Paris-Roubaix - Marc Madiot : «La chance... moi, je n'y crois pas trop !»
Paris-Roubaix
Photo : @GroupamaFDJ

Paris-Roubaix - Marc Madiot : «La chance... moi, je n'y crois pas trop !»

1991 - 2021... Marc Madiot, le manager général de la Groupama-FDJ, déjà vainqueur de Paris-Roubaix en 1985, fête donc cette année les trente ans de sa deuxième victoire sur l'Enfer du Nord ! Mais pour le Mayennais, très heureux du retour de l'épreuve après plus de 900 jours d'absence, l'essentiel est ailleurs. Et peu importe qu'il se déroule en octobre et à l'automne. "Ça ne m'inspire rien de spécial. L'essentiel, c'est que ça ait lieu ! Il y a des courses qu'on a besoin d'avoir chaque année, et Paris-Roubaix en fait partie."

Vidéo - Marc Madiot se confie à quelques heures de Paris-Roubaix

 

Qui va remporter Paris-Roubaix dimanche ?

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

 

"Les conditions climatiques, ce n'est pas nous qui en décidons"

Interrogé ensuite sur les conditions climatiques très difficiles qui sont prévues pour dimanche, ce qui rendrait la course très dangereuse, le double vainqueur de Paris-Roubaix ne s'en occupe pas trop, même s'il a longtemps été attentif, lorsqu'il était coureur, à la météo. "Les conditions climatiques, ce n'est pas nous qui en décidons. C'est le glorieux hasard de la météo [...] Personnellement, j'ai aimé la pluie et la boue tant que ça me rendait service à titre personnel. On juge toujours les conditions météo en fonction de ses propres aspirations personnelles", explique le natif de Renazé.

 

"Il y a différents facteurs qu'il faut appréhender et mettre de son côté"

"Pendant très longtemps, j'ai souhaité avoir la pluie sur Paris-Roubaix car j'avais fait mes meilleurs résultats sous la pluie", poursuit-il. "Mais ma deuxième victoire, je l'ai obtenue sous le sec, donc après ça, je ne regardais plus trop la météo et je laissais le destin faire." Quant à la recette pour gagner Paris-RoubaixMarc Madiot la connait, et elle est très simple ! "La seule recette, c'est d'avoir envie. Avoir l'envie d'être là et de se mentaliser par rapport à la course. Si on n'en a pas envie, on a peu de chances de réussir. La chance ? Je n'y crois pas trop. Il y a différents facteurs qu'il faut appréhender et mettre de son côté. Lorsque quelqu'un crève cinq ou dix fois, ce n'est pas une question de chance."

 

"Les favoris ? Van der Poel, Van Aert, Sénéchal, Küng..."

Enfin, le manager général de la Groupama-FDJ s'est confié sur ses meilleurs atouts, ainsi que sur les coureurs qu'il estime les plus capables de remporter cette 118e édition. "L'ambition de l'équipe, c'est d'être tout près du premier. Pour cela, on a Arnaud (Démare) et Stefan (Küng), mais aussi Ramon Sinkeldam, qui va très bien actuellement. On a une équipe qui peut faire de belles et bonnes choses sur cette course, et c'est ce qu'on va s'occuper à préparer dans les prochaines heures. Les favoris ? Van der Poel, Van Aert, Sénéchal, Küng... Au final ? Küng (rires)", conclut Marc Madiot, qui rêve qu'un de ses coureurs fasse comme Frédéric Guesdon en 1997.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Nicolas GAUTHIER

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité


News

Publicité

Sondage

Quel est le meilleur grimpeur de la saison 2021 ?















Partenaires

Publicité
Publicité