Tour de France - Mangeas : «Les maillots pour Pogacar, Pinot et Van Aert»
Tour de France
Photo : @Cyclismactu / CyclismActu.net

Tour de France - Mangeas : «Les maillots pour Pogacar, Pinot et Van Aert»

Publié le par Arthur De SMEDT

À l'occasion du Grand Départ du 109e Tour de France, qui a débuté vendredi avec un contre-la-montre dans la ville de Copenhague, Daniel Mangeas a fait son grand retour sur Cyclism'Actu pour une chronique complète sur l'actualité du cyclisme. Speaker et voix mythique de la Grande Boucle pendant 41 ans - de 1974 à 2014 - le Manchois a donné son avis sur de nombreux sujets : les résultats des Championnats de France à Cholet, l'absence du double champion du monde Julian Alaphilippe (Quick-Step Alpha Vinyl Team) sur le Tour, ses attentes et pronostics pour l'édition 2022, l'ultra favori Tadej Pogacar (UAE Team Emirates), les chances françaises, l'impact du Covid-19... Tout ce que vous devez savoir avant la grand messe de juillet a été décrypté par Daniel Mangeas.

Vidéo - La chronique Daniel Mangeas, la voix du Tour pendant 41 ans


Qui est votre favori pour le 109e Tour de France ?

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

 

"L'équipe Quick-Step Alpha Vinyl et Audrey Cordon-Ragot ont couru à la perfection"

Daniel Mangeas, avant d'aborder en profondeur le prochain Tour de France, j'aimerais que l'on revienne sur les derniers Championnats de France disputés à Cholet le weekend dernier. Que retenez-vous de ces quatres jours intenses ?

Je dirais que nous avons vécu une semaine très riche, une semaine passionée et passionnante, avec un public venu en très grand nombre. Déjà pour le contre-la-montre individuel, avec une course particulièrement intéressante entre Bruno Armirail, qui obtient le titre, Benjamin Thomas et Rémi Cavagna. Ça a été indécis jusqu'au bout ! Quand le suspense s'installe dans une compétiton cycliste, qui plus est dans un Championnat de France, il y a évidemment une ampleur toute particulière, tout est multiplié.

Et puis Audrey Cordon-Ragot qui fait le doublé ! On imagine le bonheur qui était le sien. Elle a couru à la perfection, elle n'a fait aucune faute. On savait qu'elle avait un grand sens tactique, elle l'a démontré sur cette course. Je lui associerai Gladys Verhulst, qui finit deuxième. Elle avait déjà été sacrée chez les Espoirs, là elle a démontré qu'elle avait pris rendez-vous pour l'avenir. Indéniablement, elle a un vrai talent. C'était l'expérience face à la jeunesse, mais je suis sûr qu'elles se retrouveront, et que la courbe finira par s'inverser.

Pour la course en ligne masculine, c'est l'équipe Quick-Step Alpha Vinyl qui a cette fois couru à la perfection, avec Rémi Cavagna d'abord, puis Julian Alaphilippe - qui a fait une rentrée brillante en pesant sur la course dans le final, avec une place dans le top15 en bonus - et enfin Florian Sénéchal qui concrétise en devenant Champion de France. C'est un coureur qui a quand même déjà fait 2e de Gent-Wevelgem, qui a brillé sur Paris-Roubaix, qui avait été Champion de France Cadet... Mais Anthony Turgis est passé très près ! Plus près encore que lorsqu'il avait finit 2e à Mantes-la-Jolie. Il ne lui a manqué qu'une demi-roue. Tous ces coureurs ont donné beaucoup d'éclat à ces Championnats nationaux. Ça a été une très très belle fête.



Une fête et des coureurs qu'on retrouvera chez vous, dans la Manche, pour les Championnats de France 2024. Qu'est ce que ça représente pour vous ?

