Route
Route - Maxime Monfort envisage de poursuivre après 2019 Photo : Sirotti

Route - Maxime Monfort envisage de poursuivre après 2019

Qu'il semble loin le temps où Philippe Gilbert et Maxime Monfort représentaient la relève du cyclisme wallon. Et pourtant à l'instar de l'ancien champion du monde, Monfort garde le feu sacré malgré ses 35 ans. Preuve en est, sa neuvième place obtenue sur les pavés de Binche-Chimay-Binche alors que ceux-ci sont loin d'être la spécialité de l'Ardennais. "À Binche, j’ai fait mon boulot pour l’équipe et j’étais encore bien placé dans le dernier kilomètre, j’ai continué mon effort pour aller chercher cette place d’honneur. J’ai moins couru cette année. Je sens que cela m’a fait du bien", explique l'ancien coéquipier des frères Schleck sur le site de la DH. Cette fraicheur, il l'explique par la diminution cette saison du nombre de jours de course : "cela faisait quatre saisons que j’enchaînais deux Grands Tours. Il y en a eu cinq ou six sur lesquels j’ai lutté jusqu’au bout pour le classement général. Cela engendre toujours beaucoup de fatigue. Cela me fait donc beaucoup de bien d’en avoir un peu moins fait cette année. Je vais finir la saison avec 74 jours de course. Cela fait une vingtaine en moins par rapport à l’an passé. J’ai l’impression d’être un peu meilleur. Et cela me motive pour les prochaines saisons".

Quand Cyclism'Actu rencontrait Maxime Monfort en 2014... !

 

Maxime Monfort n'envisage pas la retraite

Monfort n'envisage donc pas une éventuelle retraite"Je serai en fin de contrat à l’issue de la saison 2019. J’avais prévu d’arrêter à ce moment-là. Mais la passion est toujours là. J’écoute ce que je ressens. Et mon envie est de continuer. J’aime toujours autant mon boulot. Notamment le fait de bosser pour nos leaders, comme Tim Wellens. J’ai l’impression de faire du bon travail. Et c’est gai quand vous avez un leader qui conclut le boulot. J’étais par exemple présent sur six des sept victoires de Wellens cette année…" Sur le Tour de Lombardie aussi, le Wallon comme le Flamand seront du voyage : "nous aurons une équipe solide, avec Tim, bien sûr, mais aussi BenootDe GendtKeukeleire et les petits Lambrecht et Shaw. Et nous l’aborderons mieux préparés, car nous participons cette année à Milan-Turin (mercredi) et au Tour du Piémont (jeudi). Avant, on arrivait en Lombardie sans courses dans les jambes, ce qui était un désavantage. Sans ces deux courses italiennes, De Gendt n’aurait par exemple plus couru depuis La Vuelta, et Wellens et Benoot depuis le Mondial… Le fait de courir en semaine va nous permettre de nous jauger, d’adapter nos tactiques pour samedi, de faire des efforts qui vont permettre de débloquer le corps en vue de la classique de samedi", analyse encore le natif de Bastogne.

 

Maxime Monfort et les arrivées de John Lelangue et de Kévin De Weert

Chez Lotto Soudal depuis 2014, le Belge va devoir changer certaines de ses habitudes en raison des grands chambardements qui ont touchés sa formation ces dernières semaines (le départ d'André Greipel remplacé par Caleb Ewan, le licenciement de Paul De Geyter et les arrivées de John Lelangue et de Kévin De Weert) : "nous avons reçu comme consigne de ne pas communiquer sur les récents changements au niveau de la direction… Tout ce que je peux dire, c’est que j’ai une bonne relation avec John Lelangue. Et je ne vois pas d’un mauvais œil que la francophonie soit renforcée au sein de l’équipe. Je pense que c’est aussi ce que la Loterie nationale recherche. Notre équipe a une vraie identité belge. Mais l’identité flamande est plus forte que la wallonne… Lotto-Soudal est une équipe qui cherche à rebondir depuis 2012, quand Philippe Gilbert est parti d’Omega Pharma-Lotto. Elle a misé sur les jeunes de son équipe de formation et cela a bien fonctionné avec Tim WellensTiesj Benoot et d’autres. Elle est respectée sur la scène internationale, elle a prouvé qu’elle a bien sa place en World Tour. Mais elle veut continuer à évoluer, à progresser. Avec la recherche de nouveaux sponsors, de noms à renommée internationale…" 

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Matthieu HENROTEAUX