro di Sormano, le Madonna del Ghisallo et le Villa Vergano) étaient à franchir. Un successeur à Oliver Zaugg était attendu en fin d'après-midi. Au final, et dans des conditions dantesques, tout s'est joué dans la dernière ascension du jour. Un groupe d'une trentaine de coureurs est arrivé au pied, mais un seul à émerger en tête au sommet : Joaquin Rodriguez (Katusha). Auteur d'une attaque fulgurante dont il a le secret, Purito a lâché tout le monde dans l'ascension avant de résister sous un véritable déluge dans les 10 derniers kilomètres. L'Espagnol s'impose finalement avec quelques secondes d'avance devant son compatriote Samuel Sanchez (Euskaltel-Euskadi) et Rigoberto Uran (Team Sky). Purito devient le premier coureur espagnol de l'histoire à inscrire son nom au palmarès de la Classique des feuilles mortes. Il passe aussi en tête du classement World Tour, dont il sera le lauréat à la fin de l'année ...

Une échappée de onze coureurs se forme sous la pluie

C'est aux alentours de 10h30 que les coureurs, après avoir signé la feuille de départ, s'élancent pour ce Tour de Lombardie 2012. Le début d'épreuve est marquée par de nombreuses tentatives d'échappées, mais aussi par la pluie et le brouillard, bien présents ce samedi. La chaleur n'est elle, pas au rendez-vous, le thermomètre n'indiquant pas plus de 10-12°C. Du fait de ces conditions climatiques, une cassure s'opère dans le peloton après une vingtaine de kilomètres de course, alors que personne n'a encore pris les devants. Néanmoins, tout se regroupe quelques kilomètres plus tard, et de nouveaux attaquants passent à l'abordage. 

Un trio composé de Yaroslav Popovych (RadioShack), Andriy Grivko (Astana) et Stefan Denifl (Vacansoleil) prend les devants et comptent même jusqu'à une minute d'avance sur le peloton. Néanmoins, ça reste agité, et d'autres équipes souhaitent intégrer la bonne échappée du jour. Après, 50 kilomètres, telle est donc la situation, mais Ag2r fait notamment le forcing derrière pour placer des hommes à l'avant et un nouveau groupe ressort à quelques 185 kilomètres du but. Cette fois-ci, on retrouve Emanuele Sella (Androni), Federico Rochetti (Utensilnord), Julien Berard et Romain Bardet (AG2R), Cristiano Salerno (Liquigas), Johan Esteban Chaves (Coldeportes), Nicki Sorensen (Saxo Bank), Steve Morabito (BMC), Alberto Losada (Katusha), Stefano Locatelli (Colanago) et Andriy Grivko (Astana).

L'échappée se décompose un moment, le peloton gère l'écart

Cette fois-ci, c'est la "bonne", et le peloton laisse immédiatement les fuyards prendre 2 à 3 minutes, alors que la première difficulté du jour, le Valico di Valcava, est entamée. Le pack est alors pris en main par la Sky et la Garmin, qui ne veulent pas accorder trop de marge aux audacieux du jour. De fait, l'avance des 11 échappés est à peine de 2 minutes à 150 kilomètres de l'arrivée. L'écart est maintenu autour de la minute trente par le Team Sky, et c'est alors, qu'un peu plus tard, trois coureurs décident de sortir du groupe de fuite. A 145 bornes du but, Emanuele Sella (Androni), Johan Esteban Chaves (Coldeportes) et Alberto Losada (Katusha) s'en vont seuls en tête. 

Leur aventure dure une trentaine de kilomètres, tout de même, et l'échappée initiale se reforme ! Pendant ce temps, le peloton a décidé de lâcher un peu de lest, et le groupe de fuite compte ainsi plus de 3 minutes d'avance à 110 kilomètres du but. Mais très vite, la Sky et la BMC notamment, reprennent les choses en main dans le peloton et à 100 bornes de l'arrivée, l'écart est descendu à 2'30". Puis, doucement mais surement, les coureurs approchent du fameux Muro di Sormano ! A l'avant du peloton, les leaders se font replacés tandis que les échappés sont déjà sur les contre-forts du Muro di Sormano : la Cola di Sormano. 

Bardet costaud dans le Muro di Sormano, passe en tête au sommet ...

Dès ces premières pentes, quatre coureurs font la différence, sans réellement attaquer, au train. Bardet, Morabito, Salerno et Losada prennent les devants. Le peloton se rapproche lui à une minute et entame à son tour la montée précédant le Mur à proprement parlé. C'est à ce moment qu'Amets Txurruka (Euskaltel-Euskadi) décide de sortir du pack. Puis, quelques hectomètres plus loin, à 84 bornes du but, c'est parti pour le Muro di Salerno. Le quatuor de tête s'émiette très vite à deux unités : Bardet et Losada, et c'est le Français qui fait le rythme. Le jeune coureur d'Ag2r semble à l'aise et Morabito et Salerno sont lâchés tandis que Losada s'accroche comme il peut dans la roue. 

... suivi d'un groupe de favoris avec Contador, Nibali, Purito etc ... mais pas Gilbert !

