Tour de France
Tour de France - Baromètre... des favoris du Tour de France Photo : Sirotti

Tour de France - Baromètre... des favoris du Tour de France

La 104e édition du Tour de France est partie depuis 3 jours.... En quête d'un 4e sacre, Christopher Froome tentera de conserver sa couronne mais le leader du Team Sky aura fort à faire face aux Richie Porte, Alberto Contador et autres Nairo Quintana. Avant que la course rende son verdict le 23 juillet, Cyclism'Actu vous propose de re-passer en revue les principaux candidats à la victoire finale sur les Champs-Elysées

Vidéo - Le parcours du Tour de France 2017, de Düsseldorf à Paris

 

Fabio Aru (2e participation)

Amené à jouer le premier rôle au sein de l'équipe Astana avec le départ de Vincenzo Nibali à l'intersaison, le Sarde arrive à Düsseldorf en confiance. Oubliés ses problèmes de genou l'ayant contraint à renoncer au Giro, Fabio Aru a prouvé qu'il était bel et bien de retour aux affaires. Très en vue lors du Critérium du Dauphiné, le vainqueur de la Vuelta 2015 a affiché de belles promesses quant au duo qu'il formera sur le Tour avec Jakob Fuglsang. Cinquième de l'épreuve, Aru a ensuite décroché son tout premier titre de champion d'Italie, une victoire à la saveur particulière deux mois à peine après le décès de son coéquipier Michele Scarponi. Décevant 13e de la Grande Boucle l'an passé, Fabio Aru revient avec des ambitions autrement plus élevées, lui qui est déjà monté trois fois sur le podium d'un Grand Tour. Pour lui, mais aussi pour son ami Scarponi.

 

Romain Bardet (5e participation)

Deuxième de l'épreuve l'an passé, le leader de l'équipe AG2R La Mondiale arrive sur le 104e Tour de France avec un statut à assumer. Le natif de Brioude n'a encore jamais déçu sur la Grande Boucle : 15e dès sa première participation en 2013, il a ensuite intégré le top 10 de l'épreuve à chaque fois. Sixième du Critérium du Dauphiné, Bardet devra gérer la pression et confirmer ses derniers résultats, lui qui a également remporté une étape en 2015 et 2016. Pas simple pour le grimpeur de 27 ans, mais celui-ci a déjà démontré qu'il était capable de répondre présent dans les grands moments. Il aura aussi pour lui une équipe entièrement dévouée à sa cause, renforcée à l'intersaison avec l'arrivée de Mathias Frank.

 

Esteban Chaves (1ère participation)

Le Colombien n'arrive pas sur le Tour dans les meilleures conditions : longtemps gêné par son genou, il n'a repris la compétition que sur le Critérium du Dauphiné après quatre mois d'absence. Son directeur sportif Matt White a lui-même confié : "Nous ne savons pas ce qui se passera avec Esteban. Il est monté deux fois sur le podium en Grand Tour mais c'est son premier Tour de France. Il a bien évolué depuis sa blessure mais nous ne savons pas comment le manque de rythme influera sur son Tour de France". A 27 ans et après avoir fait ses preuves sur le Giro et la Vuelta, l'heure est peut-être venue pour le natif de Bogota de briller sous le soleil de juillet. Pour ce faire, il pourra s'appuyer sur une équipe Orica-Scott entièrement focalisée sur lui et son coéquipier Simon Yates. Et si jamais ses espoirs d'un bon classement général venaient à disparaître prématurément, nul doute que le vainqueur du Tour de Lombardie s'en ira chasser des victoires d'étapes. Il pourrait ainsi rejoindre Luis Herrera, Oliverio Rincon et Nairo Quintana dans le cercle fermé des coureurs colombiens ayant levé les bras sur les trois Grands Tours du calendrier.

