Route
Route - Alaphilippe, Roglic... : quel est le coureur de l'année ? Photo : Sirotti / @deceuninck_qst

Route - Alaphilippe, Roglic... : quel est le coureur de l'année ?

Le rideau étant désormais tiré sur la saison 2020, il est l'heure de faire les bilans et de déterminer les coureurs qui ont marqué les esprits cette saison grâce à leurs performances sportives. Malgré la pandémie de coronavirus, toutes les plus grandes courses du calendrier - sauf Paris-Roubaix - ont pu se dérouler et sacrer de grands champions. Alors qui de Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step), Wout Van Aert (Jumbo-Visma), Tadej Pogacar (UAE-Team Emirates) ou encore Arnaud Démare (Groupama-FDJ) vous a le plus impressionné cette saison ? Cyclism'Actu vous propose de faire votre choix parmi douze coureurs qui ont tapé dans l'oeil de la rédaction.

Vidéo - Julian Alaphilippe a décroché le titre mondial en 2020

 

Quel est votre coureur de l'année 2020 ?

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

 

Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step, 28 ans)

Classement UCI : 6e
3 victoires : 2e étape du Tour de France, course en ligne des Championnats du monde, Flèche Brabançonne
Autres résultats marquants : 2e de Milan-San Remo, 3e de la course en ligne des Championnats de France, 5e de Liège-Bastogne-Liège

 

Il y a deux phases bien distinctes dans la saison 2020 de Julian Alaphilippe. Commencée en douceur en Amérique du Sud puis sur Paris-Nice avant le confinement, le Français de la Deceuninck-Quick Step a donné l'impression de monter en puissance à la reprise des courses au mois d'août, mais sans être pour autant au top de sa forme. Capable de belles envolées lors de certaines journées, et notamment sur Milan-San Remo ou le Championnat de France, il donne par ailleurs le sentiment de gérer sa condition physique, ce que va confirmer son Tour de France 2020.

 

Éblouissant dès la deuxième étape en s'imposant à Nice et en s'emparant du maillot jaune, le natif de Saint-Amand-Montrond va cependant vivre un Tour bien différent de celui vécu en 2019. Après avoir bêtement perdu son maillot jaune à cause d'un ravitaillement non autorisé, Julian Alaphilippe se met en marge du classement général dès les Pyrénées afin de viser une nouvelle victoire d'étape. Malheureusement pour lui, et malgré toute sa bonne volonté et ses prises d'initiatives, ses jambes ne répondent pas comme il le souhaiterait et ne lui permettent pas de lutter avec les hommes les plus en forme de cette Grande Boucle.

Mais un évènement hante son esprit en ce mois de septembre, les Championnats du monde ! Plutôt avantagé par le déplacement des Mondiaux sur le circuit punchy d'Imola, le Français sent que c'est peut-être son année. Et il a raison puisqu'il devient champion du monde le 27 septembre dernier en Italie, son attaque à un peu plus de 10 kilomètres de l'arrivée ayant achever la résistance des Wout Van Aert, Marc Hirschi et autre Primoz Roglic. Soulagé d'avoir décroché le Graal, Julian Alaphilippe aborde alors la fin de saison avec un appétit d'ogre et une forme éblouissante, ce qui lui permet de gagner la Flèche Brabançonne, mais pas Liège-Bastogne-Liège et le Tour des Flandres, la faute à des maladresses sur La Doyenne et à la malchance lors du Ronde. Mais le principal était fait pour le nouveau porteur du maillot arc-en-ciel... 

