Route
Route - Le coup de gueule d'Hugo Houle contre sa fédé canadienne Photo : Sirotti

Route - Le coup de gueule d'Hugo Houle contre sa fédé canadienne

C'en est trop pour Hugo Houle ! Déjà désabusé par le traitement réservé par sa fédération au cyclisme sur route lors des Championnats du monde d'Imola - "On avait l’air de clowns. Même mon père ne met pas ça pour aller faire un gran fondo le dimanche après-midi. J’avais l’air d’un Pinocchio avec ça. Les manches n’arrêtaient pas de remonter", avait-t-il déclaré au sujet des tenues fournies pour la course - le Canadien n'a pas apprécié de voir qu'aucun cycliste sur route ne figurait dans la liste des 47 coureurs retenus pour le programme NextGen en vue des Jeux olympiques de Paris 2024.

Vidéo - Mondiaux 18 - Le Canada avait glané une médaille avec Woods

 

"Depuis que je suis arrivé à Cyclisme Canada, ça a toujours été difficile"

"Il y a une sélection pour le BMX, pour le VTT, pour le paracyclisme, pour la piste, mais je ne vois pas de cyclisme sur route là-dedans", explique le coureur de la formation Astana dans les colonnes de La Presse. "C’est quand même assez bizarre qu’une fédération nationale ne mette aucun programme de développement pour le cyclisme sur route, qui est probablement le sport pour lequel il y a le plus de licenciés. Pour moi, c’est un gros de manque de respect", poursuit celui qui déplore le récent départ de Kevin Field, le directeur de la performance depuis 2018. "C’est la seule personne que j’ai vue se dévouer pour sauver la route à Cyclisme Canada. Son départ acté, c’est sûr que c’est la fin de la route."


Conscient de mettre un gros coup de pied dans la fourmilière, Hugo Houle attend désormais de voir ce que va provoquer sa colère. "Depuis que je suis arrivé à Cyclisme Canada, ça a toujours été difficile. Ça fait 10 ans que je suis professionnel, personne ne m’appelle. Je n’en ai pas forcément besoin, mais il reste qu’il y a toujours un sentiment d’incompréhension [...] J’ai quand même un devoir en tant que coureur cycliste professionnel sur route de me battre un peu pour la relève et pour les jeunes au Québec qui nous voient performer. Il y a un gros écart maintenant pour la suite. Je ne sais pas si on peut faire quelque chose pour les faire changer d’idée", conclut le coureur de 30 ans.

 

La fédération canadienne se défend de ne pas s'occuper de la route

Interrogée par La Presse, la fédération canadienne assure de son côté qu'elle ne délaisse absolument pas la route, quoi qu'en dise le Québécois. "La route, c’est essentiel pour notre avenir comme pays en cyclisme", a précisé Kris Westwood, le chef de la performance à la fédération. "Si on n’a pas de programme de route, ce serait impossible pour nous d’être compétitifs à long terme sur la scène internationale. Nous le savons. Nous avons des plans à long terme. Le truc, maintenant, c’est de bâtir des plans à court terme pour nous amener vers ces objectifs à long terme", conclut celui qui a promis qu'un programme pour le cyclisme sur route verrait le jour prochainement au sein de Cyclisme Canada.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Nicolas GAUTHIER

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité



News

Transferts

Publicité

Sondage

Qui est le coureur de l'année 2020 ?

















Partenaires

Publicité
Publicité