 

Alberto Contador (10e participation)

A 34 ans, Alberto Contador dispose cette année de l'une de ses dernières occasions de briller sur le Tour de France. Le Madrilène n'est plus monté sur le podium de l'épreuve depuis sa deuxième victoire en 2009 mais l'intéressé veut y croire. Les raisons d'espérer existent : s'il n'a pas encore levé les bras sous son nouveau maillot, le natif de Pinto est monté sur le podium final du Tour d'Andalousie, de Paris-Nice, du Tour de Catalogne et du Tour du Pays basque. Il bénéficiera également d'une équipe Trek-Segafredo solide, lui qui pourra notamment compter sur le soutien de Bauke Mollema et Jarlinson Pantano en montagne. La marche jusqu'au maillot jaune est haute, mais El Pistolero reste un concurrent redoutable.

 

Chris Froome (7e participation)

Double tenant du titre, Christopher Froome part en quête d'une quatrième couronne sur la Grande Boucle et d'un troisième succès consécutif. Pouvant compter sur la meilleure équipe du peloton, le Britannique sera très épaulé sur les étapes de montagne. Avec Sergio Henao, Geraint Thomas, Mikel Landa et Michal Kwiatkowski, la formation anglaise a les moyens de contrôler la course. Dans notre dernier sondage, vous êtes d'ailleurs une majorité à croire dans les chances du natif de Nairobi. Reste que cette année, le Kényan blanc n'a rien montré d'exceptionnel. En atteste son Critérium du Dauphiné où le leader des Sky n'a pas pu suivre Jakob Fuglsang ou même son ancien lieutenant Richie Porte en montagne. Plus encore, Froome n'a pas encore levé les bras cette année. Sa dernière victoire remonte à la 19e étape de la Vuelta 2016. Sur chacune de ses trois dernières victoires sur le Tour, l'Anglais avait remporté le Dauphiné le mois précédent. Alors, petit retard de préparation ou grosse baisse de régime ? À lui de prouver qu'il en a encore sous la pédale...

 

Jakob Fuglsang (7e participation)

La grosse côte de ce 104e Tour de France ? Pas si sûr que ça. Jakob Fuglsang a remporté le Critérium du Dauphiné de façon magistrale. En prime, le Danois a rajouté deux étapes dans sa besace. Dans une formation Astana meurtrie par le décès de Michele Scarponi, Fuglsang a redonné le sourire aux siens. Sa meilleure performane sur la Grande Boucle : une 7e place en 2013 pour sa première année dans l'équipe kazakhe. À 32 ans, c'est maintenant ou jamais pour Jakob Fuglsang. Avec Fabio Aru, tout récent champion d'Italie, les deux hommes ont les moyens de dynamiter la course en montagne comme ils l'ont fait sur le Dauphiné. Il ne reste qu'à Fuglsang de démontrer que sa performance de haute voltige sur le Dauphiné ne sera pas sans suite. Du côté d'Astana, on y croit...

 

Rafal Majka (4e participation)

Double vainqueur du maillot à pois et triple vainqueur d'étapes sur le Tour de France, Rafal Majka (27 ans) veut désormais briller au classement général de la Grande Boucle. Le Polonais a déjà prouvé sur la Vuelta (3e en 2015) et le Giro (5e en 2016) qu'il était capable de se mêler à la lutte avec les meilleurs pendant trois semaines. Il sort d'ailleurs d'un Tour de Slovénie victorieux, lui qui a également levé les bras au mois de mai lors du Tour de Californie. Il partage le statut de leader de l'équipe BORA-Hansgrohe avec Peter Sagan, de quoi répartir la pression qui pèse sur les épaules des deux hommes. Après avoir toujours évolué dans l'ombre d'Alberto Contador chez Tinkoff, le médaillé de bronze des Jeux Olympiques de Rio tient enfin sa chance d'occuper le premier rôle sur le Tour. A lui de bien la saisir. 

 

Daniel Martin (5e participation)

Neuvième du Tour de France l'an dernier, Dan Martin visera un nouveau top 10 sur l'épreuve cet été. Une nouvelle fois très en vue sur les Classiques ardennaises, terminant 2e de la Flèche wallonne puis de Liège-Bastogne-Liège, l'Irlandais s'est également mis en évidence sur les courses d'une semaine. Troisième de Paris-Nice et du Critérium du Dauphiné, le natif de Birmingham a prouvé ses gallons. De là à succéder à Stephen Roche, seul coureur irlandais à être monté sur le podium du Tour ? Avec les mêmes jambes que celles qui l'ont accompagné dernièrement, rien ne semble impossible pour le grimpeur de l'équipe Quick-Step Floors.

