JO Tokyo  - Caruso : «La dernière montée, ça ressemble au Civiglio»
JO Tokyo
Photo : @Coninews

JO Tokyo - Caruso : «La dernière montée, ça ressemble au Civiglio»

Sans véritable favori au titre olympique, mais avec une équipe offensive et homogène, l'Italie pourrait faire parler la poudre sur le parcours difficile des Jeux Olympiques de Tokyo. Avec des coureurs au tempérament d'attaquant comme Giulio Ciccone, Alberto Bettiol ou encore Vincenzo Nibali nul doute que la Squadra Azzurra tentera de se mettre en évidence. Damiano Caruso, 2e du Tour d'Italie et ses coéquipiers ont reconnu les différentes routes nippones et notamment la dernière montée : "La dernière montée, le col de Mikuni, est similaire à celle de Civiglio (montée emprunté lors du Tour de Lombardie, ndlr)", a confié l'Italien de la Bahrain-Victorious auprès de La Gazetta Dello Sport.

Vidéo - Caruso donne ses impressions sur le parcours des JO

 

Qui va devenir champion olympique sur route samedi à Tokyo ?

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

 

Caruso : "Il n'y a pas de place pour récupérer"

"Les 500 premiers mètres en montée progressive, puis 4 km durs comme Civiglio. Dernier kilomètre et demi plus facile avec une pente à un chiffre. Au total environ 6km. Le final se présente plus ou moins ainsi : descente technique, long lac sur 5,6 km, montée de 3 pas très dure, plongée dans le circuit. Il ne faut pas sous-estimer la montée à l'entrée. C'était un jour important car nous avons parcouru les 100 premiers kilomètres. L'ascension du Fuji n'est pas difficile mais vous pouvez sentir la température et l'humidité. Le col de Mikuni, en revanche, va couper les jambes de nombreuses personnes et il n'y a pas de place pour récupérer. Le parcours est sélectif, le climat est tropical, en dessous de 1 000 mètres il fait très chaud", a décrit Caruso.

 

Ciccone : "Ça va être spectaculaire"

"J'ai un peu essayé les jambes sur les deux montées finales et les sensations sont très bonnes. Il fait très chaud et humide", déclare quant à lui Bettiol. Alors que Giulio Ciconne, pour sa part, confie : "Nous alllons bien. C''est la chaleur qui m'inquiète. Le col de Mikuni est très dur, une véritable ascension. Ça fait mal. Les pentes sont dures, il fait chaud et ce n'est pas abrité. Ça va être spectaculaire". Et enfin, l'expérimenté Vincenzo Nibali a lui également donné ses impressions : "C'est vrai, la montée finale est très dure et la chaleur va jouer un rôle important, nous allons transpirer beaucoup. La comparaison avec Civiglio est juste".

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Theo CHEVALIER

Vos pronostics et vos paris cyclistes c'est ici

Ces pronostics sont donnés à titre indicatif. Vous ne saurez engager la responsabilité de l'auteur quant aux résultats des courses. Les cotes sont susceptibles de changer jusqu'au départ. «  Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09 74 75 13 13 (appel non surtaxé) »

Publicité



News

Transferts

Publicité

Sondage

Quel coureur est votre favori pour la Clasica San Sebastian ?



















Partenaires

Publicité
Publicité