La Vuelta
La Vuelta - Les 10 favoris pour l'édition 2016 de la Vuelta Photo : Sirotti

La Vuelta - Les 10 favoris pour l'édition 2016 de la Vuelta

 

La Vuelta 2016 - Les 10 favoris du 71e Tour d'Espagne

La Vuelta, le 3e grand Tour de la saison, va débuter ce samedi et offrira aux spectateurs pléthores de candidats au podium final et de nombreuses têtes d'affiche. En plus d'Alberto Contador, qui a été contraint à l'abandon sur le dernier Tour de France, Christopher Froome, Nairo Quintana ou encore Alejandro Valverde, qui tentera le défi Géminiani, seront présent pour animer l'épreuve.

 

Esteban Chaves (ORICA-BikeExchange)

Le Colombien ne cesse de progresser. Après avoir terminé La Vuelta 2015 à la 5e place, Esteban Chaves a frôlé la victoire sur le Giro 2016, avant d'être destitué du maillot rose par Vincenzo Nibali lors de la 20e étape. Oui mais voilà, l'Italien ne sera pas là mais il devra faire face à d'autres concurrents du Giro comme Steven Kruijswijk, longtemps leader du Giro cette année ainsi qu'Alejandro Valverde 3e. Mais ses plus gros adversaires restent Alberto Contador, Chris Froome et Nairo Quintana. A 26 ans, Chaves arrive à maturité et sera sans doute un candidat non négligeable au podium. Le Top 5 semble très crédible. 

 

Warren Barguil (Giant-Alpecin)

La Vuelta réussit bien au coureur de la Giant-Alpecin. Pour son premier grand Tour en 2013, le français avait montré ses capacités à la planète cyclisme en remportant deux victoires d'étape. Et s'il a depuis confirmé en jouant le général sur les courses à étape d'une semaine, en atteste sa 3e place sur le Tour de Suisse, il peine à tenir le rythme sur 3 semaines comme ce fut le cas sur les deux derniers Tour de France. Ce Tour d'Espagne serait donc l'occasion pour lui de montrer qu'il tient mieux la distance. Il peut aussi envisager un top 10. Pierre-Roger Latour pourrait être l'autre coureur à suivre côté français et peut créer la surprise. 

 

Alberto Contador (Tinkoff)

Ses deux chutes lors des premières étapes du Tour de France ont empêché El Pistolero de rivaliser face à la concurrence, l'obligeant même à abandonner durant la 9e étape. Mais l'Espagnol n'a pas tergiversé et a de suite annoncé que La Vuelta serait son grand objectif de fin de saison. Vainqueur du Tour du Pays Basque et du Tour de Burgos début août, 2e de Paris-Nice et du Tour de Catalogne, Contador aura l'avantage de la fraîcheur face à ses concurrents qui ont couru le Giro ou le Tour, voire les deux et se battra sur ses terres pour une 4e victoire historique au classement général final. 

 

Christopher Froome (Team Sky)

Vainqueur de son 3e Tour de France, Chris Froome serait le grand favori de l'épreuve s'il s'était montré aussi costaud sur La Vuelta que sur le Tour par le passé. Cependant, le Britannique n'est jamais parvenu a remporté le grand Tour espagnol. 2e en 2011 et 2014, Froome aimerait signer un doublé Tour-Vuelta dans la même année, qui le ferait rentrer dans l'histoire. Car si le coureur de la Sky a déjà remporté 3 fois le Tour de France, il lui faudrait remporter un autre grand Tour pour définitivement marquer le cyclisme de son empreinte. Pour rappel, Mikel Landa, l'un de nos candidats au départ et équipier de Froome, a déclaré forfait. 

 

Steven Kruijswijk (Lotto NL-Jumbo)

Après avoir déjà terminé le Giro d'Italia à la 8e place en 2011 et au 7e rang en 2015, le Néerlandais a poursuivi son ascension cette année en se classant 4e de l'épreuve au mois de mai. Longtemps en course pour le sacre final, celui qui a porté le maillot rose pendant 5 jours a lutté jusqu'au bout avec les meilleurs. Eliminé de la course à la victoire par une chute lors de la 19e étape, il a cependant crevé l'écran, s'affirmant comme un candidat sérieux à un podium dans les années à venir. Il participera à sa deuxième Vuelta, avec certainement un avantage physique par rapport aux coureurs ayant disputé le Tour de France. De quoi rêver d'un top 5, voire d'un podium. Dans le même style Andrew Talansky, le leader de la Cannondale, a fait de la Vuelta son grand objectif de la saison et n'a pas courru d'autres grands Tours durant l'année afin d'être à 100% pour l'épreuve espagnol. 