 

Sam Bennett (Deceuninck-Quick Step, 30 ans)

Classement UCI : 37e
7 victoires : 10e et 21e étape du Tour de France, 4e étape du Tour d'Espagne, 1ère étape du Tour Down Under, 4e étape du Tour de Burgos, 3e étape du Tour de Wallonie, Race Torquay
Autres résultats marquants : vainqueur du classement par points du Tour de France, 8e du Grand Prix de l'Escaut

 

Pour sa première année chez Deceuninck-Quick Step, Sam Bennett a largement participé à la nouvelle très belle saison réalisée par le Wolfpack. S'étant mis en confiance d'entrée de jeu en Australie, le remplaçant d'Elia Viviani, parti à la Cofidis, a ensuite brillé sur le Tour de France, qu'il disputait pour la première fois de sa carrière. Vainqueur à Saint-Martin-de-Ré et sur les Champs-Élysées, le champion d'Irlande 2019 s'est même permis d'être le premier à battre à la régulière Peter Sagan (BORA-hansgrohe), le septuple vainqueur, au classement du maillot vert. Aligné ensuite sur le Tour d'Espagne, le sprinteur de 30 ans a levé les bras à une reprise, avant d'être déclassé à Aguilar del Campoo et de prendre la deuxième place à Madrid. En 2020, Sam Bennett a donc confirmé qu'il était l'un des hommes les plus rapides du monde !

 

Arnaud Démare (Groupama-FDJ, 29 ans)

Classement UCI : 9e
14 victoires : 4e, 6e, 7e et 11e étape du Tour d'Italie, Milan-Turin, course en ligne des Championnats de France, Tour de Wallonie (+ 2 étapes), Tour Poitou-Charentes en Nouvelle-Aquitaine (+ 3 étapes), 2e étape du Tour de Luxembourg
Autres résultats marquants :  vainqueur du classement par points du Tour d'Italie, 2e de la course en ligne des Championnats d'Europe, 5e de Paris-Chauny

 

Bien décidé à se recentrer sur sa qualité première, à savoir le sprint, en 2020, Arnaud Démare a réalisé une saison tout simplement exceptionnelle. Une demi-saison devrait-on même dire puisqu'entre le 5 août et le 14 octobre, le Picard, vierge de succès avant le confinement, a remporté quatorze courses, ce qui fait de lui le coureur le plus prolifique de l'année. Impeccable au mois d'août dans son domaine de prédilection avec des victoires notamment sur Milan-Turin et la course en ligne des Championnats de France, il s'est même permis de remporter deux courses par étapes, le Tour Poitou-Charentes en Nouvelle-Aquitaine et le Tour de Wallonie !

 

Mais ce n'était qu'un début pour l'un des leaders de la Groupama-FDJ, qui a ensuite prouvé sur le Tour d'Italie qu'il était redevenu l'un des hommes les plus rapides du peloton. Largement dominateur sur les sprints massifs disputés lors de ce 103e Giro et vainqueur de quatre étapes, Arnaud Démare, magnifiquement épaulé par une équipe au sommet de son art, a fini par écoeurer Peter Sagan (BORA-hansgrohe) dans la course au maillot cyclamen, qu'il a ainsi ramené pour la première fois de sa carrière.

Un seul regret vient finalement s'immiscer dans la saison du Beauvaisien, celui d'avoir échoué à quelques centimètres de l'Italien Giacomo Nizzolo (NTT Pro Cycling) lors de la course en ligne des Championnats d'Europe. On aurait alors pu parler d'une saison parfaite... On attend maintenant avec impatience ses prochaines confrontations avec les Dylan Groenewegen (Jumbo-Visma), Sam Bennett (Deceuninck-Quick Step), Caleb Ewan (Lotto Soudal) ou encore Pascal Ackermann (BORA-hansgrohe). Sur le Tour de France 2021

 

Remco Evenepoel (Deceuninck-Quick Step, 20 ans)

Classement UCI : 20e
9 victoires : Tour de Pologne (+ 1 étape), Tour de Burgos (+ 1 étape), Tour de l'Algarve (+ 2 étapes), Tour de San Juan (+ 1 étape)

Contrairement à l'ensemble des coureurs qui ont brillé en 2020, c'est jusqu'à la mi-août que Remco Evenepoel a crevé l'écran. La raison ? Sa chute sur le Tour de Lombardie, bien évidemment, le 15 août dernier, qui a mis fin à son année et à ses rêves de Tour d'Italie, l'objectif principal qu'il s'était fixé en deuxième partie de saison. Trop rapidement terminé, 2020 reste tout de même plus que satisfaisant pour le prodige de la Deceuninck-Quick Step, vainqueur des quatre courses par étapes qu'il a disputées, dont le difficile Tour de Pologne.