Dans le peloton également, il y a du mouvement. Nibali prend ses responsabilités et accélère l'allure en tête de peloton. Très vite, un petit groupe se forme, et Alberto Contador, bien présent, en remet une couche. Seuls 7 ou 8 coureurs arrivent à s'accrocher tandis que Salerno et Morabito, tout comme Txurruka, sont revus par les hommes forts. L'écart n'est plus que d'une petite vingtaine de secondes, mais Bardet tient bien face aux cadors. A l'approche du sommet, le coureur d'Ag2r parvient même à se débarasser de Losada et à basculer seul en tête. Petit exploit de Bardet. Dans le groupe des favoris, c'est au tour de Purito de durcir la course, tandis que le champion du monde Philippe Gilbert n'est pas là !

Quelques chutes dans la descente, dont celle du champion du monde, qui abandonne

Quelques secondes après Bardet, le groupe des favoris bascule également dans la descente, très humide et donc glissante ! Joaquin Rodriguez fait l'effort jusqu'au sommet, et ce n'est que quelques instants plus tard que l'on voit Gilbert arriver au sommet. Les coureurs du peloton arrivent eux au compte-goutte au sommet du Muro di Sormano, qui fait alors honneur à sa réputation. Il y en a de partout, et ce n'est pas fini, car une descente très compliquée est encore à gérer. Il reste 80 bornes. A l'avant, Bardet est donc seul, mais se fait quelques frayeurs dans les virages de la descente. Le Français mesure ses risques, mais en prend tout de même. 

A contrario, le groupe des favoris relâche quelque peu et plusieurs coureurs reviennent de l'arrière. Néanmoins, quelques chutes interviennent comme celles de Paolini et Ballan dans un premier temps. Mais quelques moments plus tard, c'est le champion du monde lui-même qui tombent. Le Belge, un peu souffrant, n'insiste pas, abandonne et rentre dans la voiture de son directeur sportif. Ce n'était certainement pas la manière dont le Wallon espérait inaugurer son maillot arc-en-ciel. Quoiqu'il en soit, la course continue, avec toujours le seul Romain Bardet en tête. Losada a lui réintégré le premier peloton. 

Bardet seul en tête, un peloton d'une trentaine d'hommes en chasse

A un peu moins de 70 kilomètres de l'arrivée, le Français compte une minute d'avance sur un groupe de favoris, composé d'une trentaine d'unités. Le même écart est recensé à 64 bornes du but. Désormais, les coureurs mettent le cap vers la Madonna del Ghisallo, la difficulté la plus connue du Tour de Lombardie. A l'avant Bardet profite d'une partie relativement plate pour se ravitailler alors que c'est la Katusha, via Losada, qui fait le travail derrière. Ce schéma vaut pour une dizaine de bornes, et à un peu plus de 55 bornes du but, Tiralongo, Hesjedal ou encore Cunego tentent de sortir du premier peloton. 

Les attaquants ne font aucune différence et sont repris par le reste de la meute. Bardet, lui, entame la célèbre montée de la Madonna del Ghisallo, avec 45 secondes d'avance. Au pied, le peloton temporise, et c'est à ce moment que de Weert tente de sortir. Le Belge prend un peu d'avance, mais la Katusha reprend les rênes juste derrière. Et l'équipe russe ne rigole pas. De Weert rentre rapidement dans le rang, tandis que l'écart avec Bardet diminue très vite, puisque Losada poursuit son effort en tête de peloton. Bardet voir alors irrémédiablement revenir le groupe des favoris ... La jonction est finalement opéré à 51 kilomètres du but.

Bardet repris, De Weert par seul à l'avant 

Tout est donc à refaire, et le peloton temporise, toujours mené par Katusha. C'est alors que De Weert repasse à l'attaque. Personne ne le prend en chasse et il fait quelque peu l'écart. Le coureur d'Omega Pharma-Quick termine finalement la Madonna del Ghisallo seul, et passe au sommet avec 45 secondes d'avance sur le peloton. Il reste alors 46 bornes à parcourir.  Derrière le coureur belge, le groupe temporise quelque peu, avant de mettre doucement en marche à 40 kilomètres du but. L'écart descend doucement, sous l'impulsion des coureurs de BMC ou Liquigas, et la tentative de De Weert est sur le point de se terminer. 

Mais, alors que tout est calme, Nibali chute tout seul dans le peloton, tout comme Tiralongo, au même moment. Puis, c'est au tour de Kevin De Weert de toucher le sol, alors qu'il est en tête, et qu'il a repris quelques secondes sur un peloton qui s'est un peu relevé. Néanmoins, tout le monde repart, et le Belge conserve la tête de la course ! Pas pour longtemps. Le peloton arrive très vite derrière et le coureur d'Omega est repris. Basso tente alors de calmer les ardeurs dans le peloton, afin de favoriser le retour de son compatriote et coéquipier Nibali, mais la Katusha reprend les commandes et fait le rythme à 30 kms du but. 

De Weert chute et est repris, Rui Costa passe à l'attaque !

