Rétro - Il y a 17 ans, Paolo Bettini s'imposait sur Milan-San Remo
Rétro
Photo : Sirotti

Rétro - Il y a 17 ans, Paolo Bettini s'imposait sur Milan-San Remo

En ces temps difficiles, Cyclism'Actu vous propose de revivre certains événements marquants du cyclisme. Il y a 17 ans jour pour jour, Paolo Bettini remportait Milan-San Remo pour la première et unique fois de sa carrière. Déjouant l'emprise des sprinteurs sur ce premier Monument de la saison 2003, Paolo Bettini s'imposait devant Mirko Celestino et Luca Paolini. Retour sur l'une des plus grandes victoires de la carrière du Grillon.

Vidéo - Julian Alaphilippe, le dernier vainqueur de Milan-San Remo

 

Le décollage à la Mapei-Quick Step

Passé professionnel en 1997 dans la formation MG-Technogym d'un certain Michele Bartoli, Paolo Bettini apprend très vite le métier aux côtés de son illustre aîné puis grand rival. Septième du Tour d'Italie 1998 au bénéfice d'une longue échappée en troisième semaine, Bettini apparaît très vite comme étant un puncheur de grande classe. Et c'est en 2000, sous le maillot de la Mapei-Quick Step, qu'il va exploser aux yeux du monde du cyclisme en remportant sa première grande classique, Liège-Bastogne-Liège, puis en remportant une victoire d'étape à Dax sur le Tour de France.

Moins performant en 2001 car gêné par l'ombre pesante de Bartoli, Paolo Bettini reprend son envol en 2002 après le départ de son rival à la Fassa Bortolo, et remporte au printemps La Doyenne des classiques pour la deuxième fois. Très régulier lors de cette saison 2002, Le Grillon remporte la Coupe du monde devant Johan Museeuw et Michele Bartoli, rien que ça. Il aborde donc l'année 2003 avec un degré de confiance très élevé et désireux de faire gonfler son palmarès. Vainqueur du Tour Méditerranéen, troisième du Het Volk et cinquième de Tirreno-Adriatico en début de saison, il arrive en excellente condition le 22 mars 2003 sur la 94e édition de Milan-San Remo.

 

L'Italie en fête, Paolo Bettini au firmament

Classique dévolue aux sprinteurs depuis 1997 et la première victoire d'Erik Zabel - Andrei Tchmil avait néanmoins fait le coup du kilomètre en 1999 - Milan-San Remo est de nouveau promis aux hommes rapides en 2003. La présence au départ de l'épreuve de Mario Cipollini, le tenant du titre, et d'Erik Zabel, quadruple vainqueur, renforce encore un peu plus cette impression au départ de Milan. Mais Paolo Bettini, cinquième en 2001 et rattrapé dans le dernier kilomètre en 2002, envisage de son côté un tout autre scénario...

Après l'échappée matinale traditionnelle dans laquelle figurent notamment les Français Jacky Durand, Carlos Da Cruz et Stéphane Augé, les choses sérieuses débutent dans les trente derniers kilomètres. Déjà à l'attaque dans la Cipressa, Paolo Bettini et Mirko Celestino remettent cela dans la dernière difficulté du jour, le Poggio, en suivant une accélération de Danilo Di Luca. Un peu juste pour suivre les meilleurs, ce dernier est distancé avant le sommet par Bettini, Celestino et Luca Paolini, coéquipier du Grillon et qui s'est arraché pour accompagner ses deux compatriotes.

 

Bettini : "Il ne faut pas se résigner à ce que ça arrive au sprint"

Avec dix secondes d'avance au sommet du Poggio sur un peloton dans lequel se trouvent la majorité des grands sprinteurs, l'affaire semble cependant compliquée pour le trio de tête. Mais c'était sans compter sur la bonne entente au sein de l'échappée et le sens du dévouement de Paolini, qui tracte littéralement Bettini et Celestino dans les deux derniers kilomètres et permet aux deux hommes de se livrer un duel sur la Via Roma. Bien plus rapide que l'homme de la Saeco, Paolo Bettini ne lui laisse aucune chance au sprint et réalise son rêve de remporter la Primavera. Arrivé 11 secondes après le vainqueur du jour, le peloton est réglé pour la quatrième place par Mario Cipollini, qui devance un autre Italien, Dario Pieri.

"Cela prouve qu'à Milan-San Remo, il ne faut pas se résigner à ce que la course arrive au sprint", déclarait le lauréat après sa victoire dans des propos rapportés par Le Parisien. "Quand le peloton nous a rejoints avant le Poggio, j'ai pensé qu'un nouveau Milan-San Remo venait de m'échapper. Ça m'a rendu un peu nerveux, au point que j'ai encore attaqué sur le plat un peu plus tard. J'ai abordé le Poggio en queue de peloton, mais Luca est venu me secouer et m'a convaincu d'essayer encore."

 

Un palmarès exceptionnel

Vainqueur donc en 2003, Paolo Bettini ne regagnera plus jamais Milan-San Remo. Mais son palmarès, outre cette victoire et ses deux Liège-Bastogne-Liège, est tout simplement fantastique : double champion du monde en 2006 (Salzbourg) et 2007 (Stuttgart), champion olympique en 2004 à Athènes, trois Coupe du monde (2003, 2004 et 2005), deux Tour de Lombardie (2005 et 2006), deux Championnat de Zurich (2001 et 2005), une HEW Cyclassics (2003), une Clasica San Sebastian (2003) ainsi que cinq étapes du Tour d'Espagne, deux du Tour d'Italie et une du Tour de France.

Coureur talentueux, offensif et malin, Paolo Bettini, qui a pris sa retraite en 2008 à 34 ans, était tout simplement l'un des plus grans champions de sa génération !

 

Classement Milan-San Remo 2003

1. Paolo Bettini (Quick Step-Davitamon)

2. Mirko Celestino (Saeco)     m.t.

3. Luca Paolini (Quick-Step Davitamon)     + 2"

4. Mario Cipollini (Domina Vacanze-Elitron)     + 11"

5. Dario Pieri (Saeco)     + 11"

6. Erik Zabel (Telekom)     + 11"

7. Oscar Freire (Rabobank)     + 11"

8. Jan Svorada (Lampre)     + 11"

9. Sergei Ivanov (Fassa Bortolo)     + 11"

10. Guido Trenti (Fassa Bortolo)     + 11"

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Nicolas GAUTHIER

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité



News

Transferts

Publicité

Sondage

Selon vous, le retour à la compétition de Thibaut Pinot va t-il être concluant ?







Partenaires

Publicité
Publicité