Paris-Roubaix - Sonny Colbrelli s'impose, Vermeersch 2e, Van der Poel 3e
Paris-Roubaix
Photo : @Sirotti

Paris-Roubaix - Sonny Colbrelli s'impose, Vermeersch 2e, Van der Poel 3e

Disputé dans des conditions climatiques dantesques et sur des secteurs pavés détrempés, le 118e Paris-Roubaix a souri à l'Italien Sonny Colbrelli, qui décroche ainsi le gros lot dès sa première participation à l'Enfer du Nord ! Arrivé sur le vélodrome de Roubaix avec Florian Vermeersch (Lotto Soudal) et Mathieu van der Poel (Alpecin-Fenix), le champion d'Europe a devancé au sprint le Belge et le Néerlandais. Très longtemps en tête de la course mais victime de malchance dans le final, Gianni Moscon (INEOS Grenadiers) termine au pied du podium, devant Yves Lampaert (Deceuninck-Quick Step), Christophe Laporte (Cofidis) et Wout Van Aert (Team Jumbo-Visma), respectivement cinquième, sixième et septième.

Vidéo - Sonny Colbrelli s'offre un Paris-Roubaix dantesque !

 

Que retenir de ce 118e Paris-Roubaix dantesque ?

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

 

Des chutes dès les premiers kilomètres !

Quelques secondes après le départ réel, on assiste à une première chute puisque Mitch Docker (EF Education-Nippo) et Jonas Van Genechten (B&B Hotels) se retrouvent à terre, mais les deux hommes repartent. Comme attendu, de nombreux coureurs veulent prendre l'échappée, dont de sérieux outsiders comme Greg Van Avermaet (AG2R Citroën), Matteo Trentin (UAE Team Emirates) ou Sonny Colbrelli (Bahrain-Victorious), qu'on aperçoit déjà dans les premières positions.

 

Une échappée longue à se dessiner, du très beau monde à l'avant

Après 7 kilomètres de course, un premier trio composé de Trentin, Max Kanter (Team DSM) et Edward Theuns (Trek-Segafredo) parvient à prendre une vingtaine de secondes d'avance, mais le peloton ne laisse pas filer. Trentin se relève alors, puis Kanter et Theuns sont repris quelques minutes plus tard. S'en suivent alors de nombreuses attaques et même des coups de bordures, mais aucun groupe ne parvient pas à prendre du champ. Il faut attendre plus de 50 kilomètres pour voir une grosse échappée s'extirper du peloton, des coureurs dangereux étant à l'avant.

Dans ce groupe d'une trentaine de coureurs se trouvent Florian Vermeersch, Harry Sweeny et Tosh Van der Sande (Lotto Soudal), Daniel Oss (BORA-hansgrohe), Davide Ballerini et Tim Declercq (Deceuninck-Quick Step), Edoardo Affini, Timo Roosen et Nathan Van Hooydonck (Team Jumbo-Visma), Tom Van Asbroeck (Israel Start-Up Nation), Jasper Philipsen (Alpecin-Fenix), Toms Skujins (Trek-Segafredo), Marco Haller et Fred Wright (Bahrain Victorious), Greg Van Avermaet (AG2R Citroën Team), Stefan Küng (Groupama-FDJ), Stefan Bissegger (EF Education-NIPPO), Andre Carvalho (Cofidis), Vegard Stake Laengen (UAE-Team Emirates), Owain Doull, Gianni Moscon et Luke Rowe (INEOS Grenadiers), Florian Maitre (Team Total Energies), Luke Durbridge et Robert Stannard (Team BikeExchange), Evaldas Siskevicius (Team Delko), Nils Eeekhoff (Team DSM), Max Walscheid (Team Qhubeka NextHash), Imanol Erviti et Matteo Jorgenson (Movistar Team), et Luca Mozzato (B&B Hotels p/b KTM).

 

Stefan Küng à terre à deux reprises ! 