Et c'est d'ailleurs sur la course par étapes polonaise que le natif de Schepdaal a signé son chef d'oeuvre de la saison, et plus précisément à l'occasion de la quatrième étape. Parti en solitaire à plus de 50 kilomètres de l'arrivée de l'étape reine, Remco Evenepoel franchit finalement la ligne d'arrivée avec près de deux minutes d'avance sur son dauphin du jour, Jakob Fuglsang (Astana), qui remportera pourtant le Tour de Lombardie une semaine plus tard ! Auteur d'une véritable prouesse ce jour-là, le Belge s'était déjà montré impresionnant plus tôt dans l'année sur le Tour de San Juan, le Tour de l'Algarve et le Tour de Burgos, qu'il s'était tous trois adjugé. Ayant donc confirmé son incroyable potentiel, le jeune loup du Wolfpack n'a pas fini de nous en mettre plein les yeux, c'est certain !

 

Jakob Fuglsang (Astana, 35 ans)

Classement UCI : 5e
4 victoires : Tour de Lombardie, Tour d'Andalousie (+ 2 étapes)
Autres résultats marquants : 2e du Tour de Pologne, 5e de la course en ligne des Championnats du monde, 6e du Tour d'Italie, 6e du Tour d'Emilie

 

Bien que moins impressionnant qu'en 2019, année lors de laquelle il avait notamment remporté Liège-Bastogne-Liège, le Critérium Du Dauphiné et une étape du Tour d'Espagne, Jakob Fuglsang demeure l'un des meilleurs coureurs du peloton. Victorieux de son deuxième Monument en août dernier sur le Tour de Lombardie, le Danois a montré une belle régularité par ailleurs, que ce soit sur les courses d'un jour ou les courses par étapes. Malgré une sixième place au classement général, qui est, à 35 ans, son meilleur résultat sur un Grand Tour, le coureur de l'équipe Astana a cependant un peu déçu sur le Tour d'Italie, où l'absence d'une grande majorité des spécialistes des courses de trois semaines lui offrait une merveilleuse opportunité de gôuter au minimum au podium.

 

Filippo Ganna (INEOS Grenadiers, 24 ans)

Classement UCI : 28e
7 victoires : 1ère, 5e, 14e et 21e étape du Tour d'Italie, contre-la-montre des Championnats du monde, 8e étape de Tirreno-Adriatico, contre-la-montre des Championnats d'Italie
Autre résultat marquant : 2e du Tour de San Juan

 

Attention, très gros moteur ! Star du cyclisme sur piste avec ses quatre titres mondiaux et son record du monde en poursuite individuelle, l'Italien, après avoir pointé le bout de son nez sur la route en 2018 et en 2019, a pris une toute autre dimension en 2020. Intouchable - ou presque - sur les contre-la-montre avec ses six victoires en sept chronos disputés, dont les Mondiaux et les trois du Tour d'Italie, il a également montré qu'il pouvait briller sur les courses en ligne, et ce que le terrain soit plat ou escarpé. Vainqueur surprise d'une étape de moyenne montagne lors du Giro, Filippo Ganna a prouvé, malgré son gabarit, que les pourcentages modérés ne l'effrayaient pas plus que ça.

Reste à savoir désormais vers quel type de course va se tourner le coureur de 24 ans, les classiques flandriennes, et notamment Paris-Roubaix, semblant être largement à sa portée. Et quid des courses par étapes ? Habituée, avec Bradley Wiggins et Geraint Thomas, à transformer des rouleurs en prétendants à la victoire sur les Grands Tours, l'équipe INEOS Grenadiers aura-t-elle les mêmes intentions avec Filippo Ganna ? Encore faudrait-il que ce dernier, en fin de contrat, prolonge au sein de la formation britannique...

