Route - Lawrence Warbasse : «Un stress auquel vous n'échappez pas...»
Route
Photo : @AG2RCITROENTEAM

Route - Lawrence Warbasse : «Un stress auquel vous n'échappez pas...»

Lawrence Warbasse est revenu auprès de Cyclingnews sur sa carrière, sa vision du cyclisme aujourd'hui et son évolution depuis qu'il est passé professionnel en 2013. Le coureur américain - qui est membre de l'équipe AG2R Citroën Team depuis 2019 - s'est notamment confié sur le risque de mal-être qui entoure en permanence la carrière d'un cycliste professionnel : "Je fais du vélo parce que j'aime faire du vélo. Je perdais vraiment beaucoup de ce plaisir dans ma vie, j'étais trop sérieux et je ne l'appréciais pas".

Vidéo - Larry Warbasse espère courir le Tour de France 2022

 

"Cette nouvelle génération est très concentrée..."

Lawrence Warbasse ne se reconnait pas dans la manière dont le cyclisme a évolué depuis quasiment dix ans. Selon lui, la datafication du moindre aspect de la performance a créer une nouvelle génération de cyslistes pour lesquels la passion et l'amour du vélo ont été remplacés par la maitrise et la technologie: "Je suis un être très sociable, extraverti, et c'est comme ça que j'ai intégéré le monde du cyclisme; c'est un sport social. Mais cette nouvelle génération est très concentrée. Je pense que j'essayais d'être comme l'un des enfants de la nouvelle génération. J'essayais de vivre comme je pensais qu'un cycliste devait vivre, même si c'était en quelque sorte contraire à qui je suis en tant que personne. Il me semblait que la chose à faire était de me fermer et de vivre cette vie super isolée, où je mesure tout, calcule tout, fais tout au point exact.

Il est selon lui très compliqué de trouver le juste équilibre, la comparaison avec les autres coureurs ajoutant une pression supplémentaire : "Il y a ce niveau de stress permanent auquel vous n'échappez jamais. Vous vous comparez toujours à tout ce que vous voyez. Vous lisez Cyclingnews et vous voyez que ce gars est en train de tout casser, puis vous êtes sur Strava, et vous vous dites "ah ce gars vient de faire un milliard d'heures aujourd'hui, et je suis juste assis à la maison". Même si ce n'est pas conscient, vous vous comparez toujours."

 

"Le COVID m'a fait réaliser que ça ne fonctionnait pas"

La pandémie de coronavirus a forcé tout le monde à se replier sur soi même. Il s'est alors rendu compte qu'il devait changer quelque chose dans sa manière d'aborder son sport : "Je me suis mis au cyclisme parce que j'aime ça. Je ne le fais pas pour devenir riche, je ne gagne pas autant que certains grands coureurs. Je fais du vélo parce que j'aime faire du vélo. Au milieu de cette année, j'ai dit : "Je dois changer quelque chose"".

Aujourd'hui il parvient à s'octroyer des vrais moments de détente autour de deux principales activités: le paddle et le bikepacking. Ces nouvelles occupations lui ont permi de retrouver un équilibre dans sa vie à travers le sentiment d'évasion qu'elles proposent. Le 17ème du Tour d'Italie 2020 se tourne désormais vers la saison prochaine plein d'ambition. Il espère faire partie de l'équipe qui participera au Tour de France lui qui n'y a jamais participé: "C'est important pour moi de faire le Tour de France avant la fin de ma carrière, et je ne rajeunis pas".

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Olivier PELLAN

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité


News

Transferts

TRANSFERTS
2021 - 2022
Publicité

Sondage

Quel coureur va gagner son premier Grand Tour ?



















Partenaires

Publicité
Publicité