Tour de France - Guimard : «La 1ère fois que je vois un tel parcours !»
Tour de France
Photo : @Cyclismactu / CyclismActu.net

Tour de France - Guimard : «La 1ère fois que je vois un tel parcours !»

Intervenant régulier sur Cyclism'ActuCyrille Guimard est de retour pour une nouvelle chronique ! Et le sujet principal de cette dernière, c'est bien sûr le parcours du Tour de France 2022, dévoilé jeudi midi à Paris et que Cyrille Guimard apprécie tout particulièrement. Le Druide le trouve même inédit de par sa première semaine qui s'annonce "épique",  comme il nous l'a confié. Si Cyrille Guimard s'est longuement exprimé sur le 109e Tour, il n'en a pas oublié pour autant le premier Tour de France Femmes avec Zwift, dont il ne doute pas du succès sportif. Entretien.

Vidéo - Cyrille Guimard : "On aura une configuration inédite"

 

Le parcours du Tour de France 2022, il est parfait pour qui ?

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

 

"C'est après l'étape des pavés qu'il faudra faire le bilan"

Cyrille Guimard, le parcours du Tour de France 2022 vous plaît-il ?

En tant que spectateur, téléspectateur et consultant, il me plaît, mais honnêtement, si j'étais à la tête d'une équipe avec un coureur qui prend le départ avec des chances de gagner le Tour, je serais très inquiet. C'est la première fois que je vois un tel parcours du Tour, où tout peut se produire sur les six premières étapes. Les deux étapes en ligne au Danemark, s'il y a du vent, il y aura obligatoirement des dégâts, et puis il y a cette étape des pavés ensuite.

C'est après cette étape des pavés qu'il faudra faire le bilan, et je reste persuadé qu'un certain nombre de leaders auront disparu de la carte des favoris. On n'a jamais eu un départ avec autant de risques et aussi dangereux pour les leaders. Lorsqu'on arrivera au pied de La Planche des Belles Filles, beaucoup de choses se seront déjà passées et je crois qu'on aura une configuration inédite à ce moment-là.

 

"L'un des Tours où il y aura le plus d'incertitude au départ et le moins de garanties sur un leader"

Et est-ce que ces premières étapes ne sont justement pas trop risquées et piègeuses pour les favoris ?

La course est dessinée comme ça et elle est la même pour tout le monde. Mais ce sera peut-être l'année des outsiders, pourquoi pas. Imaginons des bordures avec la Deceuninck-Quick Step qui part avec Julian Alaphilippe et qui relègue tous les autres favoris à 3-4 minutes, une étape des pavés qui crée également pas mal de dégâts, et Alaphilippe serait alors en position de gagner le Tour. Les circonstances de course peuvent amener à d'autres scénarii. Sur les premières étapes, les équipes comme la Deceuninck-Quick Step, si les conditions climatiques sont favorables, auront intérêt à tout faire sauter. Et c'est là que dans les voitures, les directeurs sportifs feront de l'huile... Ça annonce une première semaine absolument épique, elle le sera par obligation.

 

Et comment construire son équipe de huit coureurs en sachant qu'il y aura cette première semaine terrible, mais aussi beaucoup de haute montagne par la suite ? Et faut-il venir avec plusieurs leaders afin de se couvrir en cas de pépins pour l'un d'entre eux ?

Il faudra venir avec des coureurs de Classique, des frotteurs, qui sont capables de faire de la place dans la bordure afin de mettre le plus à l'abri possible les leaders. Concernant le nombre de leaders, chaque équipe fera sa cuisine avec les légumes dont elle dispose. Certaines équipes ont deux leaders, ou du moins un leader et lieutenant, alors que certaines n'en ont qu'un seul. Après, ce qu'il peut se passer, c'est que quand les leaders disparaissent, d'autres se révèlent derrière. Ça fait partie du jeu et de la course. Le spectacle va en tout cas être extraordinaire car c'est l'un des Tours où il y aura le plus d'incertitude au départ et le moins de garanties sur un leader.

 

"Peut-être que ce sera l'année d'un coureur qu'on n'attend pas"

Dans les Alpes, deux étapes très difficiles vont se suivre, avec une arrivée au sommet du col du Granon le 13 juillet, puis l'étape entre Briançon et l'Alpe d'Huez le lendemain ?

Ce sont deux étapes où il y aura logiquement une hiérarchie chez les rescapés, et notamment au sommet de l'Alpe d'Huez puisque le Galibier et la Croix de Fer sont deux cols qui usent énormément, ce qui signifie qu'il ne vous reste plus beaucoup de gaz dans l'Alpe d'Huez. C'est ceux qui auront le plus de réserves qui pourront faire la différence. Ce sont deux très belles étapes, mais je trouve de toute façon que le Tour de l'année prochaine est bien dessiné pour que nous ayons tous les jours des choses intéressantes à commenter.

 

Pour qui est fait ce Tour ? Pour Tadej Pogacar, qui est très complet...

Il ne faut pas qu'il crève et qu'il tombe ! Et il ne faut pas qu'il rate la bonne bordure.