Arrivant à prendre rapidement 1 minute d'avance, ce groupe de tête perd ensuite deux élements puisque Doull est victime d'un incident mécanique et Küng tombe dans un rond-point. Les deux hommes sont repris par un peloton mené par deux équipes non représentées à l'avant, Team Arkéa-Samsic et Astana-Premier Tech, ainsi que par la BORA-hansgrohe de Peter Sagan. Ça n'empêche pas l'écart d'augmenter un peu, et c'est avec 2 minutes d'avance que les échappés abordent le premier secteur pavé du jour, Troisvilles.

Quelques kilomètres avant ce passage important de la course, une chute intervient au sein du peloton. Cette dernière implique notamment Jasper Stuyven (Trek-Segafredo), l'un des outisders du jour, mais aussi Stefan Küng, qui regoûte encore au bitume ! Tout se passe bien dans ce premier secteur pour le groupe de tête, dans lequel ne figurent plus Erviti et Haller, qui ont connu des soucis mécaniques, mais également Florian Maitre, distancé à la pédale. Le peloton, où tout s'est bien passé également, s'est quant à lui cassé en plusieurs morceaux, mais il se recompose à la sortie du secteur.

 

Peter Sagan et John Degenkolb goûtent au bitume, Stefan Küng tombe une troisième fois

Dès les premiers secteurs, un outsider est déjà en difficulté, Nils Politt (BORA-hansgrohe), le deuxième de l'édition 2019, traînant étonnamment à l'arrière. L'Allemand est victime de plus d'une crevaison, ce qui le relègue loin derrière la meute. Devant, certains coureurs semblent très à l'aise, et notamment Max Walscheid et Luke Rowe. Accompagnés de Florian Vermeersch et Nils Eekhoff, ces deux coureurs prennent d'ailleurs du champ sur le reste du groupe dans le secteur 27. Quelques kilomètres plus loin, juste avant le secteur 25, Peter Sagan tombe lourdement dans un virage à droite. Le vainqueur de Paris-Roubaix 2018 va metttre du temps à repartir, mais il remonte finalement sur son vélo et reprend la route, à bonne distance cependant du peloton.

Dans le secteur 25, Stefan Küng - qui vit un véritable calvaire depuis le départ mais ne baisse pas les bras pour autant - est victime d'une troisième chute après avoir glissé sur le haut du pavé ! Le Suisse ne figure pas ainsi dans le petit peloton qui sort en tête de cette portion, les principaux favoris étant en revanche présents. À l'avant, le quatuor de tête devient un duo puisque Rowe et Walscheid - qui est tombé dans le secteur 24 - sont distancés par Vermeersch et Eeekhoff. À l'arrière, un autre outsider, l'Allemand John Degenkolb, est également victime d'une chute et perd beaucoup de temps dans cette affaire. 

 

La Trouée d'Arenberg défavorable à Van Aert et aux Deceuninck-Quick Step

À 120 bornes de Roubaix, Eekhoff et Vermeersch possèdent 50 secondes d'avance sur un groupe des poursuivants composé d'une vingtaine de coureurs, le peloton des favoris - mais pas de Sagan, qui est plus loin après ses soucis - étant quant à lui à 2'45". Intense depuis le départ, la course se calme un peu, la mythique Trouée d'Arenberg approchant à grand pas et étant dans la tête de tous les coureurs. Mais avant Arenberg, il y a le secteur d'Haveluy à Wallers, dans lequel les favoris commencent à sérieusement accélérer le rythme.

Une quinzaine de coureurs parviennent à se dégager, dont Mathieu van der Poel (Alpecin-Fenix), Sonny Colbrelli (Bahrain Victorious), Kasper Asgreen, Yves Lampaert et Zdenek Stybar (Deceuninck-Quick Step), Wout Van Aert (Team Jumbo-Visma) et Mads Pedersen (Trek-Segafredo), mais pas Florian Sénéchal, le coureur de la Deceuninck-Quick Step ayant été victime d'une crevaison à un très mauvais moment. Dans la Trouée d'Arenberg, Mathieu van der Poel fait le forcing et fait exploser le groupe des cadors. Gêné par une chute survenue juste devant lui, Wout Van Aert est distancé. C'est également le cas de Mads Pedersen, qui est tombé, mais aussi de Kasper Asgreen et Yves Lampaert, qui ont crevé.

