Sécurité
Sécurité - Couloirs, ligne centrale... les 6 mesures de Theo Bos Photo : @theo_bos / Sirotti

Sécurité - Couloirs, ligne centrale... les 6 mesures de Theo Bos

Star du cyclisme sur piste dans les années 2000 - cinq titres de champion du monde dans trois épreuves différentes - et vainqueur de 37 courses sur la route, Theo Bos a fait des propositions pour améliorer la sécurité des coureurs lors des sprints massifs, et ce alors que l'Union Cycliste Internationale (UCI) vient d'annoncer des mesures qui seront dévoilées le 9 décembre et qui entreront en vigueur dès le 1er janvier 2021, sur le sujet de la sécurité et ce, en collaboration avec le regroupement des équipes (AIGCP), le regroupement des organisateurs (AIOCC) et le syndicat des coureurs CPA de Gianni Bugno, très décrié ces derniers temps. Dans les colonnes de AD, Theo Bos, le sprinteur néerlandais de 37 ans a ainsi dévoilé six mesures qui seraient susceptibles de limiter les accidents et les accrochages dans les 300 derniers mètres d'une course. À l'UCI et "ses compères" de l'entendre peut-être ?

Vidéo - Romain Feillu réagit à l'accident de Fabio Jakobsen

 

Trois mesures destinées aux organisateurs

Les trois premières idées mises en avant par l'ancien coureur de la Rabobank - qui sait ce dont il parle puisqu'il avait été suspendu un mois par l'UCI en 2009 pour avoir fait chuté Daryl Impey sur le Tour de Turquie - concernent le parcours et le barriérage installée aux arrivées d'étape :

- les 300 derniers mètres tracées en ligne droite. "Il existe une règle selon laquelle vous ne pouvez pas dévier de votre ligne. Mais que faire si le sprint est dans ou après un virage ? Qu'est-ce qu'une ligne droite ? Nous devons nous débarrasser de ces interrogations."

des barrières de deux mètres de haut, de sorte qu'aucun spectateur ne puisse se pencher. "Les coureurs heurtent souvent des téléphones, des bâtons de selfie ou je ne sais quoi d'autre. Ce n'est plus possible."

- des pieds de barrières non saillants. "C'est déjà mis en place sur le Tour de France, mais cela devrait être le cas partout."

 

Trois mesures destinées aux coureurs

Mais outre sécuriser ce qui entoure un sprint massif, Theo Bos est également conscient que les sprinteurs doivent eux aussi se montrer plus raisonnables et respecter des règles claires et qui fluidifieraient l'emballage final. Et pour cela, il propose de s'inspirer du cyclisme sur piste.

- le traçage de trois lignes dans les 300 derniers mètres, une en plein milieu de la route et une de chaque côté de la route sur un peu moins d'un mètre de large. "Vous obtenez alors des couloirs pour les sprinteurs. Si vous êtes en tête du peloton à trois cents mètres de l'arrivée dans un couloir des sprinteurs, alors vous devez y rester. En sortir signifierait se faire déclasser. En revanche, si vous dépassez des coureurs, vous êtes autorisé à quitter le couloir."

- l'interdiction de passer entre les barrières et un coureur. "Vous ne pourrez plus vous faufiler dans de petits trous. Ainsi, la situation qui voit un coureur fermer la porte - avec toutes les conséquences que cela entraîne - (l'accident de Fabio Jakobsen en Pologne en est l'exemple le plus dramatique, ndlr) n'existerait plus. Quiconque passe entre un coureur et les barrières dans le couloir des sprinteurs sera déclassé."

La ligne tracée au milieu de la route servirait de point de repère pour que les sprinteurs puissent plus facilement sprinter tout droit. "Parfois, ce n'est pas si facile de sprinter droit, et notamment lorsque vous regardez autour ou derrière vous. Avec une telle ligne, les sprinteurs auraient une aide." 

 

"Si cela fonctionne sur la piste, pourquoi cela ne fonctionnerait-il pas sur la route ?"

Bien conscient que les changements qu'il propose mettront du temps à voir le jour et à faire l'unanimité, Theo Bos est persuadé qu'il faut s'inspirer de la piste. "Ces lignes seraient un gros changement et il faudra du temps à tout le monde pour s'y habituer, que ce soit pour les sprinteurs, les commissaires et les spectateurs. Mais ce serait beaucoup plus clair de cette façon. Cela fonctionne sur la piste, discipline dans laquelle il y a rarement des bêtises de faites. Je serais heureux que les courses sur route osent expérimenter cela. Si cela fonctionne sur la piste, pourquoi cela ne fonctionnerait-il pas sur la route ?", conclut celui qui vise les Jeux olympiques de Tokyo l'année prochaine.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Nicolas GAUTHIER

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité



News

Transferts

Publicité

Sondage

Quelle équipe du WorldTour a le plus beau maillot en 2021 ?



















Partenaires

Publicité
Publicité