Déjà, on retrouvera même les jeunes dès 2022, avec les Championnats de France de l'Avenir sur le territoire de la Communauté d'agglomération Mont Saint-Michel Normandie du 9 au 13 aout, qui seront suivis de la Polynormande le 14. Et évidemment en 2024, ce sera une grande première pour l'ex Basse-Normandie, qui n'avait jamais accueilli un Championnat de France professionnel depuis leur création en 1907. Je peux déjà vous dire que le circuit sera exigeant, avec un parcours toboggan où on monte, on descend, sans temps mort. Ça annonce évidemment une belle fête. Je l'attends impatiemment, comme tous.

 

"L'absence de Julian Alaphilippe, une bonne chose s'il veut imiter Peter Sagan au Mondial"

Vous avez évoqué auparavant le beau retour de Julian Alaphilippe sur l'épreuve en ligne des Championnats dimanche dernier. Pensez-vous que la décision de son équipe de ne pas le sélectionner pour le Tour de France est la bonne ?

Pour vous répondre en bon Normand que je suis : "P’têt ben qu’oui, p’têt ben qu’non". C'est vrai que dimanche soir après l'arrivée à Cholet, après le Championnat qu'il a fait, avec plus de 240 kilomètres de course, en pesant sur le final, je pensais qu'il allait être au départ à Copnhague. Puis la décision est tombée... On est partagé, c'est vrai qu'avec son absence, le public, surtout français, va être orphelin, car c'est une véritable star de notre cyclisme. J'imagine sa tristesse, on connaît le contact fusionnel qu'a Julian avec le public et ses supporters. Je pense qu'il aurait aimé faire le Tour de France. 

Puis d'un autre côté, je me dis que c'est peut-être la sagesse, la prudence qui l'a emporté. C'est peut-être une bonne chose. La saison ne se termine pas avec le Tour. Il y aura le Tour d'Espagne, les Mondiaux dont il est le double tenant du titre... Peut-être a-t-il envie d'imiter Peter Sagan. Julian fait partie de ces hommes qui ne se contentent pas de l'acquis. Il a toujours des projets pleins la tête. Son absence va lui donner envie de rebondir le plus rapidement possible pour le deuxième volet de saison. Je ne me fais pas de soucis, il est déjà presque de retour dans le jeu, c'est le plus important et c'est déjà une victoire.

 

"Je trouve ça normal que le Tour se rende à l'étranger"

Les départs depuis l'étranger sont toujours une belle fête populaire, on a encore pu le constater mercredi à Copenhague. Mais leur multiplication - 11 depuis l'an 2000 - ne fait-elle pas pencher un peu trop la balance hors des frontières de la France ?

Je ne dirais pas ça. Je dirais que le Tour de France, c'est l'image de la France au niveau international, même si le départ se fait depuis l'étranger, puisque c'est la plus grande épreuve cycliste du monde. Là, on part du Danemark, à Copenhague. Il ne faut pas oublier qu'on parle d'un pays qui fait partie du paysage cycliste mondial, qui a déjà eu des Maillots Jaunes sur les routes du Tour. Et puis 90% du Tour se déroule toujours en France, l'arrivée finale est chez nous, à Paris. C'est un évènement sportif qui s'exporte.

C'est vrai que, du haut de mes 41 Tours de France commentés, je peux dire que lors de mes premiers, il y avait peu de spectateurs étrangers sur le bord des routes. Alors qu'aujourd'hui, en montagne, on peut se demander s'il n'y a pas un contingent de 30 à 40% du public qui est étranger. Donc je trouve ça normal que le Tour se rende ailleurs, surtout dans des pays comme le Danemark, l'Espagne, l'Italie qui sont des nations fortes du cyclisme. Mais le Tour de France reste avant tout le Tour de France, avec les Pyrénées, les Alpes, etc ... Donc je ne suis pas inquiet, c'est juste un clin d'oeil fait à des nations heureuses d'accueillir cet évènement.