 

Wout Van Aert toujours dans le coup, Colbrelli prend les devants, regroupement en tête

Au sortir d'Arenberg, le duo de tête possède 30 secondes de marge sur leurs anciens compagnons de fugue et 1 minute sur un groupe notamment composé de Van der Poel, Colbrelli, Ballerini, Zdenek Stybar (Deceuninck-Quick Step), Sep Vanmarcke et Guillaume Boivin (Israel Start-Up Nation), Cyril Lemoine et Jérémy Lecroq (B&B Hotels p/b KTM), Baptiste Planckaert (Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux), Jonas Rutsch (EF Education-NIPPO), Clément Davy (Groupama-FDJ), Marco Haller (Bahrain Victorious), Toms Skujins (Trek-Segafredo), Laurenz Rex (Bingoal Pauwels Sauces WB) et Van Aert, qui est parvenu à rentrer.

Pas impressionné par le fait de rivaliser jusqu'ici avec les grands favoris, Lecroq sort du groupe des cadors. Le Français est rejoint peu de temps après par Colbrelli, puis par Planckaert et Boivin. Quasiment au même moment, à l'avant, Eekhoff et Vermeersch voient le retour des Moscon, Van Avermaet, Van der Sande and co, et ce sont désormais quatorze coureurs qui se retrouvent en tête de la course à 80 kilomètres de l'arrivée. Derrière, ça temporise, ce qui permet à des coureurs comme Anthony Turgis (Team TotalEnergies) et Philippe Gilbert (Lotto Soudal) de revenir.

 

Mathieu van der Poel s'envole dans le secteur 15 !

Avant le secteur 16, six coureurs s'extraient du groupe de tête, en l'occurrence Van der Sande, Van Asbroeck, Philipsen, Bissegger, Moscon et Walscheid. Dans la portion pavée suivante, Mathieu van der Poel décide de remettre un coup d'accélérateur qui fait très mal à l'ensemble de ses adversaires. Seul Yves Lampaert arrive à accrocher la roue du Néerlandais, mais le coureur de la Deceuninck-Quick Step craque ensuite suite à une nouveau coup de vis de Van der Poel. Très impressionnant, le Batave revient à vitesse grand V sur le groupe Colbrelli, toujours pointé à 50 secondes des huit de tête - Van Avermaet et Vermeersch sont rentrés - tandis que Wout Van Aert a coincé.

 

Gianni Moscon sort du bois et prend une grosse option sur la victoire

Dans le groupe de tête, un trio se dégage dans le secteur 14, les trois coureurs les plus forts étant Gianni Moscon, Tom Van Asbroeck et Florian Vermeersch. Les cinq distancés sont repris quelques bornes plus loin par le groupe Van der Poel-Colbrelli, Wout Van Aert étant quant à lui à près d'une minute de son grand rival. Le secteur 12 marque un tournant dans la course puisque Moscon, très à l'aise ce dimanche, s'isole en tête de la course. Derrière, Van der Poel en remet une couche et emmène avec lui Colbrelli et l'étonnant Boivin, que l'on n'attendait vraiment pas à ce niveau.

Dans le secteur de Mons-en-Pévèle, en très mauvais état suite aux fortes pluies tombées ces dernières heures, Moscon continue son superbe effort. L'Italien creuse même l'écart sur les poursuivants, le duo Vermeersch-Van Asbroeck et le trio Van der Poel-Colbrelli-Boivin étant respectivement pointés à 1" et 1'25" à la sortie de Mons-en-Pévèle. Le groupe Van Aert, dans lequel on retrouve notamment Christophe Laporte et Anthony Turgis, a quant à lui 2 minutes de retard à 40 kilomètres de l'arrivée. Un regroupement s'opère ensuite entre le duo et le trio de poursuivants, cinq coureurs étant donc désormais en chasse derrière l'homme de tête.