 

Tao Geoghegan Hart (INEOS Grenadiers, 25 ans)

Classement UCI : 17e
3 victoires : Tour d'Italie (+ 2 étapes)
Autre résultat marquant : 3e du Tour de la Communauté de Valence

 

Il est le coureur surprise de la saison 2020 ! Talent parmi tant d'autres au sein d'une équipe INEOS Grenadiers à l'effectif pléthorique, Tao Geoghegan Hart a pris la lumière en octobre dernier en succédant à son coéquipier Richard Carapaz au palmarès du Tour d'Italie. Propulsé leader de son équipe suite à l'abandon de Geraint Thomas, il s'est affirmé en deuxième partie de course comme le meilleur grimpeur du 103e Giro avec Jai Hindley (Sunweb), son futur dauphin. S'il a parfaitement su saisir sa chance et profiter d'un plateau plus faible que sur les deux autres Grand Tours, le plus dur va désormais se présenter devant le Britannique de 25 ans, qui va devoir confirmer ce coup d'éclat. 

 

Marc Hirschi (Sunweb, 22 ans)

Classement UCI : 10e
2 victoires : 12e étape du Tour de France, La Flèche Wallonne
Autres résultats marquants : 2e de Liège-Bastogne-Liège, 3e de la course en ligne des Championnats du monde

 

Si Tao Geoghegan Hart (INEOS Grenadiers) est la surprise de la saison 2020, Marc Hirschi en est indiscutablement la révélation. Très fort dans les catégories de jeunes - il avait notamment été sacré champion du monde Espoirs en 2018 à Innsbruck (Autriche) - le Suisse de 22 ans a explosé à la face du monde en septembre dernier sur le Tour de France. Sans cesse à l'avant et physiquement étincelant, il a marqué la 107e Grande Boucle de son empreinte en remportant une étape et en étant sacré super combatif. Mais ce n'était qu'un début pour le coureur de la Sunweb...

Surfant sur la vague, le natif de Berne a de nouveau fait parler son punch sur les grandes courses d'un jour qui ont suivi le Tour de France. Monté sur le podium des Championnats du monde aux côtés de Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) et Wout Van Aert (Jumbo-Visma), il a ensuite dompté le Mur de Huy et remporté La Flèche Wallonne aux dépens de Benoît Cosnefroy (AG2R La Mondiale). Son exceptionnelle année s'est terminée par une deuxième place obtenue sur Liège-Bastogne-Liège, course qu'il aurait pu remporter si Julian Alaphilippe ne l'avait pas gêné lors du sprint final. Mais quelque chose nous dit que ce n'est que partie remise pour Marc Hirschi.

 

Tadej Pogacar (UAE-Team Emirates, 22 ans)

Classement UCI : 2e
9 victoires : Tour de France (+ 3 étapes), contre-la-montre des Championnats de Slovénie, 5e étape de l'UAE Tour, Tour de la Communauté de Valence (+ 2 étapes)
Autres résultats marquants : 2e de l'UAE Tour, 2e de la course en ligne des Championnats de Slovénie, 3e de Liège-Bastogne-Liège, 4e du Critérium du Dauphiné, 9e de La Flèche Wallonne

 

Sa saison 2019 avait été prodigieuse, son année 2020 restera inoubliable ! Très vite au niveau des meilleurs la saison dernière, ce qu'avait notamment prouvé sa victoire finale sur le Tour de Californie, ainsi que son podium et ses trois victoires d'étape sur le Tour d'Espagne, Tadej Pogacar est encore monté d'un cran en 2020 en remportant le Tour de France pour sa première participation. Aussi fort que Primoz Roglic (Jumbo-Visma) lorsque la route s'élevait et n'ayant pas peur de prendre des risques, le Slovène de l'équipe UAE-Team Emirates, à la surprise générale, a fait craquer son compatriote dans l'unique contre-la-montre de la Grande Boucle.

