Route
Route - Marc Goos en retraite forcée à l'âge de 25 ans ? Photo : Sirotti

Route - Marc Goos en retraite forcée à l'âge de 25 ans ?

 

La dernière journée de course de Marc Goos, le 14 juin 2014

Il arrive que des carrières se jouent à peu de choses dans le sport de haut niveau, et en particulier dans le cyclisme. Marc Goos en est un exemple parfait. Son nom ne vous dit peut-être rien, et pour cause : le Néerlandais n'a plus couru depuis juin 2014. À l'époque, le jeune coureur de 23 ans termine bon dernier du chrono inaugural du Tour de Suisse, à plus de trois minutes du vainqueur Tony Martin. Le pensionnaire de l'équipe Belkin (depuis devenue LottoNL-Jumbo) est en effet victime d'une chute alors qu'il couvre les 9,4 kilomètres du tracé, et se fracture la hanche. Plus tard, les médecins découvriront qu'un vaisseau sanguin était également touché, empêchant l'approvisionnement de nutriments vers la tête fémorale, ce qui a entraîné la mort d'un bout de l'os du jeune cycliste. Pour remédier à cela, Marc Goos s'est vu adjuger une transplantation cellulaire en 2015, qui n'a pas fonctionné. La dernière solution était donc la pose d'un os artificiel en lieu et place de la tête fémorale endommagée. À 25 ans, il vit donc aujourd'hui avec une sorte de prothèse, "une hanche artificielle", selon ses mots adressés à Wielerflits, et doit la plupart du temps s'aider d'une béquille pour marcher.

"Je récupère de cette opération. Cela se passe plutôt bien, mais je ne peux me concentrer que sur ma convalescence. Je m'entraîne chaque jour avec le physiothérapeute et je suis un traitement. Pour le moment, je ne peux pas dire si je pourrai un jour revenir au plus haut niveau. Il est encore trop tôt. J'espère bien évidemment être de retour sur le vélo au plus vite. Je cherchais un spécialiste de la hanche très renommé pour ce problème. Il est parmi les meilleurs du monde. Il est très positif à propos de la réussite de l'opération. Il voit beaucoup de possibilités, donc je reste confiant", a-t-il expliqué.

Un temps oublié de la liste des coureurs de l'équipe LottoNL-Jumbo sur le site de l'UCI, il a depuis été rajouté, bien que les médecins de la formation considèrent en toute logique qu'il n'est pas apte à la pratique du sport pour le moment. "Pour l'instant je suis toujours coureur. Je vis toujours comme un athète professionnel et je suis même plus motivé que jamais à l'idée de reprendre la course prochainement. Mais malheureusement, je ne peux pas accélérer les choses. Je dois y aller pas à pas. Cela prendra plusieurs mois avant que je sache s'il sera possible pour moi de courir de nouveau. Dans quelques mois, j'espère y voir plus clair, mais pour l'instant je ne peux rien affirmer avec certitude. S'il s'avère que je ne peux pas courir cette saison, je me dis que ce ne sera plus jamais possible. Ce sera probablement la fin de l'histoire. Car il est clair que c'est la dernière chance. Je travaille dur tous les jours. C'est logique que pour moi, ce soit beaucoup trop long. Je ne sais pas ce que je pourrais faire autrement, je n'y pense même pas".

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Cyprien BRICOUT