 

Crevaison puis chute de Gianni Moscon !

À 30 bornes du but, et alors que Moscon dispose encore d'1'10" d'avance, l'Italien subit une crevaison qui lui fait perdre une grosse vingtaine de secondes. Mais ce n'est pas le dernier incident pour l'homme de tête, moins à l'aise semble-t-il sur son nouveau vélo et qui est victime d'une chute dans le secteur 7 ! Moscon repart rapidement, mais son avance sur le groupe Van der Poel a désormais fondu. Il conserve cependant un petit avantage de 20 secondes, pécule avec lequel il va entamer le terrible enchaînement Camphin-en-Pévèle et Carrefour de l'Arbre.

 

Gianni Moscon repris puis distancé, Sonny Colbrelli le plus rapide sur le vélodrome

Dans le secteur 5, Guillaume Boivin se retrouve lui aussi à terre et perd toutes ses chances de monter sur le podium. Un trio composé de Vermeersch, Van der Poel et Colbrelli part à la poursuite de Moscon, mais il y a toujours 15 secondes d'écart au début du Carrefour de l'Arbre, secteur dans lequel Van der Poel produit un nouvel effort. S'il n'arrive pas à se débarrasser de Colbrelli et Vermeersch, le Néerlandais parvient en revanche à ramener tout le monde sur Moscon. Ce dernier est ensuite débordé par le trio, une attaque de Colbrelli lui ayant été fatale.

C'est donc un trio qui mène désormais cette 118e édition à 15 kilomètres de l'arrivée à Roubaix, deux secteurs pavés restant à franchir. Dans celui allant de Willems à Hem, Mathieu van der Poel mène le trio, mais le Néerlandais n'attaque pas franchement et les trois hommes sortent ensemble de ce secteur. Dans un faux plat montant situé à environ 3 bornes du but, Vermeersch tente de surprendre ses deux adversaires, mais Colbrelli réagit et ramène Van der Poel sur le Belge. Comme chez les Juniors un peu plus tôt dans la journée, c'est donc par un sprint à trois que va se conclure la course. Florian Vermeersch est le premier à déclencher son effort, mais il se fait déborder dans les derniers mètres par Sonny Colbrelli, qui s'impose devant Vermeersch et Mathieu van der Poel, un peu juste pour rivaliser avec l'Italien. 

Classement général

1ITACOLBRELLI Sonny Bahrain Victorious6h01'57''
2BELVERMEERSCH FlorianLotto Soudalm.t.
3NEDVAN DER POEL MathieuAlpecin-Fenixm.t.
4ITAMOSCON GianniINEOS Grenadiers+ 44''
5BELLAMPAERT YvesDeceuninck-Quick Step+ 1'16''
6FRALAPORTE ChristopheCofidis, Solutions Creditsm.t.
7BELVAN AERT WoutTeam Jumbo-Vismam.t.
8BELVAN ASBROECK TomIsrael Start-Up Nationm.t.
9CANBOIVIN GuillaumeIsrael Start-Up Nationm.t.
10AUSHAUSSLER HeinrichBahrain Victoriousm.t.
11ALLRUTSCH JonasEF Education-Nippom.t.
12ALLWALSCHEID MaxTeam Qhubeka NextHash+ 3'17''
13FRATURGIS AnthonyTeam TotalEnergiesm.t.
14NORKRISTOFF AlexanderUAE Team Emirates+ 4'40''
15NEDLANGEVELD SebastianEF Education-Nippo+ 4'45''
16AUTHALLER MarcoBahrain Victorious+ 6'21''
17BELCAPIOT AmauryArkea - Samsicm.t.
18BELPLANCKAERT BaptisteIntermarche-Wanty-Gobert Materiauxm.t.
19ITAMOZZATO LucaB&B Hotels p/b KTMm.t.
20BELREX LaurenzBingoal Pauwels Sauces WBm.t.
Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Nicolas GAUTHIER

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité


News

Publicité

Sondage

Quel est le meilleur grimpeur de la saison 2021 ?















Partenaires

Publicité
Publicité