Deux bornes plus loin, c'est au tour de Rui Costa (Movistar) de sortir et de prendre la tête de la course. Seul. A 25 bornes du but, le peloton le contrôle néanmoins, et il ne possède que 15 secondes d'avance. Derrière, Nieve part en contre. A 22 kilomètres de l'arrivée, le Portugais est toujours seul en tête de course, chassé par Nieve, alors que Nibali a réintégré le peloton. Ce groupe, composé d'une trentaine de coureurs, compte alors près de 30 secondes de retard sur Rui Costa à l'entrée dans les 20 dernières bornes. On s'approche alors du juge de paix de l'épreuve : la montée de Villa Vergano. Dans le peloton, la Sky ainsi que la Lampre prennent les choses en main à 16 kilomètres de l'arrivée. 

L'écart descend alors quelque peu, mais Rui Costa résiste bien. Néanmoins, à 15 bornes tout pile de l'arrivée, l'avance du Portugais n'est plus que de 20 secondes. Euskaltel-Euskadi vient alors également donner un coup de main en tête de peloton. A 13 kilomètres de l'arrivée, Rui Costa est désormais en ligne de mire du peloton, qui est mené par la Sky. Et le Portugais se fait reprendre quelques instants plus tard ! Le groupe de favoris est alors dans la dernière difficulté du jour et Marco Marcato décide d'attaquer ! Le peloton reste relativement calme, mais à 12 bornes de l'arrivée, Verdugo attaque à son tour et rejoint l'Italien.

Beaucoup d'attaques dans la dernière montée, mais Purito met tout le monde d'accord

Puis, c'est au tour d'Alexandre Kolobnev d'en placer une à 11.5 kms de la ligne. Le Russe accélère, rattrape Marcato et Verdugo, mais n'emmène que le basque sur son porte-bagage. Toutefois, juste derrière, la Garmin-Cervélo fait un gros travail et aucune différence n'est faite. Sur le parcours, c'est une grosse averse qui est alors en train de tomber, et les conditions météo sont si terribles que la télévision ne parvient pas à retransmettre les images de la course. Le peloton, toutefois, reste quelque peu groupé jusque dans les derniers hectomètres.

C'est à ce moment là que Joaquin Rodriguez (Katusha) décide d'attaquer ! Purito, en spécialiste qu'il est, parvient à faire la différence et passe au sommet de la dernière difficulté en tête ! A 8 kilomètres, on le retrouve dans la descente, avec enviro, 10 secondes d'avance sur un petit groupe de poursuivants comprenant Contador, Santambrogio, Henao, Uran et Quintana ! Puis, à 7 bornes du but, Zaugg fait la jonction dans le groupe de poursuite ! 

Purito en solitaire, dans des condition dantesques

Sous une pluie battante, un véritable déluge, Purito mène toujours de sept secondes à 6 bornes de l'arrivée, mais les coureurs de la Sky font l'effort pour recoller. Les coureurs prennent quelques risques dans les virages, mais Purito reste en tête à 4 kilomètres du but, alors que Kessiakoff et Mollema font également leur retour dans le groupe de poursuivants ! La ligne se rapproche, et Rodriguez continue de resister, et à deux kilomètres de la ligne d'arrivée, Rodriguez s'en va vers la gagne. Dans le groupe de chasse, c'est cette fois-ci Pellizotti et Samuel sanchez qui reviennent ! Mais c'est à l'avant que ça se joue. 

Purito passe sous la flamme rouge en tête en s'en va chercher la victoire sur ce Tour de Lombardie. Sur une chaussée quasi innondée, Rodriguez savoure son exploit dans les derniers hectomètres, et c'est Samuel Sanchez (Euskaltel-Euskadi) qui vient régler le groupe des poursuivants une poignée de secondes plus tard, devant Rigoberto Uran (Team Sky).

En remportant ce Tour de Lombardie 2012, Rodriguez devient également le premier vainqueur espagnol de l'épreuve ! Aussi, Purito profite de l'occasion pour passer en tête du classement UCI World Tour, duquel il terminera donc la saison en première position. 

 

Photos : Sirotti

REGARDEZ LE MEILLEUR DU CYCLISME SUR EUROSPORT PLAYER

CLIQUEZ ICI !

Résultats Pronostics : Il Lombardia

1Tigliojux136 pts
2VP56134 pts
3beignet134 pts
4Christophe 02122 pts
5ludo118 pts
6Akmon114 pts
7mojitoland114 pts
8jo1912106 pts
91985106 pts
10Bibi78104 pts

 

Eurosport Classique Velo Identity Site de l'année 2014 Ekoï

 

Vos Commentaires

Aucun commentaire n'a été déposé.
Soyez le(la) premier(première) à commenter cet article !

 

 

Réagissez à cet article

Pour pouvoir réagir à cet article, vous devez vous identifier ou créer votre compte utilisateur. Il s'agit du même compte que vous utilisez pour le forum.

 

Je m'identifie

*

*

 

Je créé mon compte

Pour créer votre compte utilisateur que vous pourrez utiliser partout sur le site, merci de vous rendre sur le formulaire d'inscription du forum en cliquant ici

Pour poster un commentaire, il vous suffira de fermer la fenêtre ou l'onglet qui va s'ouvrir puis de recharger cette page.