Route
Route - Pinot : «Je ne suis pas prêt à reprendre la compétition...» Photo : @Cyclismactu / CyclismActu.net

Route - Pinot : «Je ne suis pas prêt à reprendre la compétition...»

Dans une longue et passionnante interview accordée à notre confrère Alexandre Roos du journal L'Equipe, Thibaut Pinot s'est livré sans détour sur de nombreux sujets. De retour d'un stage de deux semaines en Espagne avec quatre de ses coéquipiers, dont David Gaudu et Sébastien Reichenbach, le leader de la Groupama-FDJ s'est tout d'abord confié sur cette blessure au dos contractée sur le Tour de France 2020 et qui ne cesse de l'embêter, tant et si bien que sa rentrée, prévue sur le Tour des Alpes-Maritimes et du Var (19-21 février), pourrait être reportée. "C'est du 50-50", confie le coureur de 30 ans.

Vidéo - Thibaut Pinot : "Je ne vais plus me prendre la tête"

 

"Pour l'instant, je ne suis pas prêt à reprendre la compétition"

"Avec mon dos, ça a été compliqué, tout l'automne, tout l'hiver", poursuit Thibaut Pinot. "Je pensais être sur la bonne voie en fin d'année, et puis depuis quelques jours, ce n'est pas terrible [...] Pour l'instant, je ne suis pas prêt à reprendre la compétition. Je suis arrivé en Espagne pour faire des intensités, des exercices et je sentais que ça ne suivait pas, que le dos saturait dès que je mettais de la force, de la puissance." Tenace, cette blessure au dos a même contraint le Franc-Comtois à avoir recours à une infiltration début décembre, pratique qu'il n'avait jamais acceptée de faire depuis le début de sa carrière et qu'il trouve totalement anormale, au même titre que les autorisations à usage thérapeutique (AUT) ou la cortisone.

 

"Un mec qui a une AUT n'a rien à faire sur un vélo"

"D'un point de vue éthique, j'ai toujours été contre (les infiltrations). Là, on était dans une période totalement hors compétition, en plein hiver. Jamais je n'aurais fait ça entre deux courses [...] Quand tu fais une infiltration ou que tu utilises de la cortisone, il y en a au moins pour trois semaines d'effets... Certains en font juste avant les courses. Tu es hors compétition, mais l'effet est là. Je suis complètement à l'opposé de tout ça, mais on est toujours dans un cyclisme à deux vitesses je pense [...] Un mec qui a une AUT n'a rien à faire sur un vélo. Il n'est pas apte à être en compétition. Je ne comprends pas que les mecs fassent du vélo sous cortisone."

Se posant de nombreuses questions, Thibaut Pinot est également intrigué par les cétones, rejetées par les équipes membres du Mouvement pour un cyclisme crédible (MPCC) mais pas par les autres formations. "Pourquoi les coureurs continuent de jeter leurs bidons dans la nature et par contre, les petites fioles de cétones, ils les gardent dans les poches ? Certaines études disent que ça t'assèche, mais si c'est ça, c'est déjà énorme [...] On sait qu'on ne suit pas tous les mêmes règles, c'est ça qui est dommage. Déjà entre ceux qui sont MPCC et ceux qui ne le sont pas, c'est de trop. Qu'il y ait le MPCC, tant mieux, mais il ne devrait pas exister, tout le monde devrait en suivre les règles", explique le vainqueur du Tour de Lombardie 2018.

 

"J'espère que le Giro va m'aider à reprendre confiance sur les Grands Tours"

Contrarié "mais pas aigri" par toute ces incohérences au sein du peloton, Thibaut Pinot n'en reste pas moins motivé à faire son métier du mieux possible, ce qu'il essayera de faire sur le Tour d'Italie et non sur le Tour de France en 2021. "Il y a un truc qui m'attire dans le Giro et je pense que j'ai besoin de ça pour rebondir. Ma décision était prise avant même de connaître les parcours, mais ça m'a conforté dans mon choix. J'avais besoin de repartir sur autre chose pour mieux revenir sur le Tour, comme en 2019, avec le couteau entre les dents, l'envie de remontrer de quoi je suis capable. J'espère que le Giro va m'aider à reprendre confiance sur les Grands Tours."

Un choix que le troisième du Tour 2014 a dû argumenter auprès de son manager général Marc Madiot, pas très emballé au départ par cette idée. "Il n'était pas d'accord et après il a réfléchi. Marc est très ouvert, il fait un peu dur quand tu le vois, il parle fort et tout, sa première réflexion a été de dire non. Mais il n'avait pas le choix, il ne pouvait pas dire oui. Donc d'abord il voulait me dissuader mais au bout du deuxième rendez-vous, c'était réglé. Il a parlé à d'autres gens et il a compris." Ayant donc opté pour le Giro cette année, Thibaut Pinot n'a pour autant abandonné le Tour de France - "Rien que de ne pas le faire une année, ça va me suffire je pense"ce qu'il a confirmé lors de cet entretien.

 

"Quand je repense à tout ce qui a évolué dans le vélo et dans la vie, on ne va pas dans le bon sens"

"Un nouvel échec dans le Tour, après ce qui m'est arrivé en 2019 et 2020, ça aurait été de trop pour moi. Donc voilà, je vais faire une pause comme en 2018 et cet été, je serai devant le Tour, et peut-être que ça va me manquer. J'avais envie de retrouver ce manque, pour 2022 [...] J'ai encore le niveau pour faire des belles choses sur le Tour de France, j'en suis convaincu." Mais ce sera dans une organisation et avec une manière de procéder différente puisque le membre de la Groupama-FDJ "ne veut plus vivre la pression d'être leader à 100%." "Maintenant, quand je serai leader sur une course, les mecs devront faire leur course aussi, je ne veux plus qu'il y ait un groupe dédié à 100 % pour moi", précise-t-il.

Pour finir, Thibaut Pinot s'est confié sur sa personnalité et sur sa vision du cyclisme actuel. "Je serais manager, je n'aimerais pas avoir un mec comme moi en coureur. Moi, je le vends ce mec-là, je le donne même ! Je pense que je suis une espèce à part. Je ne sais pas comment les entraîneurs ou les directeurs sportifs font pour me supporter [...] Quand je repense à tout ce qui a évolué dans le vélo et dans la vie en général, on ne va pas dans le bon sens. J'aurai connu l'époque 2000, tout à l'arrache, et puis la fin de ma carrière, où c'est ultra-moderne, robotisé. Je pense qu'à terme je serai content de quitter le vélo parce qu'après, ça ira trop loin dans tout", conclut celui "qui a préféré ses débuts, mille fois. Il n'y a plus rien de drôle maintenant."

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Nicolas GAUTHIER

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité


News

Transferts

Publicité

Sondage

Lequel de ces coureurs remportera l'UAE Tour samedi ?












Partenaires

Publicité
Publicité