Auteur d'un exploit qui a subjugué le monde du cyclisme et provoqué autant d'étonnement que d'admiration, le coureur de 22 ans est tout simplement devenu le plus jeune vainqueur du Tour depuis Henri Cornet... en 1904. Un exploit colossal, auquel il faut ajouter trois succès d'étape, le maillot de meilleur grimpeur et le maillot de meilleur jeune ! Mais Tadej Pogacar ne s'est pas uniquement contenté de remporter la plus grande course du monde puisqu'il s'est également illustré en toute fin de saison en finissant sur le podium de Liège-Bastogne-Liège et en étant le premier des favoris à mettre le feu aux poudres lors de la course en ligne des Championnats du monde. De quoi finir l'année à la deuxième place mondiale après avoir fréquenté la première position pendant quelques semaines, et ce après deux années seulement en WorldTour !

 

Primoz Roglic (Jumbo-Visma, 31 ans)

Classement UCI : 1er
12 victoires : Tour d'Espagne (+ 4 étapes), Liège-Bastogne-Liège, 4e étape du Tour de France, 2e étape du Critérium du Dauphiné, Tour de l'Ain (+ 2 étapes), course en ligne des Championnats de Slovénie
Autres résultats marquants : 2e du Tour de France, 2e du contre-la-montre des Championnats de Slovénie, 6e de la course en ligne des Championnats du monde

 

Déjà redoutable en 2019, Primoz Roglic a encore élevé son niveau en 2020, ce qui lui permet de finir l'année à la place de numéro un mondial. Commencée en juin dernier par une victoire lors de la course en ligne des Championnats de Slovénie, elle s'est terminée par un nouveau triomphe sur le Tour d'Espagne, le deuxième consécutif, auquel il faut ajouter quatre victoires d'étape et le classement par points. Entre les deux ? Des victoires à la pelle, une grosse chute mi-août et une terrible désillusion le 19 septembre dernier.

 

Vainqueur sans contestation possible du Tour de l'Ain et leader du Critérium du Dauphiné avant la quatrième étape, le Slovène de la Jumbo-Visma connaît alors un coup d'arrêt en tombant lourdement. Non-partant le lendemain et longtemps incertain pour le Tour de France, il se présente finalement au départ du Tour avec l'ambition de le gagner, ce qu'il semblait pouvoir faire jusqu'à cette fameuse journée du 19 septembre et l'exploit de son compatriote, Tadej Pogacar (UAE-Team Emirates), qui vole dans le contre-la-montre de La Planche des Belles Filles et assomme l'ancien sauteur à ski.

Ayant vu son objectif de l'année lui échapper au tout dernier moment, Primoz Roglic, fatalement marqué par cet échec, aurait pu décider d'arrêter sa saison et de basculer d'ores et déjà vers 2021. Mais le coureur de 31 ans a de l'orgueil et surtout un mental de fer ! C'est ainsi qu'il se remobilise immédiatement en se tournant vers les courses d'un jour, et notamment la course en ligne des Championnats du monde (6e) et Liège-Bastogne-Liège, qu'il s'adjuge au terme d'un final complètement fou, décrochant par la même occasion le premier Monument de sa carrière. Et comme l'appétit vient en mangeant, Primoz Roglic ne laisse pas passer l'occasion de dominer à nouveau La Vuelta par la suite, course sur laquelle il aura montré un sang-froid à tout épreuve. C'est ce qu'on appelle une saison pleine !

