JO Tokyo  - Van Baarle : «J'espère pouvoir jouer un rôle important»
JO Tokyo
Photo : @INEOSGrenadiers

JO Tokyo - Van Baarle : «J'espère pouvoir jouer un rôle important»

Habituel coéquipier au sein de sa formation sur les Grands Tours, Dylan van Baarle devrait encore se cantonner à ce rôle sur les routes japonaises. Sur les Jeux Olympiques de Tokyo, le coureur de la INEOS-Grenadiers n'apparaît pas comme un favori ni même un outsider, mais il devrait tout de même lancer les hostilités du côté batave. Le Néerlandais spécialiste des classiques flamandes pourrait en effet durcir la course pour ses leaders Bauke Mollema et Wilco Kelderman. Dans un entretien accordé à nos confrères de Wielerflits, le vainqueur d'À Travers les Flandres est revenu sur son rôle et la stratégie de la délégation des Pays-Bas.

Vidéo - Van Baarle dans un rôle d'équipier de luxe aux JO?

 

Qui va devenir champion olympique sur route samedi à Tokyo ?

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

 

"Je sais que je ne fais pas partie des dix meilleurs grimpeurs"

"Je n'ai fait que m'améliorer sur le Tour de France, j'espère donc pouvoir jouer un rôle important samedi. Je sais que je ne fais pas partie des dix meilleurs grimpeurs, donc si je me regarde, je dois être capable de l'aborder d'une manière différente. Cela dépend de la façon dont quelqu'un sort du Tour. Je m'en suis bien sorti et je ne me sens pas vraiment dans la panade. Donc pour moi, c'est peut-être un avantage d'avoir pu relâcher un peu la pression ces derniers jours et d'être en pleine forme samedi", a confié Dylan van Baarle.

 

 

"Nous devrons tenter d'attaquer dans le Mont Fuji"

"Je pense que Bauke (Mollema) est le seul qui pourrait suivre sur le col de Mikuni, donc les autres gars devront essayer autre chose. Probablement que nous devons tenter d'attaquer dans le Mont Fuji, cette ascension avant. Je pense que c'est ainsi que nous devrions procéder. Ce col Mikuni est vraiment dur, d'ailleurs. C'est vraiment raide dès le début. De 3,5 à 2,5 kilomètres sous le sommet, la pente est encore plus raide. Je ne sais pas à quelle montée je pourrais le comparer. C'est quelques fois plus dur que le Cauberg", a ajouté le coureur de la INEOS-Grenadiers.

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Theo CHEVALIER

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité



News

Transferts

Publicité

Sondage

Quel coureur est votre favori pour la Clasica San Sebastian ?



















Partenaires

Publicité
Publicité