Tour d'Italie - Sivakov: «Le général ? J'ai encore beaucoup à prouver»
Tour d'Italie
Photo : CyclismActu.net / @CyclismActu

Tour d'Italie - Sivakov: «Le général ? J'ai encore beaucoup à prouver»

Neuvième du Tour d'Italie en 2019 pour son premier Grand Tour, le Franco-Russe Pavel Sivakov (INEOS Grenadiers) s'apprête à retourner sur l'épreuve italienne où il devrait normalement soutenir son coéquipier Egan Bernal, l'un des grands favoris de ce 104e Giro. Il s'était montré à son avantage sur le dernier Tour des Alpes avant de chuter et de finalement terminer à la 6e place du classement général final : ""Egan Bernal sera évidemment le numéro un. Cela ne fait aucun doute. Il a remporté le Tour de France et beaucoup plus de victoires que moi. La course dans le Giro est plus ouverte, donc avoir deux gars est également utile. Si un jour je dois me sacrifier pour qu'il remporte la course, je le ferai sans aucun doute, mais il y aura peut-être aussi des opportunités pour moi en fonction des scénarios"", avait-il déclaré il y a quelques jours à nos confrères de Cyclingnews

Vidéo - P. Sivakov : "Nous allons nous battre pour le maillot rose"

 

Le général pour Pavel Sivakov ?"J'ai encore beaucoup à prouver..."

Présent ce jeudi en conférence de presse virtuelle à deux jours du départ de la course à Turin, il a réaffirmé que le leader désigné d'INEOS Grenadiers ne serait autre qu'Egan Bernal :  "Il a remporté le Tour de France en 2019. J'ai encore beaucoup à prouver pour être présent aux côtés des gros favoris du classement général sur trois semaines. J'ai été neuvième lors de l'édition 2019, mais être 9e et se battre pour la victoire finale est une grande différence. Je serai présent, je vais tenter de ne pas perdre de temps, rester présent au classement général. Nous allons voir ce qu'il va se passer, si l'équipe a besoin de moi, je serai là", a-t-il commenté.

Déterminé à jouer les premiers rôles sur le plan personnel pendant les trois prochaines semaines, il se confie sur sa stratégie : "Pour l'instant, le plan est de ne pas perdre du temps durant la première semaine. C'est notre force, nous avons plusieurs cartes à jouer : Egan Bernal, moi et Daniel Martinez qui est également en très bonne forme en ce moment. Je pense que nous avons une équipe vraiment forte ici. Je ne sais pas si l'on peut dire que nous avons la meilleure équipe au départ. Nous sommes les champions sortants et nous allons nous battre pour le maillot rose. J'ai ce maillot rose dans un coin de ma tête en tant que coureur. C'est une course de trois semaines et nous ne savons pas comment les autres se sentent. C'est une question à 1 million de dollars de savoir qui sera en rose". 

 

"Si je suis assez bon, pourquoi pas ne pas me battre pour décrocher le maillot rose"

Ambitieux, le natif de San Dona di Piavè n'exclut pas de disputer la victoire finale à Milan si sa condition le permet : "Je me suis bien entraîné, j'ai faut une bonne préparation. Ma chute sur le Tour des Alpes n'était pas idéale mais j'ai bien récupéré. Je ne suis pas non plus le leader unique pour le classement général, mais bien sûr le maillot rose est un rêve. Nous allons voir mais je ferai de mon mieux. Si je suis assez bon, pourquoi pas se battre pour le décrocher, si ce n'est pas le cas, la situation va changer et je ferai mon travail pour l'équipe. En tant que coureur de classement général, je ne serai pas au départ ici si je ne pensais pas du tout à la victoire finale", a-t-il conclu. 

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Clement LABAT-GEST

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité



News

Transferts

Publicité

Sondage

Qui va remporter le Tour de France ?



















Partenaires

Publicité
Publicité