Route
Route - Hinault, Merckx, Alaphilippe... : les hommages à Poupou Photo : @Sirotti

Route - Hinault, Merckx, Alaphilippe... : les hommages à Poupou

C'est une grande figure du cyclisme en général et du Tour de France en particulier qui nous a quittés. Raymond Poulidor s'est éteint cette nuit à 83 ans et toute la famille du vélo s'est réveillée ce matin sous le choc après avoir appris cette triste nouvelle. Bien évidemment, de nombreux messages ont afflué dans la journée sur les réseaux sociaux et dans les différents médias afin de saluer la mémoire d'un homme qui restera de toute évidence à jamais dans le coeur des passionnés de vélo et de la Grande Boucle. Cyclism'Actu a recensé pour vous les plus beaux hommages rendus à Poupou.

Raymond Poulidor au micro de Cyclism'Actu sur le Tour 2019

 

Eddy Merckx : "Je vais le regretter"

Bernard Hinault : Comment ne pas ressentir de la tristesse devant une telle nouvelle ? On savait qu'il était malade, mais on ne pense jamais au pire. J'ai pu le côtoyer durant trois ans au début de ma carrière et c'était un coureur qui ne lâchait rien. C'était sa force. J'avais de l'admiration pour lui. Poulidor était un mythe et il a construit sa carrière au milieu des Eddy Merckx, Jacques Anquetil, Luis Ocana ou Joop Zoetemelk, ce qui n'est pas rien. Il avait son caractère et, personnellement, j'avais plus d'atomes crochus avec Anquetil et Merckx. (source : L'Equipe)

Eddy Merckx : Je savais qu'il était mal en point mais j'accuse la nouvelle avec tristesse. Après la disparition de Felice Gimondi, cet été, ça fait beaucoup. Avant d'être un phénomène de popularité, Poulidor était d'abord, un très bon grimpeur, un dur, un hargneux, un champion avec un grand palmarès, en dépit de sa réputation d'éternel second. Pendant près de vingt ans, il a donné une grande image du cyclisme, les gens ont aimé notre sport grâce à lui et c'est ce que je veux retenir.  Je vais le regretter. (source : L'Equipe)

 

Bardet : "Poulidor était un trait d'union générationnel"

Romain Bardet (AGR La Mondiale) : C'est une très triste nouvelle. On le voyait très régulièrement, il était souvent invité, c'était un personnage emblématique, adoré du public. C'était un trait d'union générationnel, il faisait le lien entre un cyclisme ancré dans les territoires, un cyclisme rural, et un autre plus contemporain. Dans les courses de clocher, il amenait le rêve du Tour de France. C'est une grande perte pour le monde du cyclisme. (source : L'Equipe)

Christian Prudhomme : Ce qu'il remue en moi est très personnel car c'est lui qui m'avait donné l'amour du Tour. Il était de cette génération avec Eddy Merckx, Bernard Thévenet, qui m'a ébloui. Ces derniers jours, j'avais souvent sa fille, Isabelle, au téléphone, je savais qu'il allait mal. Poulidor était le cyclisme. Il réconciliait des générations sur son nom. Aujourd'hui je veux retenir sa longévité et son humour. Il y a deux ans, à la présentation du Tour, nous l'avions fait monter sur scène avec Merckx, Hinault et Indurain. Il avait dit : "À nous quatre on a gagné quinze Tours de France." C'était ce même humour. En dépit des années, l'homme n'avait pas changé. (source : L'Equipe)

 

Thévenet : "Un mythe, une icône de ma jeunesse"

André Darrigade : Il n'y a pas de mots pour évoquer la disparition de Raymond Poulidor. C'était un dur au mal, un coureur au courage énorme. Comble du paradoxe, il est devenu célèbre après avoir été baptisé ''l'éternel second'', alors qu'il possédait un palmarès incroyable [...] La semaine dernière, j'avais tenté de le joindre à l'hôpital, mais on n'avait pas voulu me le passer car il était trop faible pour s'exprimer. (source : L'Equipe)

Bernard ThévenetJe savais qu'il était mal en point mais sa mort me surprend. Raymond Poulidor, c'était la santé, il semblait indestructible. C'était un mythe, une icône de ma jeunesse. On était un peu les mêmes, on venait de la terre, on ne faisait pas, comme Hinault parfois, des déclarations tonitruantes. On était un peu de la même trempe [...] Ce qui reste, c'est sa longévité, sa constance, il était tenace et ce n'était pas un si mauvais tacticien comme on l'a dit. Mais bizarrement il avait des absences, a un certain moment il sortait de la course. (source : L'Equipe)

 

Marc Madiot : "Il fait partie de notre vie"

Vincent Lavenu (Manager AG2R La Mondiale) : Il représente beaucoup pour beaucoup de monde dans le cyclisme. C'est une légende du vélo, il a traversé les générations. C'était un personnage qui nous manque beaucoup. Il était profondément sympathique et gentil avec tout le monde. Il ne faisait pas de différence entre les petits et les grands coureurs, entre les petits et les grands organisateurs. Il aimait profondément le vélo. (source : L'Equipe)

Marc Madiot (Manager Groupama-FDJ) : C'est Poupou, c'est sacré. Il fait partie de notre vie. Depuis que je suis tout petit, j'ai entendu parler de Poulidor. Tout le peloton le connaissait, on le voyait au Tour de France bien sûr mais aussi dans les autres courses. Il faisait partie de la famille. Il était souriant, toujours content de parler à tout le monde. Il avait le même comportement à l'égard d'un responsable politique comme d'un supporter. Il doit être le champion du monde de la signature d'autographes. (Source : AFP)


D'autres personnalités du vélo ont souhaité rendre hommage à Raymond Poulidor sur Twitter

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Nicolas GAUTHIER

Tous vos Pronostics et vos Paris sur les courses de Cyclisme c'est ICI 

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

L'actu en vidéo par Cyclism'Actu


News

Transferts


Sondage

Qui est le coureur de l'année 2019 ?















Partenaires