Parlons du parcours de cette année désormais. Quel est votre regard sur les trois semaines de course qui arrivent et quelles sont vos attentes ?

Je le redis à nouveau, le Tour reste le Tour. On dit souvent qu'il y a des différences chaque année, mais quand on y regarde bien, la photographie du Tour reste la même, avec bien évidemment les grands massifs montagneux que sont les Alpes et les Pyrénées qui pèsent sur le classement général. Cette année, on y ajoute une "petite" dose intéressante de pavés, qui peut jeter à terre certains coureurs - de manière imagée, je ne souhaite pas voir de chutes ou d'abandons évidemment. On peut y voir certains concéder 1, 2 voire 3 minutes, ce qui lancerait de manière très intéressante ce Tour. Malgré ces différences, les Tours de France se ressemblent et c'est toujours le même style de coureurs qui joue la victoire finale.


"La question qu'on peut se poser, c'est : Pogacar peut-il être battu par Pogacar ?"

Justement, on attend à nouveau Tadej Pogacar comme l'ultra favori à sa propre succession... Le Slovène peut-il être battu ?

Pogacar est évidemment le grand favori. Il s'est éloigné un peu des caméras, sur des courses où il y a moins de pression, mais où il s'est imposé. La question qu'on peut se poser, c'est "Pogacar peut-il être battu par Pogacar ?" Car sur un Tour, il convient d'être en condition pendant trois semaines. Comme beaucoup, je constate qu'il a fait une approche du Tour presque identique à celle de l'an passé. Ses rivaux, il les connait. Je pense notamment à Roglic et Vingegaard, on peut reprendre les mêmes. Il y a aussi l'absence de Bernal évidemment.

Et puis il y a beaucoup de coureurs qui disent se désintéresser du général pour aller chercher des victoires d'étapes, mais il est déjà arrivé parfois par le passé, que ce genre de coureurs soit proche de la victoire finale. Car c'est parfois en se désinteressant du général qu'on fait son meilleur Tour de France. Même s'il est parfois difficile de s'en désintéresser totalement. Vous savez, le Tour de France a toujours ses grands favoris cités au départ, et puis il y a toujours une part de révélation dans cette épreuve, peut-être que nous l'aurons cette année. Donc je pense qu'on va voir des choses intéressantes dans ce Tour. Même s'il y a trois favoris qui sé dégagent par rapport aux autres.

 

"Pour aller chercher des succès, on a un cyclisme tricolore pétillant, avec une belle génération"

Au niveau des Français, que peut-on clairement attendre de nos coureurs sur ce Tour ? Plutôt des étapes, le maillot à pois, le général ?

Côté Français, je pense que des David Gaudu, Romain Bardet, Warren Barguil, Guillaume Martin, et j'y ajouterai Thibaut Pinot, vont sûrement viser des victoires d'étapes, mais ont les qualités requises pour intégrer le top10, voire mieux. Et puis on est un cyclisme de puncheurs. Florian Sénéchal sera finalement au départ et il est capable d'aller en chercher une. Dans le même registre, je vois aussi Benoit Cosnefroy. Evidemment, pour le classement général, ça parait compliqué de s'imposer. Mais pour aller chercher des succès, on a un cyclisme tricolore pétillant, avec une belle génération.

Comme un bon feuilleton, je pense que les coureurs français vont prendre le Tour de France épisode après épisode, c'est à dire étape après étape. Mais ce n'est pas parce qu'on sait que ça va être difficile pour le général, qu'on prend le départ sans ambitions. Je crois que nos coureurs ont du tempérament et qu'ils vont le montrer en remportant pas mal de succès. Je crois aussi qu'il y a un maillot qui peut s'offrir aux Français, c'est le maillot à pois de meilleur grimpeur. Il y a quelque chose à jouer de ce côté là à mon avis.