 

Louis Meintjes (3e participation)

A 25 ans, Louis Meintjes sera l'un des outsiders de ce 104e Tour de France, mais aussi l'un des principaux candidats au maillot blanc. Très bon 10e de la Vuelta en 2015, le grimpeur sud-africain a confirmé tout son potentiel l'année suivante en intégrant le top 10 du Critérium du Dauphiné (9e), du Tour de France (8e) et de la course en ligne des Jeux Olympiques (7e). Cette saison, le natif de Pretoria est en avance sur ses temps de passage, lui qui s'est illustré en terminant 6e du Tour du Pays basque puis en se classant 8e du Dauphiné. Le leader de l'équipe UAE Emirates a par ailleurs annoncé la couleur : "Le Dauphiné m'a donné de la confiance. Je viens sur le Tour pour avoir un bon résultat et, cette année, je viserai le maillot de meilleur jeune". Simon Yates ne l'entendra certainement pas de cette oreille...

 

Richie Porte (7e participation)

Son illustre compatriote Cadel Evans a annoncé la couleur : Richie Porte a devant lui "une occasion fantastique de briller en juillet". Il faut dire que le leader de la BMC réalise jusqu'à présent une saison pleine. Vainqueur du Tour Down Under et du Tour de Romandie, le coureur de 32 ans vient d'achever le Critérium du Dauphiné sur le podium (2e). Très bon 5e de la Grande Boucle l'été dernier, Porte vise la marche au-dessus, c'est-à-dire un premier podium en Grand Tour, voire un maillot jaune auquel il a déjà goûté sur Paris-Nice notamment. Présenté comme le favori de l'épreuve par plusieurs de ses rivaux, le natif de Launceston peut s'appuyer sur de solides références en contre-la-montre comme en montagne. Avec le soutien de solides coéquipiers comme Nicolas Roche ou Damiano Caruso, le successeur de Cadel Evans est peut-être tout trouvé.

 

Nairo Quintana (4e participation)

Après être monté sur le podium de l'épreuve lors de ses trois premières participations, Nairo Quintana (27 ans) a dans le viseur un maillot jaune qui s'est jusqu'à présent toujours refusé à lui. Annoncé par beaucoup comme le grand favori du 100e Giro d'Italia, le Colombien a buté sur un grand Tom Dumoulin au mois de mai, devant donc se contenter d'une 2e place. Le leader de la Movistar n'a plus couru depuis la Corsa Rosa, préférant récupérer de ses efforts dans un premier temps, mais n'a pas pris de vacances pour autant. Il vient ainsi de faire un passage par les Alpes pour reconnaître quelques-uns des cols qui marqueront le mois de juillet. Epaulé par des hommes tels que Carlos Betancur ou Andrey Amador, le natif de Tunja dispose sur le papier d'une des meilleures équipes du peloton pour l'accompagner dans sa quête. Et au bout du chemin, Jacques Anquetil, Bernard Hinault, Eddy Merckx, Felice Gimondi, Alberto Contador et Vincenzo Nibali accueilleront peut-être un nouveau membre dans le cercle très fermé des coureurs vainqueurs des trois Grands Tours du calendrier.

 

Simon Yates (3e participation)

Un an après l'excellente performance de son frère Adam, 4e du général et vainqueur du maillot blanc, Simon Yates prendra le départ de Düsseldorf dans la peau de co-leader, avec Esteban Chaves, de l'équipe Orica-Scott pour ce 104e Tour de France. Après avoir intégré le top 10 de la Vuelta (6e), le natif de Bury a poursuivi sur sa lancée en 2017 en remportant le Grand Prix Miguel Indurain ainsi qu'une étape sur Paris-Nice et le Tour de Romandie. Deuxième de l'épreuve suisse, Yates a ensuite achevé sa préparation en disputant le Critérium du Dauphiné. Outre un top 10 au général, il visera sur cette Grande Boucle le maillot blanc de meilleur jeune, face à Louis Meintjes notamment.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Quentin BALLUE

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité



News

Transferts

Publicité

Sondage

Qui est le coureur de l'année 2020 ?

















Partenaires

Publicité
Publicité