 

Wout Van Aert (Jumbo-Visma, 26 ans)

Classement UCI : 3e
6 victoires : Milan-San Remo, 5e et 7e étape du Tour de France, Strade Bianche, 1ère étape du Critérium du Dauphiné, contre-la-montre des Championnats de Belgique
Autres résultats marquants : 2e du Tour des Flandres, 2e de la course en ligne et du contre-la-montre des Championnats du monde, 3e de Milan-Turin, 8e de Gand-Wevelgem

 

Révélé en 2018 sur les Strade Bianche ou le Tour des Flandres, confirmé en 2019 sur les routes du Critérium du Dauphiné et du Tour de France, l'incroyable potentiel de Wout Van Aert a ébloui le monde du cyclisme en 2020. Revenu en début de saison d'une très grave blessure contractée sur le Tour 2019, le Belge, au sortir d'une saison de cyclo-cross très correcte, n'avait pu disputer que l'Omloop Het Nieuwsblad en février dernier avant que la pandémie de coronavirus ne stoppe tout. Resté sur sa faim, le coureur de la Jumbo-Visma a finalement pu lâcher les chevaux en août, et force est de constater que le natif d'Herentals en a beaucoup sous le capot ! 

Du 1er août, jour de sa victoire sur les Strade Bianche, au 18 octobre et sa deuxième place sur le Tour des Flandres, Wout Van Aert aura accumulé les prestations de très haut niveau, que ce soit pour lui-même ou aux côtés de Primoz Roglic sur le Critérium du Dauphiné et le Tour de France. Impressionnant sur tous les terrains, le Belge de 26 ans a ainsi brillé dans les cols français, les contre-la-montre, les bosses italiennes - son duel avec Julian Alaphilippe à Milan-San Remo était magnifique - ou encore les monts pavés flandriens. Il lui aura juste manqué d'un peu de réussite - et peut-être de la fraîcheur - en fin de saison pour tranformer ses deuxièmes places lors des Mondiaux et du Tour des Flandres en victoires.

 

Mathieu van der Poel (Alpecin-Fenix, 25 ans)

Classement UCI : 4e
5 victoires : Tour des Flandres, BinckBank Tour (+ 1 étape), 7e étape de Tirreno-Adriatico, course en ligne des Championnats des Pays-Bas
Autres résultats marquants : 2e de la Flèche Brabançonne, 3e du Tour du Piémont, 4e de la course en ligne des Championnats d'Europe, 6e de Liège-Bastogne-Liège, 9e de Gand-Wevelgem, 10e du Tour de Lombardie

 

Treize top 10 en vingt-quatre jours de course : Mathieu van der Poel aura été d'une régularité bluffante entre le 1er août et le 18 octobre. Archi-dominateur en cyclo-cross lors de l'hiver 2019-2020, lors duquel il est notamment devenu champion du monde pour la troisième fois de sa carrière, c'est sur la route que le Néerlandais a ensuite brillé lors de la deuxième moitié de l'année 2020. Un peu en-dedans sur les classiques ou semi-classiques italiennes disputées au mois d'août, celui qui a écrasé la course en ligne des Championnats des Pays-Bas a ensuite sérieusement haussé le ton à partir du BinckBank Tour disputé fin septembre.

Vainqueur avec la manière de l'étape reine et du classement général de la course par étapes WorldTour, le coureur de l'équipe Alpecin-Fenix a continué par la suite de se faire plaisir en Belgique, ses sixième et deuxième places sur Liège-Bastogne-Liège et la Flèche Brabançonne précédant de quelques jours son chef d'oeuvre de l'année, réalisé sur les routes du Tour des Flandres. Obsédé par les classiques flandriennes en cette fin de saison, Mathieu van der Poel a réalisé son rêve de remporter le Ronde, et ce aux dépens de son grand rival, Wout Van Aert (Jumbo-Visma), ce qui a forcément rajouté un petit quelque chose à ce succès de prestige. On espère désormais le voir sur les routes du Tour de France en 2021, une hypothèse plus que probable à la vue des dernières informations communiquées.

 

Qui est le coureur de l'année 2020 ?



  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Nicolas GAUTHIER

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité



News

Transferts

Publicité

Sondage

Qui est le coureur de l'année 2020 ?

















Partenaires

Publicité
Publicité