 

"Je pense que l'équipe de Pogacar sera difficile à manoeuvrer"

Pogacar s'avance en grand favori, avec une équipe solide, mais l'armada Jumbo-Visma ou les INEOS Grenadiers semblent en mesure d'aller les bousculer. Quelle formation voyez-vous dominante sur ce Tour ?

Il y a tellement de choses qui peuvent arriver en trois semaines. A ce niveau là, la moindre faiblesse d'une équipe peut être exploitée par la formation rivale. Mais vous savez, un leader conditionne ses coéquipiers. Et quand il instaure un climat de confiance, les hommes qui l'entourent s'investissent alors à 150%. Je ne vois pas vraiment d'équipe dominer les débats. Il faudrait multiplier les attaques pour mettre Pogacar en difficulté, mais je pense que sa forme, si elle est étincelante, sera automatiquement communiquée à ses coéquipiers. A partir de là, même s'il y a des collectifs comme Jumbo-Visma qui paraissent extrêmement solides, je pense que l'équipe de Pogacar sera difficile à manoeuvrer. Du coup, peut-être plus encore qu'en 2021, je fais de Pogacar mon grand favori.


"Même pour Sagan, il sera difficile de priver Wout van Aert du maillot vert"

Les sprinteurs ne seront pas à la fête sur ce Tour, qui voyez-vous remporter le maillot vert cette année ?

Je vois Wout van Aert s'installer comme le grand favori pour le Vert. Déjà parce que l'étape des pavés devrait lui convenir, lui qui vient du cyclo-cross. Je pense qu'il a de fortes chances d'aller chercher ce maillot du classement par points. Peter Sagan, qui l'a obtenu à plusieurs reprises, visera lui sûrement la victoire d'étape. Il s'est bien rassuré avec son succès en Suisse et son titre national en juin, après un début de saison contrarié par des problèmes de santé. Même pour lui, il sera difficile de priver van Aert du maillot vert. Surtout si le Belge a décidé d'en faire son objectif principal.

Fabio Jakobsen va courir son premier Tour, je suis ravi pour lui après les moments très difficiles qu'il a rencontrés dans sa carrière. Mais il manquera peut-être un peu d'expérience face à Wout van Aert. Mais vous savez, le Tour est fait de tellement d'imprévus, d'abandons, de moments difficiles, qu'il ne faut jamais fermer la porte à l'ambition.


"Le Covid-19 ? Ça fait plus deux ans, je me dis qu'il faut bien vivre avec..."

Votre avis sur la menace du Covid qui plane sur ce Tour de France ?

Je souhaite évidemment que le peloton ne soit pas affecté par ce virus. Et surtout, j'apprécie l'assouplissement des règles de l'UCI, parce ça fait plus de deux ans que le Covid est présent... Moi je voyage beaucoup, je l'ai attrapé deux fois, et je me dis qu'il faut bien vivre avec. Comme on dit, la peur n'évite pas le danger. Donc cet assouplissement est une très très bonne chose, parce que des coureurs asymptomatiques renvoyés chez eux, ce serait vraiment dommage. C'est une bonne nouvelle qui me donne de l'optimisme pour ce Tour de France 2022.



Un pronostic final ?

Tadej Pogacar pour le Maillot Jaune - et forcément pour le maillot blanc de meilleur jeune donc. Pour le maillot vert, je joue Wout van Aert. Et pour le maillot de meilleur grimpeur, je joue un Français. Je suis partagé, je ne peux pas choisir comme je suis copain avec tout le monde, donc je reste prudent ! Allez, un Thibaut Pinot peut très très bien ramener ce maillot à pois sur les Champs-Elysées.

 

"On se dit que peut-être le successeur de Bernard Hinault est parmi cette génération..."

Pour finir, petite question sur les belles performances de nos jeunes Espoirs, comme Romain Grégoire et Lenny Martinez sur le Baby Giro. Qu'est-ce que vous inspirent ces jeunes talents prometteurs ?