 

Miguel Angel Lopez (Astana)

Âgé de seulement 22 ans, le grimpeur de la formation Astana semble suivre les pas de ses compatriotes Nairo Quintana et Esteban Chaves. Vainqueur du Tour de l'Avenir en 2014, Lopez avait confirmé l'étendue de son potentiel l'année suivante en décrochant des victoires d'étapes sur le Tour de Suisse et le Tour de Burgos. Il a encore franchi un cap cette saison en remportant le classement général du Tour de Suisse et a prouvé qu'il n'était pas seulement un grimpeur en remportant le contre-la-montre. Reste maintenant à faire ses preuves en grand Tour. Il disputera en Espagne la première course de trois semaines de sa carrière. Il sera là pour apprendre, mais il a déjà montré par le passé qu'il pouvait monter les marches deux par deux. Il peut viser un top 10 dans cette Vuelta.

 

Louis Meinjtes (Lampre-Mérida) 

Avec Adam Yates, il fut la grande révélation du Tour de France 2016. Longtemps 10e, le sud-africain a parfaitement tenu la distance face à ses concurrents direct comme Fabio Aru ou Dan Martin, en réussissant une très belle dernière semaine avec de belles places d'honneur. A 24 ans, le leader de la Lampre-Mérida arrive donc sur la Vuelta avec un nouveau statut, celui de coureur surveillé. Le top 10 est largement dans ses cordes et un top 5 peut être envisagé, surtout que les côtes abruptes d'Espagne devrait parfaitement lui convenir. Tout dépendra de sa capacité à enchaîner les deux Grands Tours à un haut niveau. 

 

Nairo Quintana (Movistar)

Vainqueur du Tour de Catalogne, du Tour de Romandie et de la Route du Sud, le Colombien de la Movistar a une nouvelle fois brillé sur les courses par étapes cette saison. Attendu sur le Tour de France, il a cependant déçu. Loin du niveau affiché par Chris Froome, il n'a jamais été en mesure de menacer le Britannique au général, mais a tout de même terminé sur le podium pour la troisième fois en trois participations. La Grance Boucle terminée, il a ensuite choisi de se reposer, préférant ne pas disputer les Jeux Olympiques pour mieux préparer La Vuelta. Un choix qui en dit long sur les ambitions du grimpeur de Tunja. Après avoir échoué au pied du podium l'an passé, il aura pour objectif de faire mieux sur cette 71e édition. Il pourrait ainsi rejoindre Bernard Hinaut, Miguel Indurain, Eddy Merckx, Jacques Anquetil ou plus récemment son équipier Alejandro Valverde dans le cercle très fermé des coureurs ayant terminé sur le podium des trois grands Tours du calendrier.

 

Alejandro Valverde (Movistar)

L'Espagnol de 36 ans est infatiguable et va s'attaquer au défi Géminiani, qui consiste a terminer dans le top 10 des trois grands Tours. Grâce à une hygiène de vie irréprochable selon les dires d'Eusebio Unzué, El Imbatido sera naturellement l'un des candidats au podium et à une victoire d'étape, au vu du nombre d'arrivée en bosse. Cependant, Valverde risque de ressentir le poids du Giro et de la Grande Boucle dans les jambes, comme ce fut le cas lors de la course en ligne des JO de Rio. Il faudra donc que le coureur de la Movistar ait retrouvé quelques couleurs si ce dernier veut encore un peu plus rentrer dans l'histoire du cylisme, mais La Vuelta lui a toujours réussi puisqu'il y a toujours fini dans le top 10 et est monté 6 fois sur le podium pour une victoire en 2009. 

 

Tejay van Garderen (BMC Racing Team)

Après des débuts en fanfare, deux top 10 sur le Tour et de belles places au général sur les courses d'une semaine, Tejay Van Garderen ne parvient pas à conserver une certaine régularité. L'année 2015 fut très difficile avec deux abandons sur Le Tour et la Vuelta et son Tour de France 2016 n'a pas dû le rassurer, puisqu'il a totalement explosé dès la 2e semaine. Au vu de ses performances, la BMC a décidé que Samuel Sanchez partagerait le rôle de leader avec l'américain. Il y aura donc deux cartes pour l'équipe BMC Racing Team, mais aucune qui affiche de grande garantie pour le classement général, car l'espagnol n'est plus tout jeune, même s'il a montré qu'il en avait encore sous la pédale lors de Liège-Bastogne-Liège avec une 4e place. 

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Titouan LALLEMAND & Cyprien Bricout