 

Il est plus adroit qu'un Primoz Roglic par exemple ?

Oui, mais j'ai rarement vu Roglic se faire sortir dans des bordures. Il appartient aussi à une équipe à souche hollandaise, donc composée de coureurs qui maîtrisent parfaitement les courants d'air. Ce parcours n'est donc pas un désavantage pour Roglic. En revanche, selon moi, ça l'est peut-être un peu plus pour un Thibaut Pinot, un David Gaudu, peut-être Egan Bernal... Si Evenepoel est là, il a une équipe tellement puissante qu'il peut compenser certaines faiblesses. Mais de toutes les manières, quand vous êtes sur les pavés, vous crevez ou vous ne crevez pas. Quand vous crevez, vous êtes dépannés quand, où et comment ? Au final, peut-être que ce sera l'année d'un coureur qu'on n'attend pas ou d'un coureur que tout le monde connaît mais qui ne fait pas partie des favoris.

 

"Julian Alaphilippe, il fait de toute façon partie des coureurs qui peuvent gagner le Tour"

Bernard Hinault a dit à notre micro jeudi que s'il était directeur sportif, il demanderait aux coureurs français de jouer les victoires d'étape et de se faire plaisir plutôt que viser le classement général. Vous feriez pareil ?

Ça veut tout simplement dire que Bernard ne croit pas qu'un Français soit capable de gagner le Tour, et c'est difficile de contredire maître Bernard (rires). Aujourd'hui, à la pédale et sur le papier, on n'a pas quelqu'un dont on va dire qu'il va tenir toutes les étapes de montagne, maîtriser Pogacar, Roglic, Bernal, Vingegaard... Rappelez-vous que tous ces coureurs, en dehors de Roglic, ont tous entre 23 et 24 ans, donc cette génération qui arrive est surpuissante. Et je ne vais pas dire qu'elle respecte rien, mais elle ne respecte pas les hiérarchies. Donner des chances de gagner le Tour à des coureurs comme Romain Bardet, Thibaut Pinot, Guillaume Martin ou David Gaudu, c'est vraiment jouer une grosse côte.

 

Et au vu profil de la première semaine et de l'équipe dans laquelle il évolue, est-ce que la meilleure chance française ne sera pas Julian Alaphilippe ?

Mais Julian Alaphilippe, selon moi, il fait de toute façon partie des coureurs qui peuvent gagner le Tour de France. On le sait ça, et il l'a démontré. C'est peut-être son Tour cette année. Pour l'instant, il ne s'est pas mis dans la peau de... C'est son choix et je ne le critique pas, je constate. Il dit qu'il n'est pas prêt à se mettre dans la configuration, le fonctionnement et l'état d'esprit nécessaires pour courir afin de gagner un Tour de France. S'il court pour cela, il ne peut pas courir comme il court aujourd'hui. Ou alors commencer comme ça jusqu'à l'étape des pavés et ensuite, en fonction de la situation, TOUT peut basculer. On fera un point zéro après Arenberg, on verra qui est remonté de la mine.

 

"Marion (Rousse), c'est aujourd'hui l'ex-cycliste qui est la plus médiatisée de par ses activités"

Le premier Tour de France Femmes avec Zwift a également été presenté jeudi. Comment percevez-vous cet évènement ?

J'espère que cette course va créer un dynamisme au niveau du cyclisme féminin. Il avait besoin d'une épreuve de ce niveau, avec le plus grand organisateur mondial qu'est ASO et les compétences qu'on leur connaît, ils sont irréprochables sur ce plan-là. Il faut cette capacité à être médiatisé car rien n'existe si vous ne passez pas à la télévision. Ce n'est pas en montrant de temps en temps le cyclisme féminin qu'on va créer de l'émulation au niveau des jeunes filles de moins de 15 ans, un âge où il faut se nourrir des images que l'on a.

Il faut qu'on puisse voir les filles comme on les a vues dans Paris-Roubaix. On a vécu une très belle course et on verra également un très beau Tour féminin. J'ai regardé le parcours, il y a ce qu'il faut pour que la course soit intéressante. Le seul problème, c'est que, comme pour les hommes, on n'a pas obligatoirement des coureuses françaises qui soient capables de jouer avec les étrangères, et notamment les Néerlandaises.

 

Le choix de nommer Marion Rousse au poste de directrice du Tour de France Femmes avec Zwift est un choix légitime selon vous ?

Ça me paraît tout à fait légitime. Qu'est-ce qu'on cherche ? On cherche de la médiatisation. Marion, c'est aujourd'hui l'ex-cycliste qui est la plus médiatisée de par ses activités. Elle connaît le vélo, elle a couru, donc c'est un choix qui me paraît intéressant. De plus, elle arrive dans une organisation, ASO, qui est rodée. Ça va être d'ailleurs plus à elle de s'adapter à l'organisation que l'organisation s'adapter à elle, mais je ne me fais pas de soucis pour cela.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Nicolas GAUTHIER

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité


News

Publicité

Sondage

Qui est la plus grosse déception de la saison 2021 ?















Partenaires

Publicité
Publicité