END adsense -->
Milan-San Remo
Milan-San Remo - Alaphilippe : 'Milan-San Remo, ma plus belle' Photo : @deceuninck_qst

Milan-San Remo - Alaphilippe : "Milan-San Remo, ma plus belle"

Milan- San Remo 2020 devait avoir lieu ce samedi.... ! Même s'il n'avait pas prévu de défendre son titre afin de se concentrer cette saison sur sa découverte du Tour des Flandres, Julian Alaphilippe a forcément eu un pincement au coeur il y a quelques jours lorsqu'il a appris que l'édition 2020 de Milan-San Remo ne pourrait avoir lieu à la date prévue en raison de la pandémie de coronavirus qui touche actuellement le monde dans son ensemble. Très fortement marqué par sa victoire d'il y a un an... le 23 mars 2019 obtenue sur la Via Roma, le Français de la Deceuninck-Quick Step est revenu sur cette journée particulière, avouant que ce succès n'avait pas d'équivalent dans son esprit.

Milan-San Remo 2019 - Le 1er Monument de Julian Alaphilippe

 

"J'ai transformé mon rêve en réalité"

"Toutes les victoires sont spéciales et elles signifient toutes quelque chose pour moi. Mais prendre mon premier Monument à Milan-San Remo - la course de l'année la plus longue et peut-être la plus difficile à lire - est quelque chose que je n'oublierai jamais. Ce jour-là, avec l'aide d'une équipe superbe et exceptionnelle dont je suis très fier, j'ai transformé mon rêve en réalité. Je peux donc dire que c'est ma plus belle victoire à ce jour", explique Alaphilippe sur le site de sa formation. En très grande condition au moment d'aborder la troisième Primavera de sa carrière, le coureur de 27 ans ne ressentait pas de pression particulière au matin de la course.

 

Un Julian Alaphilippe "au sommet de sa forme"

"Pour dire la vérité, j'étais assez détendu. D'accord, il y avait un peu de stress, mais le genre de stress que vous avez avant chaque course. A part ça, j'étais confiant et motivé, car je savais que j'allais participer à la course au sommet de ma forme et entouré d'une équipe engagée à m'aider à atteindre mon objectif. En venant à Milan-San Remo, je savais que j'étais en bonne forme, avec trois victoires à mon actif sur les Strade Bianche et Tirreno-Adriatico." Insistant sur "la charge de travail spectaculaire" effectuée par ses coéquipers au pied du Poggio, le troisième de l'édition 2017 a ensuite décrit son attaque décisive puis ce sprint final si particulier.

 

"Que des grands noms" dans la roue !

"Lorsque j'ai attaqué dans le dernier kilomètre de la montée, j'ai essayé de faire la différence et en regardant par-dessus mon épaule au sommet, j'ai pu voir qu'il ne restait que quelques coureurs, mais que des grands noms (Michal Kwiatkowski, Peter Sagan, Alejandro Valverde, Wout Van Aert..., ndlr). Ensuite, j'ai juste essayé de récupérer et de rester concentré pour le sprint. Je dois dire que j'avais une confiance à toute épreuve, et quand Mohoric a déclenché le sprint, je l'ai suivi, j'ai arrêté de penser et j'ai poussé aussi fort que possible sur les pédales", conclut un Julian Alaphilippe qui s'imposa devant Oliver Naesen et Michal Kwiatkowski.

 

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Nicolas GAUTHIER

Tous vos Pronostics et vos Paris sur les courses de Cyclisme c'est ICI 

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »


L'actu en vidéo par Cyclism'Actu



News

Transferts


Sondage

Aucune course jusqu'au 1er juin : le Tour de France 2020 peut-il avoir lieu ?







Partenaires