J'ai eu la chance de rencontrer pour la première fois Romain Grégoire au Critérium de Dole dans le Jura. J'ai vu tout de suite que c'était une tête bien faite, que c'était quelqu'un d'ambitieux. Il est à l'aise partout, il ne faut pas oublier qu'il est champion de France de cyclo-cross, alors qu'il en avait très peu fait cet hiver. C'est un immense talent au regard de ce qu'il a fait, aussi bien sur l'Alpes Isères Tour, sur Liège-Bastogne-Liège, sur les routes du Giro... Et il y a aussi Lenny Martinez bien sûr. A peine la jeune génération est-elle mise en place dans le peloton professionnel, que l'autre arrive, et ce très très jeune - Martinez n'a pas encore 19 ans, et Grégoire est de la même année.

C'est vrai qu'on est impatient de les voir éclore, on se dit que peut-être le successeur de Bernard Hinault, qu'on attend depuis 1985, est parmi cette génération. J'ai d'ailleurs encore une fois été épaté par Romain Grégoire dimanche dernier à Cholet, sur la course en ligne des Championnats, qui après 220 kilomètres de course, était l'homme qui emmenait le peloton pour la Groupama-FDJ. A l'âge où j'arrive, on me demande pas de vieillir, mais on a envie de découvrir plus encore cette jeune génération épatante.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 
logo Unibet
logo Unibet
Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité


L'info en continu

22:55 Média Les vidéos de vélo, elles sont toutes sur et avec Cyclism'Actu TV 22:33 Route Küng prolonge avec Groupama-FDJ : "Je reçois beaucoup de soutien" 22:10 Transfert Domen Novak rejoint Tadej Pogacar chez UAE Team Emirates 21:55 Tour d'Espagne Remco Evenepoel : "1 ou 2 victoires, le bilan sera bon" 21:47 Transfert L'équipe Caja Rural-Seguros RGA promeut Abel Balderstone 21:24 Arctic Race of Norway La 3e étape, bataille au sommet pour le général ? 21:01 Dopage Michele Gazzoli, positif au Tuaminoheptane, est suspendu 1 an ! 20:38 Transfert Merlier, Jungels, Champoussin... tous les transferts ! 20:15 Tour de la Guadeloupe Alexys Brunel remporte haut la main le chrono 20:06 Transfert La formation Trek-Segafredo a tenté d'attirer Filippo Ganna 19:57 Tour de Colombie Diana Penuela gagne le chrono et reste invaincue 19:44 Tour de Scandinavie Alex Manly, 1ère en WorldTour : "C'est surréaliste" 19:22 Piste - Europe 3e titre pour Benjamin Thomas sur la course aux points ! 19:00 Tour du Portugal Luis Gomes devance Leaça et Juaristi sur la 7e étape 18:44 France (J) Titia Ryo sacrée, triplé de la Bretagne, Églantine Rayer 4e 18:30 Tour d'Espagne La 77e édition du Tour d'Espagne... c'est dans 7 jours ! 18:21 Piste - Europe La Norvégienne Anita Stenberg remporte le scratch 18:10 Tour de Scandinavie Alex Manly met fin au règne de Vos sur la 4e étape 18:04 Tour de Szeklerland Raileanu la 4e étape, Dima grignote sur Rekita 17:54 Piste - Europe La France en argent sur la vitesse par équipes masculine
fleche bas fleche haut
100€ OFFERT AVEC logo Unibet
Tour de France 2023
Vingegaard JonasPogacar Tadej
1.82.75
Roglic PrimozEvenepoel Remco
721
Thomas GeraintHindley Jai
2626
Clôture des paris le 23/07 à 17:00

Transferts

TRANSFERTS
2022 - 2023

Partenaires

Publicité
Publicité

Sondage

À quelle place voyez-vous terminer Remco Evenepoel sur La Vuelta 2022 ?









Publicité
-
-